Une petite fille de 11 ans sauve la vie de son grand-père lors d’un infarctus

7 août 2016
Grâce aux techniques de réanimation cardiopulmonaire que lui avait appris son professeur au collège, Eva a pu réanimer son grand-père lorsque celui-ci a subi son deuxième infarctus.

Eva Prévot es une petite fille de 11 ans qui, il y a peu, a fait quelque chose de merveilleux : sauver la vie de son grand père. 

Quelques jours avant, son professeur de gymnastique lui avait appris comment faire une réanimation cardiopulmonaire (RCP) et le hasard fit que cet apprentissage a été déterminant dans sa vie.

Cette famille heureuse et orgueilleuse de sa jeune et courageuse fille et petite fille n’arrête pas de recevoir des appels de journalistes du monde entier, intéressés par l’histoire fabuleuse.

Cependant, Eva, avec une maturité incroyable, rappelle l’importance de recevoir une formation basique dans quelque chose de si basique comme le sont les massages cardiopulmonaires. 

Nous ne savons jamais quand nous en avons besoin, mais c’est quelque chose qui sauve des vies. La vie des personnes que nous aimons le plus.

Aujourd’hui, dans cet article, nous allons vous raconter une histoire pleine d’espoir qui s’est déroulée à La Corogne en Espagne.

Le jour où le grand-père d’Eva a subi un infarctus

Ce n’est pas la première fois car le cœur du grand-père Manuel avait déjà été touché précédemment.

Cela ne faisait pas longtemps qu’il venait de sortir de l’hôpital à cause d’un premier infarctus et toute la famille attendaient qu’il se rétablisse complètement.

Aucun d’entre nous n’est bien sûr préparé à la fatalité, à ces coups injustes et imprévus que la vie nous amène de temps en temps.

Lisez aussi : Selon une étude scientifique, le fait de s’occuper de ses petits-enfants aide à prévenir la démence

  • Eva Prévot explique sur tout est arrivé alors qu’elle n’avait même pas 11 ans. C’était la nuit et elle était dans sa chambre en train de faire ses devoirs, quand tout d’un coup, elle a entendu les cris de sa grand-mère qui se trouvait en bas.
  • Quelque chose se passait, et Eva sentait que cela avait encore une fois un rapport avec son grand-père.
  • Manuel était encore entrain de subir un infarctus. Il se trouvait parterre. Apeurée, Eva dut appeler les urgences car sa grand-mère ne pouvait pas réagir.
  • Les professionnels de santé ont alors donné des indications à la petite fille sur ce qu’elle devait faire. L’assistance allait un peu tarder à arriver et elle n’avait pas d’autre choix que de réagir, avec l’esprit clair.
massage-cardiaque-500x277

D’une certaine manière, Eva savait très bien ce qu’elle devait faire. Quelques jours auparavant, elle avait reçu une formation de la part de son professeur de gymnastique sur la manière dont elle devait réaliser un massage de réanimation cardiopulmonaire.

Avec un calme olympien, la première chose qu’elle fit, c’est de vérifier si le cœur de son grand-père battait toujours.

Elle ne sentit rien. Son grand-père ne respirait pas. Sans y penser, elle commença à réaliser les gestes de réanimation pendant 10 longues minutes, sans s’arrêter et avec une grande détermination. 

Elle n’allait pas permettre que son grand-père meure. Peu importe que ses mains soient toutes petites ou que sa grand-mère ne pouvait s’arrêter de pleurer.

De fait, elle n’a jamais cessé de la rassurer depuis le début : « Tout va bien se passer ».

Nous vous recommandons aussi de lire : 4 réactions émotionnelles qui augmentent le risque de souffrir d’un infarctus

Et c’est ainsi que cela s’est passé. Lorsque les professionnels de santé sont arrivés, ils ont pris la relève.

Manuel s’est réveillé ensuite dans la salle de soins intensifs, où on lui a raconté ce qu’il s’était passé : sa petite-fille Eva lui avait sauvé la vie.

Le massage cardiopulmonaire qui sauve des vies

Manuel resta deux mois à l’hôpital. Après plusieurs semaines et le soutien de la part de sa petit-fille et sa famille, il fait face à la vie d’une autre manière, il se sent plus fort et plus uni aux siens.

D’autre part, après s’être assuré que son grand-père allait bien et qu’il allait s’en sortir, la première chose qu’a fait Eva a été d’aller au collège et de remercier son professeur qui lui avait appris comment faire un massage de réanimation cardiopulmonaire.

Quand son professeur a entendu son histoire, il s’en est particulièrement ému et n’a pas pu s’empêcher de verser quelques larmes. 

En réalité, nous n’avons jamais conscience de l’importance de certains actes sur d’autres personnes, et quand un professeur transmet ce genre de choses, cela prouve la connaissance peut vraiment sauver des vies.

Découvrez comment : Que faire lors d’un étouffement : la manoeuvre de Heimlich

C’est pour cela que le professeur et Eva nous rappellent encore l’importance que, dans les écoles ou dans tout centre de travail, ce type de formation de réanimation pulmonaire soit obligatoire, que ce soit pour les adultes ou pour les enfants.

Nous sommes tous capables de sauver des vies. Nous pouvons faire battre un cœur à nouveau. Vous êtes motivé pour apprendre ? Alors, faites-le et apprenez-le aussi aux plus petits !

A découvrir aussi