Comment vivre avec une personne qui souffre de TLP ?

Cohabiter avec une personne souffrant de TLP, ou Trouble Limite de la Personnalité peut être difficile, mais il existe quelques règles qui peuvent nous aider à faire avancer la relation.

Le Trouble Limite de la Personnalité (TLP) complique la vie de nombreux couples.

Bien qu’il ne soit pas impossible d’avoir une relation, il faut néanmoins prendre en compte certains aspects pour qu’elle reste saine et se développe de la meilleure manière.

Il est important de bien garder à l’esprit qu’aider notre partenaire atteint de TLP ne signifie pas que nous allons le changer.

Ce trouble nécessite le suivi d’un-e professionnel-le grâce auquel on attend une amélioration.

Lisez : Les troubles que peuvent provoquer les familles toxiques

Cependant, il faut savoir que ce trouble sera présent toute la vie. Il y aura des rechutes et d’autres moments où nous oublierons le problème.

Mais le trouble sera toujours là.

Les conduites typiques du partenaire d’une personne souffrant de TLP

Nous allons aborder les conduites les plus habituelles adoptées par les partenaires des personnes souffrant de TLP. Nombreux-ses sont celleux qui nuisent à l’autre, en aggravant davantage le cas et en favorisant la continuité des symptômes.

Rappelons que nous sommes face à des individus d’une grande instabilité émotionnelle et des pensées plutôt polarisées. Aussi devons-nous adopter un comportement particulier envers elleux.

  • Menace d’abandon qui n’aboutit pas ou rompre la relation et revenir avec la personne lorsque celle-ci accepte de changer sa façon de faire. Cela augmente l’instabilité émotionnelle du TLP.
  • Ignorer les conduites qu’iel considère inacceptables. Iel devient ainsi un-e allié-e du trouble et favorise la continuité de la conduite pathologique.
  • Chercher l’équilibre en se laissant guider par la direction que lui montre le TLP. Se sentir coupable si les choses ne s’améliorent pas, car on pense que c’est dû à l’une de ses erreurs.
  • Opter pour le silence, en ne parlant pas du problème avec son/sa partenaire, voire même en occultant des actions du quotidien aux proches ou aux ami-e-s. Eviter, de cette manière, que le TLP soit conscient de tout ce qu’il se passe.
  • Face aux problèmes ou aux crises, considérer que l’autre l’aime profondément et que la difficulté réside dans le fait que le partenaire n’est pas responsable de ses comportements.

Découvrez :L’intelligence émotionnelle pour vaincre les moments difficiles

Aucune de ces manières d’agir n’est correcte. Pour certaines, on participe aux problèmes, pour d’autres, on justifie les actions et on ne dit rien, avec pour conséquence la persistance du comportement.

Agir comme un miroir, pas comme une éponge

Il est facile de finir absorbé-e par ce trouble si nous adoptons les conduites mentionnées ci-dessus.

Nous voulons protéger notre couple, mais ce n’est pas la meilleure manière de le faire. Cohabiter avec une personne qui souffre de trouble de la personnalité est très difficile et nous devons être conscient-e-s de la manière avec laquelle nous agissons.

Notre objectif est de stopper les symptômes, qu’ils cessent.

Pour cela, il est nécessaire d’être fidèles à nos croyances et à nos valeurs. Nous n’avons aucune raison de tout permettre à notre partenaire seulement parce qu’il souffre de ce trouble.

Si ce qu’il fait n’est pas correct, nous devons le lui dire.

Ne ratez pas : J’ai changé : aujourd’hui j’ose dire « stop »

C’est une erreur que de justifier sa manière d’agir. En tant que partenaire, il faut savoir établir une limite à ne pas franchir, quoiqu’il arrive.

Faites savoir clairement que vous n’êtes pas disposé-e à supporter certains comportements et tenez-vous y. Si vous faiblissez, tout s’écroulera.

Les menaces ne fonctionnent pas

Parler du problème est plus que nécessaire pour que le TLP soit conscient de ses erreurs afin d’y trouver une solution.

Cependant, cela peut parfois nous mettre hors de nous et nous avons recours aux menaces faciles. Cela ne doit jamais arriver. Nous empirons la situation et augmentons son instabilité émotionnelle.

Apprenez à dire non, à extérioriser ce que vous ressentez et vous ne vous sentirez jamais responsable de la conduite de votre partenaire souffrant de TLP.

Si vous vous sentez bien, si vous cessez de traiter l’autre comme quelqu’un de fragile à protéger, tout sera plus fluide.

Continuez d’être vous-mêmes et faites attention aux comportements négatifs, comme mentir, tromper ou défier le TLP. Rappelez-vous que ses pensées sont polarisées et que ses émotions sont parfois hors de contrôle.

Avant de partir, lisez aussi : Mieux vaut se taire pendant la tempête et parler pendant le calme

Agissez en accord avec vos principes, imposez des limites et ne vous laissez pas emporter par la pathologie de l’autre. Vous garantirez ainsi l’équilibre dans la relation.

Ce sera dur, un chemin semé d’embuches.

Cependant, si vous êtes réellement prêt-e à vivre avec cette personne dans cette situation, vous devez être conscient-e de tout ce que nous avons mentionné dans cet article.