Vous avez besoin de temps pour vous : 5 dimensions psychologiques qui vous le démontrent

Souvenez-vous que le temps que vous vous consacrez doit être du temps de qualité et vous ne devez pas l'occuper en écoutant les autres, ou en vous inquiétant. Réservez-vous une heure par jour pour prendre soin de vous-même.

Vous avez besoin de temps pour vous, mais vous avez tendance à le dédier à ceux qui vous entourent ou à l’investir dans des situations qui accentuent encore plus votre sensation de fatigue et d’anxiété ?

Même si cela vous surprend, la plupart des personnes ne savent pas comment se reposer correctement.

Se consacrer du temps ne signifie pas que nous devons partir en vacances à chaque fois que nous nous sentons asphyxié par le stress, ou qu’une simple promenade nous suffise pour résoudre ce mal être qui nous envahit un peu plus chaque jour.

Investir du temps pour vous implique tout d’abord de « déconnecter », de savoir éteindre le bruit mental et d’établir une union délicate mais authentique avec nos besoins, nos pensées, nos peurs et nos vides pour prendre des décisions sur notre vie.

Aujourd’hui, dans cet article, nous allons vous expliquer de quelle manière on extériorise ce mal être intérieur, ces dimensions psychologiques qui nous montrent le besoin d’investir un peu plus en nous-même.

Vous avez besoin de temps pour vous : 5 pistes à connaître

Souvent, lorsqu’arrivent les vacances, beaucoup d’entre nous préparons nos voyages, nos moments de loisirs et nos escapades en pensant que nous allons nous sentir mieux que jamais.

Pourtant, cette supposée « règle indéfectible » ne s’applique pas toujours.

Sortir de la routine intensifie parfois le stress : les voyages, les préparatifs, les réunions familiales, le besoin de programmer chaque jour pour « profiter du temps ».

Découvrez : Marcher rend le cerveau plus créatif et plus heureux

De plus, considérez que ce temps pour vous, qui vous aiderait à vous sentir mieux à un moment donné, vous le partagez avec d’autres personnes : conjoint, enfants, famille…

  • Que vous le croyez ou pas, nous avons tous besoin de périodes de solitude quotidienne. 

Parfois, quelque chose d’aussi simple que se consacrer deux heures quotidiennes à soi est la meilleure des vitamines.

Voyons à présent quelles sont les dimensions psychologiques qui nous démontrent que nous avons peut-être atteint la limite de nos forces.

5-secrets-des-personnes-qui-souffrent-d'anxiete-500x371

1. La mauvaise humeur et l’apathie

Chacun d’entre nous pouvons passer par ces moments où tout nous embête, où nous sommes de mauvaise humeur et où rien ne nous intéresse.

Cela peut être des journées ponctuelles, mais le problème prend une autre dimension lorsque cette sensation s’allonge dans le temps et devient chronique.

Se lever tout le temps avec la sensation que nous n’allons pas réussir à aller au bout de la journée, que nous allons à contre-courant, que ceux qui nous entourent ont des priorités qui ne s’emboîtent pas avec les nôtres…

Ces aspects sont la preuve, sans aucun doute, que le mal être nous envahit.

Quand la mauvaise humeur devient quasiment ce souffle de vie duquel nous ne pouvons nous détacher, c’est que quelque chose se passe en nous.

2. La sensation de ne pas avoir de temps pour rien

Ce phénomène de temps perdu est un symptôme très commun, lié à l’anxiété.

Il ne s’agit pas d’avoir la sensation que nous n’allons pas pouvoir faire tout ce que nous avons en tête, mais en plus, nous avons l’impression que de petites périodes de temps se sont écoulées, entre une demi-heure et une heure, durant lesquelles nous ne savons pas ce qu’il s’est passé ou ce que nous avons fait.

Il est fréquent de ressentir cela lors des périodes accrues de stress et d’anxiété.

Découvrez : Stress et anxiété ? Détendez-vous avec ces smoothies naturels

3. L’échec auto-perçu

Quoi que l’on fasse, tout va mal se passer. Cette perte d’auto-confiance fait que nous avons souvent l’idée que tout échappe à notre contrôle, que même si nous nous efforçons, rien ne dépend de nous.

C’est une réalité frustrante qui révèle un indicateur clair auquel nous devons prêter plus d’attention. Placez-vous en priorité, consacrez-vous du temps. 

4. Ne pas se sentir valorisé

Nous le signalions dans les paragraphes précédents : le monde va à contre-courant et c’est comme si ceux qui nous entourent se considéraient comme prioritaires, pensant que nous devons toujours être là pour eux.

Que lorsqu’ils ont besoin d’air, nous leur donnions de l’air ; que quand ils veulent marcher, nous placions un sol sous leurs pieds. 

  • Ce manque de défense peut être perçu ou réel. C’est pour cela qu’il est nécessaire de savoir réagir et de mettre des limites, car ne pas se sentir mis en valeur peut clairement déboucher sur une dépression.

Femme-vertige-500x340

5. Les symptômes psychosomatiques

Le fait de ne pas avoir de temps pour soi, de ne pas disposer d’espaces propres où penser, où nous détendre pour débuter un dialogue intérieure, pour découvrir quelles sont nos priorités et pouvoir penser aux changements que nous devrions faire, fait que notre corps réagisse et présente les symptômes suivants :

  • La tachycardie
  • La fatigue excessive
  • La céphalée
  • Les mauvaises digestions
  • L’insomnie

Comment commencer à se consacrer du temps

Les vacances ne suffisent pas. Il ne faut pas attendre le vendredi pour être heureux ni les vacances pour être quelqu’un.

Le meilleur moment, c’est maintenant !

Lisez aussi : La douleur émotionnelle est celle qui met le plus de temps à se soigner

  • Consacrez-vous du temps pour être en bonne santé. C’est un besoin vital comme manger ou s’habiller. Alors, pendant la journée, dédiez-vous une ou deux heures, seul à seul.
  • Ce temps avec vous-même doit être du temps de qualité et seul, dans la mesure du possible.
  • Il y a des personnes qui en profitent pour méditer, d’autres qui font du yoga, d’autres encore qui s’assoient sur le rebord d’une fenêtre et laissent échapper une grande respiration.
  • Ce temps pour vous est celui dont vous avez besoin pour vous connecter à vos besoins. Pour penser à ce que vous voulez et ce que vous ne voulez pas dans votre vie.
  • Petit à petit, comprendre vos priorités vous aidera à prendre des décisions. Car pour être heureux, il faut être capable de décider, d’avancer sans peurs.

Et c’est à votre portée !