Sentiments de culpabilité et de mauvaise humeur constante (dépression cachée)

Le sentiment de culpabilité constante face à des actions dont nous ne sommes pas responsables devrait nous donner une piste sur le problème. Il est important de le traiter le plus tôt possible pour qu'il n'empire pas.

Parfois, il apparaît une voix en nous qui nous remplit de sentiments de culpabilité, qui nous indique que nous faisons tout mal, que rien ne vaut la peine et que même si nous nous efforçons, rien ne fonctionnera comme nous le souhaiterions.

De même, il arrive fréquemment que les patients atteints de dysthymie montrent un mal-être et une mauvaise humeur chronique qui leur fait perdre leur intérêt pour presque tout et n’importe quoi les fait réagir avec défaitisme et mauvaise humeur.

Tous ces symptômes sont des symptômes d’un type de dépression qui, au début, peu être léger ou modéré.

Cependant, si vous ne la traitez pas et que vous ne l’affrontez pas, cette dépression peut devenir un problème considérable.

Découvrons ensembles ces deux symptômes si courants.

Selon la manière dont ils affectent nos vies et le contrôle que nous avons sur ce sentiment de culpabilité et cette mauvaise humeur, nous pouvons parler d’une possible dépression ou tout simplement, d’une mauvaise passe.

Quand le sentiment de culpabilité et la mauvaise humeur constante nous envahissent

Quand nous mangeons un peu plus que ce que nous devrions ou quand nous avons une conversation avec quelqu’un et qu’ensuite nous regrettons, la culpabilité surgit.

Quand nous nous regardons dans le miroir, parfois, nous voyons seulement quelqu’un qui a échoué. 

Découvrez : Comment combattre la tristesse de manière naturelle ?

Tout cet ensemble de sentiments et d’émotions négatives vécues pendant des jours et des mois sont une piste évidente de quelque chose qui fonctionne mal chez nous.

Personne ne peut vivre avec l’ombre de la culpabilité nous menaçant comme un couteau de manière constante.

Femme-triste-serpents-500x332

Freud n’est pas le seul à nous l’avoir dit : “le sentiment exagéré de culpabilité et l’auto-culpabilité sont les clés pour comprendre la dépression”.

À travers des résonances magnétiques, on a pu découvrir ce que cette culpabilité génère dans notre cerveau.

La culpabilité et les auto-reproches sont comme des « morsures » dans notre cerveau

L’étude sur la manière dont le sentiment de culpabilité affecte notre cerveau a été publiée dans la revue General Psychiatry et nous révèle les choses suivantes :

  • La structure cérébrale chargée de transformer une comportement capable de rationaliser et de résoudre la sensation de culpabilité est le lobe temporal antérieur.
    Cette région est liée au comportement social et c’est elle qui fait que nous allons voir les choses avec une plus grande objectivité.
  • Les personnes qui traversent un trouble dépressif « ont déconnecté cette zone » pour activer exclusivement la région sous-génuale.
  • Cela fait que nous ne responsabilisons personne concernant ce qui arrive (si quelqu’un nous fait du mal, nous rend furieux ou nous trompe) : nous personnalisons tout, nous nous attribuons tout à nous-même.

Lisez aussi : Quand une faible estime de vous-même devient votre pire ennemie

Nous sommes face à une réalité qui peut être perçue très clairement dans le cerveau.

Selon les experts, cela peut déboucher sur une certaine agressivité, une baisse notable de l’auto-estime et dans le pire des cas, la sensation que tout échappe à notre contrôle et que la vie n’en vaut pas la peine.

C’est quelque chose de très grave. 

La mauvaise humeur comme compagne quotidienne

La mauvaise humeur et la sensation que notre réalité a perdu sa brillance originelle sont des symptômes caractéristiques de ce que l’on connaît sous le nom de dysthymie.

  • L’apathie, la baisse d’énergie, les problèmes de sommeil, les hauts et les bas alimentaires, le fait d’avoir besoin de fuir les gens et d’être reconnu et écouté immédiatement sont des traits de ce type de dépression qui, de plus, peut avoir un composant génétique.

Le plus complexe de ce type de dépression est que nous pouvons passer plusieurs années à en souffrir sans être complètement abattu.

C’est-à-dire que nous allons au travail, mais nous le faisons à contrecœur avec la sensation claire que nous ne sommes pas heureux.

Et chaque jour, il est plus difficile de nous lever…

Fille-triste-yeux-fermes-500x375

Lorsque cette sensation apparaît, il est important de demander de l’aide et avant tout, d’être conscient que quelque chose ne va pas bien et que nous devons le résoudre.

Stratégies d’affrontement pour le quotidien

Pour dépasser une dépression, nous avons besoin d’un traitement médical, d’une thérapie, d’une force de volonté et du soutien des nôtres.

Lisez aussi : Comment différencier le stress, la dépression et l’anxiété?

Sachez aussi que chacun d’entre nous doit trouver sa propre stratégie d’aide, car chaque personne est unique et il n’y a pas deux dépressions similaires.

Cependant, il n’est jamais de trop d’appliquer ces recommandations simples dans le quotidien.

Proprietes-graines-coquelicot-2

  • Le mouvement, l’exercice, les bains de soleil : il s’agit, tout simplement, de sortir de chez soi, de s’entourer de « vie », de mettre en mouvement notre corps et avec, de créer divers changements merveilleux dans notre cerveau.
  • Stoppez la rumeur négative de votre cerveau. Il est nécessaire de mettre fin au bruit mental, au « je ne peux pas », et au « c’est de ma faute ».
  • Vos pensées négatives ne sont pas des réalités, ce sont des perceptions et les perceptions ne sont pas toujours authentiques.
  • Visualisez chaque jour le changement, la manière dont serait votre vie avec un peu d’humour, un meilleur équilibre et une paix intérieure. 

Luttez pour que ce rêve devienne réalité.

A découvrir aussi