4 conseils pour cesser de se plaindre

31 juillet 2017
Il faut savoir que la plainte est précisément ce qui nous empêche d'avancer et d'atteindre nos objectifs, car elle est très lourde à porter et on s'y habitue.

 

La plainte est une habitude que beaucoup de personnes adoptent et de laquelle il est très difficile de se défaire.

Pourquoi ? Car l’idée d’être une victime des circonstances est très tentatrice.

Ne pas prendre nos responsabilités face à ce qui nous arrive, ne pas prendre de mesures vis à vis des situations qui ne nous plaisent pas nous invite à la plainte.

Mais la mauvaise humeur, la colère, l’énervement et le malheur deviendront des constantes dans notre vie.

Lisez aussi : Victimisme chronique : les personnes qui se plaignent constamment

Pour sortir de cette spirale de plainte, il est indispensable de tenir compte de ces 4 conseils qui vous aideront à vous sentir mieux avec vous-même et à prendre les choses en main quand la vie prend une tournure difficile.

1. Adieu à la plainte, en marche !

La plainte a une particularité : elle est passive. Avec elle, on n’arrive nulle part et on ne résout rien.

Se plaindre nous permet de nous considérer comme des victimes qui ne font rien pour changer ce qui leur arrive. Par exemple, face à un projet qui n’a pas été résolu, nous nous plaignons. Mais nous pouvons aussi choisir un autre chemin.

Au lieu de nous laisser emporter par la facilité de la plainte, nous pouvons accueillir tous ces sentiments et émotions qui nous envahissent, et les prendre comme des impulsions pour prendre un autre sentier ou apprendre de ce que l’on a fait.

Découvrez : N’ayez pas peur de perdre celleux qui ne se sentent pas chanceux-ses de vous avoir

Nous ne pouvons pas rester de marbre face à une situation qui se délite ou qui ne se passe pas comme prévu. Rêver est gratuit, mais si vous ne faites pas une réalité de vos rêves, cela vous coûtera très cher.

Cessez de vous plaindre et mettez la main à la pâte. Il est temps d’abandonner ces pensées pleines de lamentations et de commencer à agir.

2. Ne jamais rejeter ce qui nous arrive

Nous avons tendance à rejeter ce qui nous arrive et ce qui ne nous plaît pas. C’est le chemin le plus facile qui nous conduit à la plainte.

Mais il y a des situations que nous ne pouvons pas modifier. Par exemple, le fait d’avoir commis une erreur dans le passé est quelque chose d’impossible à changer.

Allons-nous nous plaindre de cela ? Allons-nous continuer à nous plaindre dans le présent pour un passé auquel nous ne pourrons jamais accéder ?

Faire cela, c’est perdre son temps et épuiser des énergies que nous pourrions dépenser dans quelque chose de beaucoup plus utile. 

Apprenons à accepter ce qui nous arrive. Nous pouvons tirer un enseignement de tout, qui nous rendra meilleur-e-s. Nous n’avons qu’à gratter un peu. On commence dès maintenant ?

3. Soyons courageux-ses, soyons responsables

La spirale de la plainte évite de prendre la responsabilité de ce qui nous arrive. C’est beaucoup plus facile de reprocher nos malheurs aux autres. 

Malheureusement, la plupart des choses qui nous arrivent sont de notre responsabilité. Même si d’autres se comportent mal avec nous, la décision de continuer à permettre cela et prendre des mesures est nôtre.

Ne passez pas à côté de : Courageux-ses sont celleux qui rassemblent leurs morceaux et qui se reconstruisent seul-e-s

Il ne s’agit pas de changer les autres. Il ne s’agit pas non plus de croire en un Dieu auquel on renonce quand un proche meurt ou que nous tombons en morceaux.

Assumons les conséquences de nos actes et agissons intelligemment face à ce que l’on ne peut pas changer de manière humaine. Soyons courageux-ses pour affronter n’importe quelle difficulté qui nous touche, comme à tout le monde.

4. Communiquer avec la plainte

Que provoque chez vous le fait de vous plaindre ? Est-ce une sensation agréable ou désagréable ? Il est probable que ce ne soit pas une bonne sensation, même s’il s’agit de manipuler les autres.

Quand la plainte fait acte de présence, nous devrions prendre des mesures. L’une d’entre elles est de parler avec elle, lui demander ce qu’elle fait là et quelle est sa motivation.

Nous devrions faire cela avec l’énervement, la colère, l’envie et bien d’autres émotions qui entraînent chez nous des problèmes dans le quotidien.

Peut-être que vous allez découvrir que vous vous plaignez pour attirer l’attention ou que vous avez besoin de reprocher cela aux autres car vous ne voulez pas prendre la responsabilité de vos décisions. Peut-être que vous l’utiliser pour manipuler les autres car vous avez besoin de prendre le contrôle.

Avant de partir, n’oubliez pas de lire : 9 manières d’irradier les autres de positivisme et de bonne énergie

Quelle que soit la raison pour laquelle la plainte est entrée dans votre vie, il est important d’être conscient-e du fait qu’elle ne doit pas y rester très longtemps.

Elle ne vous rendra que fragile, victime et passif-ve face à des situations qui sont entre vos mains et qui prennent un nouveau rythme. Tout est question de changement de perspective.

Alors, prêt-e à dire adieu à la plainte improductive ?

 

Image principale de © wikiHow.com

A découvrir aussi