5 conseils pour pratiquer le détachement

Vous avez peur de baser vos relations sur l'attachement émotionnel ? Nous allons ici vous donner quelques conseils pour pratiquer le détachement. Vous pourrez ainsi avoir des liens plus sains.
5 conseils pour pratiquer le détachement

Dernière mise à jour : 19 juin, 2021

Beaucoup de personnes ont des relations qui se basent sur l’attachement. C’est une chose parfaitement normale car les schémas qu’elles ont connu tout au long de leur vie se basaient sur cela. Mais le mal-être que cela leur cause, la douleur et le peu d’indépendance les poussent à chercher des conseils pour pratiquer le détachement.

Il existe une phrase très intéressante qui résume ce qu’est l’attachement et ce qui le différencie de l’amour. La psychologue Silvia Congost dit la chose suivante : « la dépendance naît du besoin, l’amour naît de la liberté ». C’est tellement vrai ! Une dépendance qui n’existe pas seulement dans le couple mais peut aussi apparaître avec la famille et les amis.

Comment savoir si je souffre d’attachement émotionnel ?

La première chose à savoir est si nous souffrons réellement d’attachement émotionnel. Tout n’est pas forcément qu’attachement et dépendance : nous allons donc essayer de l’identifier.

Nous devons soupçonner que nous souffrons d’attachement émotionnel quand nous ne pouvons pas arrêter de penser à l’autre personne. Que nous soyons au travail ou avec nos amis, nous avons du mal à profiter du moment et à nous concentrer car l’autre occupe toutes nos pensées. Ce n’est ni sain ni positif.

Un autre aspect qui devrait nous alerter est le fait de toujours attendre de recevoir un appel ou un message de l’autre. C’est comme si l’attention était concentrée sur cette personne et nous faisait déconnecter du reste. Cela n’a rien de positif, surtout parce qu’il y a bien d’autres choses qui requièrent notre entière attention.

Enfin, si nous ne nous sentons heureux que lorsque nous sommes avec l’autre ou avons de ses nouvelles, c’est grave. Notre bonheur doit naître de l’intérieur et ne pas dépendre de quelqu’un d’autre. Ceci nous indique un problème d’estime de soi.

Une femme qui ne peut pas surmonter une infidélité.

Quand la pensée et le souvenir de l’autre personne envahissent toute notre vie, il s’agit d’attachement émotionnel et non d’amour.

Poursuivez votre lecture : L’estime de soi : la clé du bonheur

Symptômes de l’attachement émotionnel

Pour mieux illustrer et identifier l’attachement émotionnel, nous allons prendre quelques exemples des symptômes qui peuvent nous alerter. Par exemple, si nous nous sentons très anxieux en constatant que l’autre ne nous répond pas au bout d’une demi-heure. Nous regardons notre téléphone de manière compulsive et c’est un signe clair.

Le fait que nous soyons incapables de faire quelque chose et de nous sentir bien sans que l’autre soit là est aussi un symptôme d’attachement émotionnel. Si nous ne savons pas profiter des choses quand l’autre personne n’est pas là, cela doit nous alerter d’un problème qu’il faut résoudre le plus vite possible.

D’autres symptômes peuvent être les suivants :

  • Nous avons besoin de faire plaisir et de satisfaire l’autre pour nous sentir bien.
  • Nous ne voyons pas les défauts de l’autre personne, mais seulement ce qui nous plaît chez elle.
  • Par ailleurs, nous avons peur qu’elle nous rejette ou nous abandonne.
  • À cause de cela, nous agissons de façon possessive et ressentons de la jalousie.
  • La phrase « je ne suis rien sans toi » définit notre relation.

Conséquences de l’attachement émotionnel

Comme nous pouvons le voir, l’attachement émotionnel n’a rien de sain. Il est impossible d’avoir une relation saine basée sur la confiance si nous avons peur de perdre l’autre personne.

À partir du moment où tout notre univers tourne autour de cette personne et où nous ne sommes pas autonomes mais dépendants, nous sommes dans une relation toxique qui ne nous cause que de la douleur.

Une autre des conséquences de l’attachement émotionnel est que notre estime de soi diminue. Étant donné que seule l’autre personne nous importe, nous cessons de prendre soin de nous. Par conséquent, nous disparaissons peu à peu et, en nous regardant dans le miroir, nous ne nous reconnaissons plus. Nous nous sommes oubliés.

Même si l’autre personne nous fait nous sentir heureux, nous nous sentons tout le temps insatisfaits et frustrés. C’est comme si rien ne pouvait nous combler. Ces sentiments sont normaux quand nous dépendons de choses extérieures pour être heureux.

Les pensées en boucle, l’anxiété, la peur constante de l’abandon, la demande de démonstrations d’affection de la part de l’autre personne… Tout cela a un dénouement fatal. Notre estime de soi ne fera que chuter et nous finirons piégés dans une relation avec une émotion prédominante : la douleur.

5 conseils pour pratiquer le détachement

Maintenant que nous savons à quel point l’attachement émotionnel peut être nocif, il convient de prendre en compte quelques conseils pour pratiquer le détachement. Ce n’est pas une chose simple mais avec de la volonté et une aide professionnelle, il est possible de changer la façon dont nous nous sommes liés aux autres jusqu’à maintenant.

1. Avoir notre propre vie

Ces phrases si rebattues comme « nous ne faisons plus qu’un » ou « tu es toute ma vie » sont une grande erreur. Être en couple ou avoir une autre personne dans son existence n’implique pas que nos vies fusionnent et que l’on doive tout faire ensemble. Voir ses amis séparément et faire des activités tout seul est fondamental.

2. Apprendre à être seuls

Nous nous sentons tristes quand nous sommes seuls ? Nous angoissons si l’autre personne n’est pas avec nous ? Elle n’a pas toujours été là et il est possible que la relation finisse par prendre fin ou que les chemins prennent des directions différentes. Nous devons apprendre à être seuls et à apprécier cette solitude.

Une femme qui apprécie sa solitude.

Profiter de la solitude est un exercice qui sert pour l’autosuffisance et pour favoriser le détachement.

Découvrez aussi : Découvrez les bienfaits de la solitude

3. Personne n’est responsable de nous

Ce conseil pour pratiquer le détachement est fondamental. Personne, à part nous-mêmes, ne devrait être responsable de notre bonheur ou bien-être. Nous ne sommes plus des enfants qui dépendent des adultes. Nous devons apprendre à être responsables de notre vie.

4. Ne rien prendre pour acquis

Être en couple ne signifie pas que l’autre nous doive quelque chose ou qu’il veuille être avec nous pour toujours. Il nous est sûrement déjà arrivé de mettre fin à une relation, n’est-ce pas ?

Avec l’attachement, nous avons généralement des relations qui s’enchaînent pour éviter d’être seuls et de vivre un deuil. Par conséquent, observons réellement la relation, sans plonger dans des fantasmes.

5. La communication est fondamentale

Nous sommes jaloux de l’autre ? Méfiants ? Il vaut mieux lui en parler que de tomber dans des pratiques obsessionnelles qui n’auraient rien de sain pour la relation.

Ceci peut vous aider à arrêter de douter, à être plus tranquille et à comprendre que tout est dans notre esprit, à cause de notre insécurité. La communication est fondamentale.

Pratiquer le détachement est un exercice

Nous ne pouvons pas terminer cet article sans une chose importante : si vous en avez besoin, n’hésitez pas à consulter un professionnel. Dans le domaine de la psychologie, beaucoup de personnes sont spécialisées en dépendance et peuvent nous aider à pratiquer le détachement d’une façon plus efficace.

Construire des relations saines n’est pas simple, mais c’est possible. Nous devons nous défaire de beaucoup de schémas appris, et il est de notre responsabilité de le faire.

Cela pourrait vous intéresser ...
La codépendance émotionnelle, qu’est-ce que c’est ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
La codépendance émotionnelle, qu’est-ce que c’est ?

Vous avez souvent entendu parler de codépendance émotionnelle sans savoir de quoi il s'agit ? Nous vous expliquons tout dans cet article.



  • Aiquipa Tello, J. J. (2015). Dependencia emocional en mujeres víctimas de violencia de pareja. Revista de Psicología (PUCP)33(2), 411-437.
  • Castelló, J. (2000). Análisis del concepto dependencia emocional. In I Congreso Virtual de Psiquiatría (Vol. 5, No. 8).
  • Hoyos, M. L., Arredondo, N. H. L., & Echavarría, J. A. Z. (2007). Distorsiones cognitivas en personas con dependencia emocional. Informes psicológicos9, 55-69.