Les quatre éléments essentiels du bonheur

28 août 2020
Nous avons tous déjà fait l'expérience de la joie dans notre vie, mais savez-vous quels sont les quatre éléments du bonheur ? Dans cet article, nous vous présentons les quatre neurotransmetteurs qui peuvent augmenter votre sensation de joie et de plénitude.

On appelle quatuor du bonheur les hormones que sont la sérotonine, la dopamine, l’ocytocine et les endorphines (EDS). Une fois libérées, elles provoquent une agréable sensation de chaleur humaine. Chaque personne est capable de déclencher son propre bonheur à travers des comportements spécifiques. Car, comme nous le savons, il s’agit d’un sentiment subjectif.

Le plus curieux de ces quatre éléments essentiels du bonheur est qu’ils n’ont rien à voir avec la quantité d’argent que l’on possède, avec le statut que l’on a ou le poste que l’on occupe. Chaque individu peut être heureux par ses propres moyens de façon simple, tel que nous vous l’expliquons ci-dessous. Découvrez davantage !

Le rôle des substances dans le déclenchement du bonheur

Les substances qui composent le quatuor du bonheur interagissent et ont leurs propres effets spécifiques. La sérotonine, la dopamine, l’ocytocine et les endorphines sont des adjuvants dans une formule qui, sans être magique, nous rend entiers et heureux.

La sérotonine

Il s’agit d’un neurotransmetteur impliqué dans la régulation de l’humeur, du sommeil, de l’ingestion alimentaire et de certains processus cognitifs. Lorsque la proportion de sérotonine dans le système nerveux est correcte, nous nous sentons heureux, satisfait et nous voyons le bon côté des choses.

Toutefois, quand la sérotonine fait défaut, cela peut provoquer une dépression ou l’arrivée de la tristesse, de la démotivation, un manque d’énergie ainsi qu’un certain pessimisme. Par conséquent, il est fondamental de maintenir les taux de sérotonine à un niveau adéquat pour les neurones.

Une femme nageant dans le bonheur.

La dopamine, l’un des éléments essentiels du bonheur

Voici un autre neurotransmetteur important pour notre cerveau, puisqu’il est à l’origine de sensations de plaisir. Il agit, par exemple, lorsque nous atteignons un objectif, que nous mangeons quelque chose que nous adorons ou que nous achetons ce que nous souhaitions depuis longtemps.

De même que la sérotonine, la dopamine est impliquée dans les facteurs de motivation, mais de manière beaucoup plus directe. En effet, les personnes qui ont un faible niveau de dopamine éprouvent une difficulté marquée à ressentir du plaisir et à être motivées.

Par ailleurs, la dopamine est très étudiée chez les patients souffrant de dépression, car des niveaux inadéquats interfèrent avec le processus de rétablissement de la situation dépressive. Certains médicaments inhibent justement le recaptage de ce neurotransmetteur pour l’augmenter dans l’organisme.

Lisez également : Le bonheur n’est pas utopique

L’ocytocine

Il s’agit d’une hormone qui se libère avec le contact socialPar exemple, avec notre partenaire, nos amis et nos proches, ou une maman avec son jeune enfant.

Elle est connue comme l’hormone des liens émotionnels. Elle est indispensable car elle rend l’interaction avec les autres agréables. En effet, se priver de contact social empêchera la sécrétion d’ocytocine, avec un déficit qui en résultera.

Les endorphines

Les endorphines sont des opiacés endogènes directement produits par l’organisme humain. Il s’agit, entre autres, d’analgésiques naturels. 

Leur action déclenche une sorte de sensation agréable qui parvient à masquer la douleur physique. Les effets des endorphines peuvent être ressentis, par exemple, après un entraînement intense de sport. Qui n’a pas éprouvé cette sensation de plaisir après une séance à la salle de sport ?

Le sport stimule la libération d'endophines et participe donc au bonheur.

Découvrez-en davantage : Pourquoi devez-vous faire de l’exercice régulièrement ?

Peut-on stimuler naturellement les quatre éléments du bonheur ?

La réponse est un oui retentissant. Le bonheur est à portée de main, dans une large mesure. Effectivement, il relève de notre responsabilité, peu importe ce qui se passe autour de nous. Voici donc certaines mesures que nous pouvons prendre afin de stimuler ces neurotransmetteurs :

  • S’exposer à la lumière du soleil
  • Faire des promenades régulières dans des endroits agréables
  • Penser aux objectifs futurs et aux souvenirs heureux
  • Faire du sport

De façon plus spécifique, les niveaux de dopamine augmentent lorsque nous célébrons des objectifs atteints. Nous pouvons donc diviser un but en plusieurs petits objectifs afin de les fêter chaque fois que nous franchissons une étape réussie.

Concernant l’ocytocine, nous devons penser et agir sur les relations sociales pour les stimuler. Par exemple, il faut multiplier les contacts, les câlins et les caresses avec les personnes que nous aimons. Les relations sexuelles augmentent également les niveaux d’ocytocine de façon naturelle. Elles constituent un excellent moyen de se connecter avec l’autre !

Enfin, au sujet des endorphines, le plus grand allié est le sport. Il ne s’agit pas de faire un exercice extrême, mais plutôt de pratiquer régulièrement un entraînement qui nous procure du plaisir par le simple fait de bouger. Les techniques de relaxation et de méditation sont aussi utiles pour nous guider vers le bonheur.

Libérons le quatuor du bonheur !

Pour conclure, mettre en marche le quatuor du bonheur ne dépend que de vous. Vous pouvez effectivement installer la pratique des activités que nous venons de mentionner puis observer leurs effets bénéfiques sur votre bien-être physique et émotionnel. Les changements ne surviendront pas du jour au lendemain, mais le plus important est de se mettre sur la bonne voie et de poursuivre l’état qui nous rend heureux.

 

  • Breuning, L. G. (2012). Meet your happy chemicals. System Integrity Press.
  • Salamone, J. D., & Correa, M. (2012). The mysterious motivational functions of mesolimbic dopamine. Neuron76(3), 470-485.
  • Young, S. N. (2007). How to increase serotonin in the human brain without drugs. Journal of psychiatry & neuroscience: JPN32(6), 394.
  • Goodale, Elizabeth P. “El papel de la norepinefrina y de la dopamina en la depresión.” Revista de Toxicomanías 50 (2007): 19-22.