Nos cousins, ces ami-e-s, frères et sœurs de l’âme

Nos cousins représentent un lien familial qui est un lien « de fabrique ». À travers ces parents les plus proches, nous enrichissons grandement nos années d’enfance et de maturité.

Concernant l’environnement psychologique et social, on parle souvent du poids des liens les plus proches, c’est-à-dire de celui avec nos parents et nos frères et sœurs.

Mais dans ce « second » cercle de parenté éloigné et où la génétique n’est pas aussi étroite, c’est là qu’apparaissent les « deuxièmes frères et sœurs ».

Ils ont été d’exceptionnels amis avec qui, en plus de partager un nom de famille du côté maternel ou paternel, nous avons vécu mille et une aventures, et créé mille et un souvenirs.

Ils restent aujourd’hui des pièces clés dans notre maturité.

Nous vous invitons à approfondir un peu plus cette relation précieuse, et à l’encourager chez vos enfants pour renforcer le lien familial à « tous les étages ».

Nos cousins, ces exceptionnels seconds frères et sœurs

Les anthropologues nous signalent qu’aujourd’hui, toutes les cultures ne donnent pas autant de poids à la famille.

Il y a des pays où on maintient un contact cordial qui se limite à des coups de téléphone et à une ou deux réunions par mois.

À l’inverse, dans d’autres cultures, le contact quotidien est commun, voire même, certaines familles vivent ensemble, toutes générations confondues, que ce soit pour le soin des personnes âgées, par nécessité économique ou par simple réciprocité.

Découvrez aussi : 4 merveilleuses choses que vous apprennent vos petits-enfants

Beaucoup d’entre nous avons grandi avec nos cousins à deux pas, et avec nos grands-parents dans la maison.

Nos oncles et tantes venaient nous chercher à l’école régulièrement quand nos parents devaient travailler tard.

Grandir avec cette série de contacts quotidiens, d’actes chargés -généralement- d’affection et de respect, est sans aucun doute une valeur très enracinée dans plusieurs cultures et dont tout le monde profite, grands et petits.

Voyons à présent ce que nous apportent nos cousins dans l’enfance et quelle position ils occupent dans notre maturité.

Cousins

Une manière de se socialiser au-delà du noyau familial

Quand un enfant vient au monde, il a pour premier cercle d’interaction ses parents et ses frères et sœurs.

Avant de commencer à construire des liens d’amitié avec d’autres personnes, cet enfant trouvera chez ses cousins un contact social duquel il pourra bénéficier.

Lisez aussi : Celui qui juge ne définit pas la personne jugée, il se définit lui-même

  • La qualité d’une relation entre cousins est déterminée par la relation qui existe entre les frères et sœurs. Si cette dernière est affectueuse, alors la relation entre cousins le sera aussi.
  • De fait, beaucoup d’entre nous ne connaissons pas nos cousins tout simplement parce que nos parents n’ont plus de relations avec leurs frères et sœurs à un moment donné.
  • Si le contact est bon et fréquent, l’enfance de l’enfant sera récompensée par cette amitié spéciale, où le composant familial et émotionnel créera une empreinte éternelle chez lui.

Nos cousins ont été ces deuxièmes frères et sœurs avec lesquels nous avons exploré le village de nos grands-parents, nous avons vécu des aventures de vacances ou de week-end, nous avons pris des risques, nous nous sommes perdus, nous avons découvert, nous nous sommes disputés, nous avons ri et nous avons créé cette « réserve cognitive » qui nous fait tant grandir.

amies-cafe-500x397

Nos cousins, des alliés indispensables

Nous savons tous qu’il n’est pas commun de bien s’entendre avec tous ses cousins, du côté maternel et du côté paternel.

  • Nous aurons des connexions avec ceux qui ont les mêmes valeurs que nous, avec une personnalité similaire, avec ceux qui ont su nous soutenir et nous faire sourire aux moments où nous en avions besoin, ceux qui nous ont accompagné dans l’enfance et qui continuent à nos côtés dans la maturité.
  • Il y a aussi des cas où les personnes ont une relation plus enrichissante avec leurs cousins qu’avec leurs frères et sœurs.

Ce sont des choses normales qui ne doivent pas nous inquiéter outre mesure.

  • Ce n’est pas parce qu’on est de la même famille que nous sommes obligés de feindre quelque chose que nous ne ressentons pas.
    Alors, rien de mieux que de suivre la voix de notre cœur et de notre conscience, en étant respectueux à tout moment.

Un cousin peut être meilleur qu’un ami, il peut être un allié indispensable, un frère ou une sœur de l’âme, une personne à qui nous souhaitons raconter notre vie.

Favoriser une bonne relation de nos enfants avec leurs cousins

Si vous avez de bonnes relations avec vos frères et sœurs et avec ceux de votre conjoint, n’hésitez pas à favoriser ces réunions où les adultes profitent et où les enfants apprennent à vivre ensemble.

Lisez aussi : Journée de la famille : le meilleur cadeau que peut nous donner la vie

  • Nous ne devons pas oublier que l’enfance est un moment exceptionnel où chaque événement compte, surtout dès les 6 premières années de vie.
  • Si nous favorisons ces jeux, ces aventures, ces après-midi, ces rires, ces espiègleries et ces chansons entre cousins, nous leur offrons non seulement du bonheur, mais également de merveilleux souvenirs qui leur permettront de grandir dans la joie et en se sentant aimés.

Permettez à vos enfants d’avoir une relation positive avec leurs cousins !

A découvrir aussi