5 données sur les fibromes utérins à connaître à tout prix

Même s'ils ne sont pas dangereux, il est toujours préférable de faire des check-up gynécologiques fréquents pour obtenir un diagnostic précoce, ainsi qu'un traitement adapté aux fibromes utérins.

 

Les fibromes utérins sont des masses anormales de tissu musculaire qui se forme sur la superficie de l’utérus et plus rarement, dans le col de l’utérus.

Leur présence est souvent alarmante pour les femmes diagnostiquées, mais seul 0,5% se développent à cause des cellules cancérigènes.

Cela signifie que, même s’ils peuvent provoquer des gênes gynécologiques, ils représentent très rarement un risque de cancer dans le corps.

Mais, c’est cependant une condition à laquelle il faut prêter attention, car elle peut interférer sur la santé reproductive et hormonale.

La Société Espagnole de Gynécologie et d’Obstétrique assure que près de 70% des femmes peuvent avoir ce problème à un moment de leur vie.

Malgré cela, les femmes ne s’informent pas beaucoup et de fait, elles se rendent compte de la maladie qu’au bout d’un long moment.

C’est pour cela que dans cet article, nous voulons partager avec vous 5 données importantes que toute femme doit connaître sur leur développement.

Découvrez-les !

1. Qu’est-ce qu’un fibrome utérin ?

Les fibromes sont des types de tumeur bénigne qui apparaissent surtout après 20 ans.

Connus aussi sous le nom de myomes, de léiomyomes ou de fibromyomes, ce sont de petites masses de tissu, à l’aspect rond, dont la taille peut être microscopique, ou plus grande.

Leur apparition est liée à des facteurs génétiques et hormonaux et c’est malheureusement l’une des causes de l’infertilité des femmes.

Lisez aussi : 7 habitudes « innocentes » qui provoquent des déséquilibres hormonaux

2. Quels sont les types de fibromes utérins ?

Les fibromes se classent en quatre types, selon l’endroit où ils se trouvent dans l’utérus.

Le fibrome sous-muqueux

  • Ce sont ceux qui se forment juste sous le myomètre, c’est-à-dire le revêtement qui protège la paroi intérieure de l’utérus.
  • Il peut s’étendre vers la partie intérieure de la cavité utérine, et quand il s’agrandit, il en occupe une grande partie.

Le fibrome sous-séreux

  • Ce type de masse se forment juste en-dessous de la séreuse, la couche qui recouvre la partie externe de l’utérus.
  • Son apparition fait que l’utérus acquiert un aspect nodulaire.

Le fibrome pédiculé

  • Ces fibromes sont de type sous-séreux mais à la différence des précédents, ils grossissent et finissent par se répandre dans l’utérus, accrochés à un cordon fin connu sous le nom de pédicule.
  • Ce type de tumeur peut grandir à l’intérieur de la cavité utérine ou à l’extérieur.

Le fibrome intra-mural

  • Ce sont des masses qui se forment à l’intérieur de la paroi musculaire de l’utérus et quand elles grandissent, elles peuvent déformer aussi bien la paroi externe que la paroi interne de l’organe.

3. Quels sont les symptômes des fibromes utérins ?

Même si dans la plupart des cas, c’est une maladie difficilement détectable à cause du manque de symptômes, plus de la moitié des personnes affectées peut vivre des changements qui alertent de leur présence.

Parmi eux, on peut trouver :

  • Des saignements menstruels abondants et irréguliers
  • Un inflammation et une douleur dans la partie basse du ventre
  • Une prise de poids soudaine
  • Des difficultés à tomber enceinte
  • Des grossesses et des accouchements à fort risque
  • Des douleurs pendant le coït
  • Des changements dans les habitudes urinaires
  • Des lombalgies

4. Comment les fibromes utérins affectent-ils la fertilité ?

L’une des principales préoccupations chez les femmes diagnostiquées avec cette condition sont les conséquences sur leur santé reproductive.

Quand les tumeurs atteignent une taille significative, il est probable qu’elles affectent la fertilité ou compliquent la grossesse.

Le risque de devenir stérile varie selon les cas, presque toujours en fonction de la quantité, et puisque pendant la grossesse, c’est la progestérone qui prédomine, il est possible de réaliser un traitement pour pouvoir concevoir.

Cependant, il faut tenir compte du fait que ce traitement augmente le risque de fausse couche pendant le premier trimestre de grossesse, ainsi que le risque d’accouchement prématuré.

Aujourd’hui, la myomectomie (qui enlève les myomes ou fibromes) est l’une des options les plus efficaces pour celles qui, à un âge reproductif, veulent tomber enceinte.

Consultez cet article : 7 signaux de cancer du col de l’utérus dont il faut tenir compte

5. Quels sont les traitements pour les fibromes utérins ?

Beaucoup des femmes qui sont diagnostiquées avec cette affection pensent que la seule solution pour combattre les fibromes est l’intervention chirurgicale.

Mais, il est important de savoir que ce n’est pas l’unique traitement et de fait, quand ils sont trop petits, ce n’est pas nécessaire.

  • En général, les petites masses sont traitées avec un traitement pharmacologique prescrit par un-e professionnel-le de la santé.
  • S’il ne répond pas aux effets et que les fibromes grossissent, il n’y a pas d’autre remède que de les ablater.
  • Dans ces cas, on réalise une myomectomie, ce qui permet l’élimination des fibromes sans affecter l’utérus.
  • Quand il y a des complications, on pratique une hystérectomie, dans laquelle on fait une ablation partielle ou totale de l’utérus.
  • Beaucoup de spécialistes recommandent un traitement avec de l’acétate d’ulipristal, un modulateur de progestérone qui réduit la présence de ces tumeurs dans l’utérus.

La surveillance des symptômes et les check-up gynécologiques sont déterminants pour atteindre un bon diagnostic précoce de cette maladie.

Si les fibromes ne sont pas très graves, il est toujours préférable de consulter votre médecin pour les analyser en détail.