9 symptômes qui indiquent la présence de parasites dans le corps

5 décembre 2019
En plus des symptômes typiques, les infections parasitaires peuvent provoquer des symptômes ou des problèmes de santé qui ne sont pas toujours associés à ces microorganismes. Les connaissez-vous. Nous vous disons ici quels sont ces symptômes.

De nombreuses personnes pensent que le corps humain n’est que peu sujet aux invasions parasitaires. Et que cela survient uniquement dans les pays les plus pauvres du monde. En fait il y a actuellement 3 milliards de personnes qui sont contaminées par des parasites dans le corps, selon les estimations de l’OMS.

En fonction de leur nature, les parasites peuvent par exemple se nourrir de globules rouges. Et ainsi provoquer une anémie, ou bien se nourrir des aliments ingérés, et provoquer une dénutrition. Ils peuvent également empêcher l’organisme d’éliminer les toxines qu’il a pu accumuler.

Selon les informations divulguées par Centers for Disease Control and Prevention (CDC)les causes à l’origine de la présence de parasites dans le corps sont contact avec des animaux infectés, la consommation d’eau ou d’aliments contaminés et les piqûres d’insectes.

Dans tous les cas, une fois que l’organisme est infecté, de nombreux symptômes apparaissent, lesquels peuvent progressivement s’aggraver lorsqu’on ne les traite pas. Il est donc important de savoir quels sont ces symptômes et de consulter un médecin après les avoir identifiés.

Symptômes qui indiquent la présence de parasites dans le corps

Avant toute chose, il convient de souligner que les parasites sont des organismes qui vivent et se nourrissent de notre organisme. Les plus communs sont les parasites intestinaux. Ces derniers se logent dans l’intestin grêle ou dans le gros intestin.

Il est important de préciser qu’il existe de nombreux types de parasites. Par conséquent, les symptômes d’une infection parasitaire peuvent être très variés.

1. Troubles du sommeil

Comme vous le savez sûrement, les troubles du sommeil peuvent être provoqués par des conditions physiques et émotionnelles qui influent directement sur une diminution de la mélatonine. Même s’il y a diverses raisons qui pourraient expliquer vos difficultés à dormir, ne négligez pas l’éventualité de la présence d’un parasite dans votre corps.

Selon une recherche publiée sur Journal of Immunology Research, ces micro-organismes peuvent altérer les patrons du sommeil, que ce soit en raison de la réponse immunitaire ou des effets directs. Concrètement, les éléments déclencheurs pourraient être :

  • énurésie (des mictions involontaires)
  • perturbation du sommeil
  • grincements de dents durant la nuit
  • insomnie
Femme qui tente de dormir

Lire aussi : Comment réussir à dormir lorsqu’on est nerveux ?

2. Problèmes cutanés

De nombreuses affections qui touchent notre organisme se répercutent sur notre peau, et peuvent ensuite provoquer diverses altérations. Il est donc fondamental de prendre en considération cette information.

D’ailleurs, une étude publiée sur North Carolina Medical Journal suggère que les médecins doivent être conscients des manifestations cutanées des maladies parasitaires afin d’intervenir de manière efficace en proposant un traitement approprié. Parmi les symptômes possibles figurent les suivants :

  • ulcères
  • assèchement de la peau
  • boutons et éruptions cutanées
  • eczéma
  • urticaire

3. Fatigue

Ces organismes volent les énergies de notre corps. Par conséquent, ils déclenchent des épisodes de fatigue intense, de dépression et d’épuisement total. Ils nous empêchent alors de mener une vie normale.

4. Syndrome du côlon irritable

Le syndrome du côlon irritable est une pathologie qui se caractérise par des douleurs abdominales, une distension et une forte constipation.

colon irritable, présence possible de parasites dans le corps

Même si nous ne disposons pas d’explications sur les causes réelles de ce trouble, il pourrait être fortement lié à la présence de parasites dans l’organisme.

D’ailleurs, une étude publiée sur World Journal of Gastrointestinal Pharmacology and Therapeutics a conclu qu’il y avait une prévalence majeure de parasites tels que Blastocystis, Cryptosporidium et Giardia chez les patients qui souffrent du syndrome de l’intestin irritable.

De plus, cette étude suggère que ces parasites peuvent jouer un rôle important dans la pathogénèse du SII. Néanmoins, de nouvelles études sont nécessaires pour confirmer cela.

5. Problèmes digestifs

Comme l’observe les chercheurs de cette recherche publiée sur Parasite Immunology, ces micro-organismes causent de nombreux dommages dans la muqueuse intestinale. Son rôle est bien sur d’absorber les nutriments présents dans les aliments, afin de mener à bien le processus digestif.

En générant une altération des cellules qui la composent, les parasites peuvent provoquer des troubles digestifs comme :

  • allergies ou intolérances alimentaires
  • inflammation abdominale
  • maux d’estomac fréquents
  • difficultés à digérer

6. Anémie

Certains cas d’anémie peuvent être la conséquence d’une infection parasitaire. Selon une étude publiée sur The American Journal of Clinical Nutrition, les parasites qui provoquent une perte de sang et conduisent à l’anémie sont les suivants :

  • ankylostomes
  • vers intestinaux
  • schistosomes

7. Perte de contrôle sur le poids corporel

Dans notre société moderne, le fait de perdre du poids sans raison apparente est considéré comme une bénédiction. Cependant, cela peut cacher la présence de parasites dans le corps. Comme le signale une étude publiée sur Archives of Medical Science, les problèmes parasitaires pendant l’enfance sont associés à l’anémie, l’anorexie, le manque d’appétit, le retard de croissance et le développement.

Par ailleurs, ces problèmes sont également associés aux altérations au niveau de la sécrétion de leptine et d’adiponectine. La somme de ces facteurs est liée aux altérations de l’indice de masse corporelle et à la perte de poids excessive. 

8. Déséquilibres mentaux

Lorsque ces agents pathogènes envahissent notre corps, ils peuvent affecter les processus mentaux qui s’y déroulent, tout comme le fonctionnement du système nerveux.

Comme le signale une étude publiée sur Journal of Food Protection, certains parasites transmis par les aliments peuvent affecter la santé mentale en infectant directement le cerveau.

Cette étude explique que les parasites peuvent favoriser une maladie mentale via le système immunitaire ou en influant sur les voies de la neurotransmission. Les personnes concernées peuvent présenter les symptômes suivants :

  • stress et anxiété
  • dépression
  • nervosité
  • sautes d’humeur
  • pertes de mémoire

9. Problèmes liés aux organes reproducteurs

Les infections parasitaires peuvent également être liées aux problèmes de reproduction tels que l’infertilité. Dans une révision systématique publiée en 2016 sur Parasitology Research, il a été mis en avant que ces infections, notamment celles causées par les protozoaires, peuvent être à l’origine de l’infertilité via la détérioration des systèmes reproducteurs masculin et féminin.

Lire aussi : Règles irrégulières : quelle en est la cause ?

Quand consulter son médecin ? 

Lorsque les symptômes d’une invasion parasitaire se présentent, il est fondamental de consulter rapidement un médecin. En plus des symptômes mentionnés, d’autres manifestations communes peuvent se présenter : diarrhée, vomissements, fièvre, démangeaisons anales et douleurs abdominales. 

Quel que ce soit le cas, le médecin doit réaliser un ensemble d’examens afin d’établir un bon diagnostic et ainsi choisir le traitement approprié.

  • CDC. (2014). CDC – Parasites – About Parasites. Centers for Disease Control and Prevention. Retrieved from http://www.cdc.gov/parasites/about.html#infections
  • Ibarra-Coronado EG, Pantaleón-Martínez AM, Velazquéz-Moctezuma J, et al. The Bidirectional Relationship between Sleep and Immunity against Infections. J Immunol Res. 2015;2015:678164. doi:10.1155/2015/678164
  • Feldmeier H, Heukelbach J. Epidermal parasitic skin diseases: a neglected category of poverty-associated plagues. Bull World Health Organ. 2009;87(2):152–159. doi:10.2471/blt.07.047308
  • Caumes, E., & Bourée, P. (2008). Parasitic skin diseases. Revue Francophone Des Laboratoires. Elsevier Masson SAS. https://doi.org/10.1016/s1773-035x(08)70182-5
  • Jadallah KA, Nimri LF, Ghanem RA. Protozoan parasites in irritable bowel syndrome: A case-control study. World J Gastrointest Pharmacol Ther. 2017;8(4):201–207. doi:10.4292/wjgpt.v8.i4.201
  • Haque, R. (2007). Human intestinal parasites. Journal of Health, Population and Nutrition. https://doi.org/10.1128/CMR.00033-10
  • Shea-Donohue T, Qin B, Smith A. Parasites, nutrition, immune responses and biology of metabolic tissues. Parasite Immunol. 2017;39(5):10.1111/pim.12422. doi:10.1111/pim.12422
  • Perry, G. H. (2014). Parasites and human evolution. Evolutionary Anthropology. https://doi.org/10.1002/evan.21427
  • Yahya RS, Awad SI, Kizilbash N, El-Baz HA, Atia G. Enteric parasites can disturb leptin and adiponectin levels in children. Arch Med Sci. 2018;14(1):101–106. doi:10.5114/aoms.2016.60707
  • Nourollahpour Shiadeh, M., Niyyati, M., Fallahi, S., & Rostami, A. (2016, February 1). Human parasitic protozoan infection to infertility: a systematic review. Parasitology Research. Springer Verlag. https://doi.org/10.1007/s00436-015-4827-y