Alerte au virus Zika : les 10 choses qu’il faut savoir

24 août 2020
Le virus Zika se répand progressivement à différents endroits du monde. C'est pourquoi il est fondamental, surtout pendant la grossesse, de prendre des précautions.

Le virus Zika, transmis par le moustique Aedes, affecte déjà 15 pays américains selon les données certifiées.  Le plus inquiétant est que, aujourd’hui, selon les institutions sanitaires, il n’existe pas de traitement spécifique permettant de traiter les effets de ce virus. Cependant, grâce à une prévention adaptée, nous pouvons nous protéger de la meilleure des manières.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le virus Zika provoque des éruptions cutanées et de la fièvre. Les personnes qui ont un système immunitaire fragile pourraient présenter un risque de mort. Le problème actuel réside dans un aspect bien plus préoccupant : le virus affecte les bébés qui ne sont pas encore nés en causant de graves malformations. Sachez-en plus dans la suite de cet article sur ce virus.

Qu’est-ce que le virus Zika ?

Le virus Zika est très similaire à la dengue ou à la fièvre jaune. Il provient d’une région d’Ouganda appelée Zika et qui lui a donné son nom lors de sa découverte, mais qui jusque là était inconnu et n’affectait que les singes. Ce fait date de 1947. Ce n’est qu’en 2007 qu’a été détecté le premier cas chez les humains.

Il faut souligner que jusqu’alors, les symptômes se résumaient à des éruptions impressionnantes, des douleurs articulaires et de la fatigue. Toutefois, en 2007, le virus voyage de l’Afrique à la Micronésie et arrive en 2015 sur le continent américain où il a provoqué des malformation chez les foetus telles que la microcéphalie.

Nous vous recommandons de lire : Pourquoi certaines personnes attirent plus les moustiques ?

Un moustique

Le virus Zika est différent aujourd’hui

  • Les études sur le virus Zika sont menées à l’Institut Pasteur de Guyane. C’est là que cet agent pathogène qui s’est propagé dans une partie de l’Amérique est analysé.
  • Malgré les millions de personnes affectées chaque année, ce virus n’est mortel que dans des cas très rares. Il est notamment mortel chez les personnes qui souffrent d’une maladie respiratoire, d’une maladie infectieuse, d’une cardiopathie grave, etc.
  • Ce qui a tiré la sonnette d’alarme est le fait que le virus Zika affecte les fœtus en provoquant une microcéphalie.
  • Selon le Centre Européen de Prévention des Maladies, au Brésil, entre 2010 et 2014, il y a eu entre 150 et 200 cas de microcéphalie. En 2015 les données sont alarmantes : 3 893 cas sont recensés.
  • La souche actuelle du virus Zika appartient au génotype asiatique et n’a rien à voir avec le virus qui est apparu en Afrique.

Les scientifiques ont déjà tracé tout l’arbre phylogénétique du virus qui affecte le continent américain. Un vaccin et traitement sont donc attendus prochainement.

La transmission du virus Zika

La façon la plus probable d’être contaminé par ce virus est via la piqûre d’un moustique Aedes aegypti. Dans ce cas, il ne suffit pas d’appliquer des répulsifs ou d’éviter les sources humides en dehors de la maison. Il faut savoir que le virus Zika actuel peut également se transmettre des manières suivantes :

  • par transmission sexuelle (le virus reste dans le sperme pendant un certain temps) ;
  • de manière périnatale, c’est-à-dire de la mère au fœtus, à travers le sang (toutefois, le virus ne se transmet pas par le lait maternel).

Lisez aussi : Les meilleurs produits anti-moustiques maison

Les symptômes du virus Zika

Après avoir été piqué par un moustique, les premiers symptômes comment à se manifester au bout de 2-7 jours. Toutefois, en moyenne, seulement une personne sur quatre sera atteinte de la maladie.

Les symptômes sont généralement les suivants :

À l’heure de faire la différence entre les démangeaisons et une éventuelle allergie, il est bon d’avoir à l’esprit qu’une conjonctivite, des douleurs musculaires intenses et un mal être assez important sont des symptômes alarmants. 

Les complications neurologiques et auto-immunes ne sont pas fréquentes, mais elles sont apparues ces derniers mois au Brésil.

Le virus Zika et les femmes enceintes

L’inquiétude qui règne autour du virus Zika concerne le nombre d’enfants nés avec une microcéphalie.

Le risque le plus élevé se trouve chez les femmes qui sont enceintes actuellement ou qui souhaitent tomber enceintes, et qui vivent dans les pays où des cas ont été recensés. Voici les pays à risque :

  • Mexique
  • Guatemala
  • Salvador
  • Honduras
  • Haïti
  • Porto Rico
  • Saint-Martin
  • Guadeloupe
  • Martinique
  • Barbade
  • Panama
  • Équateur
  • Colombie
  • Venezuela
  • Guyane
  • Suriname
  • Guyane Française
  • Brésil
  • Bolivie
  • Paraguay.

Le bulletin épidémiologique du Brésil est celui qui présente le plus de cas. Par ailleurs, comme le rappellent les Centres de contrôle et prévention des maladies (CDC), le 1 février 2016, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré qu’il s’agissait d’une urgence de santé publique en raison de la forte probabilité de propagation du virus dans d’autres pays.

Nous vous recommandons de lire : La grossesse après 35 ans

Je suis enceinte, que faire ?

Le conseil est clair et évident : les femmes enceintes doivent éviter de voyager dans les pays cités ci-dessus. Mais… que se passe-t-il pour les femmes enceintes qui résident dans ces pays ?

Les médecins conseillent aux femmes concernées de prendre les précautions suivantes :

  • se couvrir le corps avec des vêtements adaptés pour éviter les piqûres de moustiques ;
  • utiliser des repoussants d’insectes et installer des moustiquaires aux fenêtres ;
  • éviter d’avoir chez soi des pots de fleurs avec de l’eau stagnante et contrôler tous les espaces où il y a de l’humidité et où les insectes peuvent se concentrer.

Par ailleurs, les femmes qui souhaitent tomber enceintes doivent se rendre dans un centre médical où elles pourront être informées et surveillées à tout moment.

Femme enceinte

Pourquoi le virus Zika cause-t-il des malformations chez les fœtus?

Comme nous l’avons signalé, le Brésil est le pays qui est le plus touché par cette grave. C’est dans ce pays que des recherches sont réalisées pour déterminer les causes et trouver un traitement.

  • Le risque d’apparition de microcéphalies et de malformations chez les fœtus est associé à la présence d‘une infection causée par le virus Zika pendant le premier trimestre de la grossesse.
  • La microcéphalie est une affection fréquente qui a des causes génétiques ou environnementales (agents toxiques ou infectieux).
  • Ces enfants présentent une circonférence crânienne bien plus petite que la normale, ce qui complique leur développement. Ils peuvent souffrir de convulsions, rencontrer des difficultés à l’heure de s’alimenter et risquent même de perdre la vie au bout de quelques jours.

Je suis enceinte, comment est-ce que je peux savoir si mon bébé est atteint de microcéphalie ?

La microcéphalie peut être diagnostiquée avant la naissance grâce à une échographie pré-natale. Pour cela, il faut attendre le troisième trimestre, mais le test n’est pas toujours fiable. Le diagnostic se fait souvent au moment de la naissance.

Il faut souligner que la microcéphalie présente différents types de gravité et qu’il y a des enfants qui, grâce à une aide adaptée, peuvent avoir une vie plus ou moins longue.

Il est important de consulter un médecin si vous êtes enceinte et de ne pas hésiter à suivre ses conseils.

Aujourd’hui, les scientifiques connaissent le virus, son origine et ses effets. C’est pourquoi le vaccin est attendu prochainement. En s’informant, en étant prudent et en demandant conseil aux professionnels de santé, nous réussirons à surmonter le virus Zika.

  • Vasudevan, J., Skandhan, A., Skandhan, A. K. P., Balakrishnan, S., & Skandhand, K. P. (2018). Zika virus. Reviews in Medical Microbiology. https://doi.org/10.1097/MRM.0000000000000126
  • Mlakar, J., Korva, M., Tul, N., Popovic, M., Poljsak-Prijatelj, M., Mraz, J., … Zupanc, T. A. (2016). Zika Virus Associated with Microcephaly. New England Journal of Medicine. https://doi.org/10.1056/NEJMsr1604338
  • Calvet, G., Aguiar, R. S., Melo, A. S. O., Sampaio, S. A., de Filippis, I., Fabri, A., … de Filippis, A. M. B. (2016). Detection and sequencing of Zika virus from amniotic fluid of fetuses with microcephaly in Brazil: a case study. The Lancet Infectious Diseases. https://doi.org/10.1016/S1473-3099(16)00095-5
  • Pessoa, A., Pone, M. V. S., Feitosa, I. M. L., Neto, J. M. de P., Cavalcanti, D. P., Wanderley, H. Y. C., … El-Husny, A. S. (2016). Possible Association Between Zika Virus Infection and Microcephaly — Brazil, 2015. MMWR. Morbidity and Mortality Weekly Report. https://doi.org/10.15585/mmwr.mm6503e2er
  • Oficina Regional para las Américas de la Organización Mundial de la Salud. https://www.paho.org/hq/index.php?option=com_topics&view=article&id=427&Itemid=41484&lang=es
  • Zika (2019, 16 de septiembre). Instituto Pasteur de Guayana. Recuperado de https://www.pasteur.fr/en/medical-center/disease-sheets/zika
  • Tambo, E. (2017). Microcefalia vinculada al virus del Zika y otras anomalías neurológicas Epidemia en la medicina neonatal-perinatal: perspectiva. Enfermedades infecciosas pediátricas: acceso abierto , 02 (01). doi: 10.21767 / 2573-0282.100037.
  • Mccarthy, M. (2016). Los CDC actualizan la guía del virus del Zika para proteger a las mujeres embarazadas. Bmj , i786. doi: 10.1136 / bmj.i786
  • Pacheco-Romero, José ZIKA VIRUS: UN NUEVO DESAFÍO PARA OBSTETRICOS Y GINECÓLOGOS. Revista Peruana de Ginecología y Obstetricia [en línea]. 2016, 62 (2), 219-242 [fecha de consulta 6 de abril de 2020]. ISSN: 2304-5124. Disponible en: https://www.redalyc.org/articulo.oa?id=323446799010