La cardiopathie congénitale

22 octobre 2019
La cardiopathie congénitale est l'anomalie congénitale la plus courante. Son degré de sévérité, ainsi que le traitement à effectuer, dépendent de chaque cas. Actuellement, le niveau de survie a augmenté de façon spectaculaire.

La cardiopathie congénitale est un problème qui touche environ 1 % des naissances. Elle prend forme pendant la grossesse, au fur et à mesure que le cœur du bébé se développe. Le mot « congénital » fait référence au fait que l’affection est présente à la naissance.

Les statistiques indiquent que la cardiopathie congénitale est l’anomalie congénitale la plus courante. Grâce aux progrès de la science, il y a actuellement plus d’adultes atteints de ce problème que de bébés qui naissent avec cette maladie.

Cela signifie que la survie contre cette maladie a considérablement augmenté. Ceux qui atteignent l’âge adulte, même s’ils souffrent d’une cardiopathie congénitale, ont besoin d’une surveillance détaillée et continue pour prévenir les complications.

Qu’est-ce qu’une cardiopathie congénitale ?

Schémas cardiaques

Plutôt que de parler de cardiopathie congénitale, nous devrions parler de cardiopathies congénitales, au pluriel. En réalité, il s’agit d’un groupe de maladies dont la caractéristique commune est la présence d’altérations structurelles dans le cœur.

Ces altérations sont causées par une défaillance de la formation de l’organe au cours de la période embryonnaire. Le cœur du bébé commence à se former dès la conception, mais ce n’est qu’après huit semaines de grossesse que son développement est complet.

Pour que le cœur se forme, une série d’étapes successives sont normalement nécessaires. En général, les cardiopathies congénitales surviennent parce que certaines de ces étapes ne sont pas terminées au bon moment. Le résultat est un cœur anormal.

Causes

Dans la grande majorité des cas, il est impossible d’établir la cause spécifique de la cardiopathie congénitale. Malgré cela, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a souligné qu’il existe certains facteurs qui augmentent le risque de souffrir de ces pathologies. Les voici :

  • Facteurs génétiques : les antécédents familiaux augmentent le risque de développer ces pathologies. De même, les cardiopathies congénitales font généralement partie de certains syndromes chromosomiques ou génétiques, comme le syndrome de Down, le syndrome de DiGeorge et autres
  • Infections : lorsque la mère souffre d’infections comme la syphilis ou la rubéole, le risque de malformations embryonnaires augmente
  • État nutritionnel : le surpoids de la mère, l’excès de vitamine A, le manque d’iode ou de folate et la présence de maladies comme le diabète sucré augmentent la probabilité d’un développement anormal chez le fœtus
  • Facteurs environnementaux : l’exposition à certains produits chimiques, la consommation d’alcool et/ou de tabac, ainsi que l’utilisation de certains médicaments, augmentent le risque de développer des maladies congénitales

Symptômes et types de cardiopathie congénitale

Un coeur touché par la cardiopathie congénitale

Les signes de maladie cardiaque apparaissent immédiatement après l’accouchement ou quelques mois plus tard. Les principaux symptômes des maladies cardiaques chez le nouveau-né sont :

  • Difficulté à se nourrir
  • Respiration rapide
  • Lèvres violettes ou bleutées
  • Croissance retardée

Lire aussi : Un mois avant une crise cardiaque, le corps vous avertit par ces 8 symptômes

Les différents types de cardiopathies congénitales sont essentiellement classés en trois groupes, à savoir :

  • Problèmes dus à un débit sanguin excessif dans les poumons. Dans ce type de pathologie, il y a une augmentation de la pression et de l’effort dans les poumons. Cela entraîne des problèmes tels que :
    • Conduit artériel persistant
    • Communication interarticulaire ou interventriculaire
    • Canal auriculo-ventriculaire
  • Problèmes dus à une mauvaise circulation sanguine dans les poumons. A cause d’eux, l’organisme ne reçoit pas assez d’oxygène. Ils génèrent la couleur classique bleue ou violette des lèvres. Cela comprend des affections telles que :
    • Atrésie tricuspide
    • Atrésie pulmonaire
    • Transposition des grandes artères
    • Tétralogie de Fallot
    • Double sortie ventriculaire droite
    • Tronc artériel
  • Problèmes dus à une mauvaise circulation sanguine dans le corps. Des cavités cardiaques malformées ou des blocages dans les vaisseaux sanguins empêchent le passage du sang dans le corps. Ils comprennent la coarctation de l’aorte et la sténose aortique.

Vous pourriez être intéressé : Que devriez-vous manger après une crise cardiaque ?

Autres informations à prendre en compte

Pour prévenir les maladies cardiaques congénitales, la mère devrait subir des examens médicaux réguliers pendant la grossesse. De plus, n’utilisez que des médicaments qui ont été approuvés par le professionnel qui vous surveille et qui évitent l’exposition à des produits chimiques nocifs.

Si vous souffrez de diabète sucré, contrôlez votre glycémie. Cependant, peu importe les précautions que vous prenez, il est parfois impossible de prévenir les maladies cardiaques. Il y a des facteurs génétiques et même inconnus qui sont à l’origine de ces conditions.

Les cardiopathies congénitales ont différents niveaux de gravité. Tout dépend de la nature et de la gravité de la malformation. Parfois, les pathologies doivent être résolues dès la naissance du bébé, d’autres fois, elles nous permettent d’attendre que l’enfant grandisse.

 

  • Granado, F. M., & de Cardiología Pediátrica, S. (2008). Epidemiología de las cardiopatías congénitas. Servicio de Cardiología Pediátrica, Hospital Infantil Universitario La Paz, Madrid.[Consultado el 10 de junio de 2013]. Disponible en www.secardioped/protocolos.es
  • Friesen, R. H. (2010). Cardiopatía congénita. In Anestesia. Secretos. https://doi.org/10.1016/b978-84-8174-941-0.50061-6
  • Born, D. (2009). 8. Cardiopatia congênita. Arquivos Brasileiros de Cardiologia. https://doi.org/10.1590/s0066-782×2009001300008