10 effets immédiats de l’alcool sur la santé

11 février 2019
Même si un verre de vin peut être bénéfique pour notre santé, l’excès d’alcool peut s’avérer très nuisible, il convient donc de savoir boire avec modération.

Bien que l’on avertisse constamment des effets négatifs de l’alcool pour la santé, beaucoup préfèrent encore boire de l’alcool régulièrement et de manière excessive.

Les boissons alcooliques font inexorablement partie, inévitablement, d’une vaste variété de moments sociaux pendant lesquels on recherche célébrer et partager.

La consommation d’alcool est habituelle chez les adultes de tous âges, bien qu’il soit de plus en plus courant que les jeunes commencent à en boire très tôt.

Et, même si la plupart des gens ont la capacité de contrôler le désir d’en consommer, certains deviennent accro et dépendent des effets de l’alcool. Le plus inquiétant est qu’il existe un des groupes économiques et sociaux qui empêchent son interdiction, ou bien, la régulation de sa vente.

Par conséquent, chacun-e doit être conscient-e des conséquences que sa consommation implique. Et, en même temps, choisir ce qui convient le mieux à sa santé.

Étant donné que ses effets immédiats de l’alcool sont les plus ignorés, nous voulons vous les résumer en détail dans cet article.

Les effets immédiats de l’alcool sur l’organisme

1. L’alcool provoque un dérèglement du taux de sucre

En général, après avoir consommé une boisson alcoolisée, les nivaux de sucre dans le sang diminuent ou s’élèvent considérablement.

Cette réaction conduit à une sensation de faiblesse qui peut s’accompagner de vertiges et difficultés d’orientation.

N’oubliez pas de lire : Remède à la camomille et à la cannelle pour faire baisser le sucre et contrôler le diabète

2. Altération du rythme cardiaque

La consommation excessive de ces boissons peut provoquer une accélération du pouls et de l’activité cardiaque. Les toxines que contient l’alcool ne tardent pas à voyager à travers le flux sanguin, et affectent ainsi les différents systèmes du corps et du cœur.

3. Rougissement de la peau

Les effets immédiats de l alcool sur l'organisme

Pourquoi la peau nous pique et qu’est-ce qu’il se passe lorsque nous nous grattons ? Un autre des effets de l’alcool sur le système circulatoire c’est qu’il augmente la vasodilatation et, en même temps, provoque le rougissement visible de la peau.

D’ailleurs, certaines personnes subissent des changements évidents par leur température corporelle et leur transpiration.

4. Vision floue

Les problèmes pour voir clairement sont un des facteurs que les personnes qui ne modèrent pas leur consommation, expérimentent le plus. Les toxines qui voyagent a travers le sang réduisent la capacité de la vue et provoquent une vision altérée.

Cette réaction est assez dangereuse. Non seulement parce qu’à long terme elle affecte la santé visuelle. Mais car c’est un des facteurs qui influence le plus l’augmentation des accidents.

5. Manque de coordination

Une personne qui consomme trop d’alcool dans une seule nuit peut difficilement garder le contrôle de sa capacité de coordination. Le corps non seulement ne se débilite pas, mais perd l’équilibre et ses réflexes diminuent.

De ce fait, la personne affectée s’expose à souffrir de chutes ou d’autres accidents plus graves. De plus, cela affecte également la désinhibition, en réduisant la capacité d’auto-contrôle.

6. Problèmes digestifs

Les effets de l’alcool altèrent le pH naturel de l’estomac et peut conduire à l’irritation et à l’inflammation du revêtement qui le protège de l’acidité des sucs gastriques.

Cette situation influe le développement de problèmes comme la gastrite ou le reflux acide. De plus, à long terme, cela peut provoquer des conséquences plus graves, comme c’est le cas des ulcères duodénaux, du cancer de l’estomac ou de l’œsophage.

7. Déshydratation

Les reins sont un des organes qui souffrent le plus des conséquences de la prise excessive de ce type de boissons. Étant donné qu’ils sont obligés d’éliminer les toxines à travers l’urine, ils perdent des liquides et des sels minéraux essentiels à l’hydratation.

8. Maux de tête

Les hauts nivaux de toxines et les difficultés du métabolisme pour travailler à un rythme adéquat sont ceux qui provoquent ces maux de tête propre aux lendemains de cuites.

Il est commun que, des heures après l’absorption d’alcool, la tension des muscles augmentent et surgissent de fortes douleurs comme celles de la migraine.

9. Vomissements

effets immédiats de l’alcool sur l'organisme : vomissements

Les nausées et les vomissements sont un des effets habituels de l’excès de l’alcool. Cette réaction s’accompagne d’un fort malaise digestif, ainsi que de vertiges et des difficultés à garder l’équilibre.

Certaines personnes ne sont pas capables de tolérer les moindres quantités modérées et présentent ce symptôme immédiatement.

Vous voulez en savoir davantage ? Lisez : le sirop maison pour lutter contre les troubles digestifs

10. Problèmes hépatiques

Le foie est l’organe principal dans le processus de métabolisation des substances qui contiennent de l’alcool. De ce fait, les excès l’affectent de façon directe et peuvent lui provoquer de graves difficultés pour fonctionner correctement.

Si les nivaux d’intoxication sont continus et sans contrôle, la dégénération du foie devient fibreuse. Et apparaît ce que l’on nomme cirrhose hépatique.

Comme vous venez de le voir, il ne convient sous aucun prétexte de consommer abusivement ces boissons.

Bien évidemment, même si on peut boire de manière occasionnelle, le mieux est d’apprendre à contrôler sa consommation.

Image principale de © wikiHow.com

  • Sher, K. J., & Lee, M. R. (2015). Alcohol Use Disorders. In Encyclopedia of Mental Health: Second Edition. https://doi.org/10.1016/B978-0-12-397045-9.00097-5
  • Zeigler, D. W., Wang, C. C., Yoast, R. A., Dickinson, B. D., McCaffree, M. A., Robinowitz, C. B., & Sterling, M. L. (2005). The neurocognitive effects of alcohol on adolescents and college students. Preventive Medicine. https://doi.org/10.1016/j.ypmed.2004.04.044
  • Vengeliene, V., Bilbao, A., Molander, A., & Spanagel, R. (2008). Neuropharmacology of alcohol addiction. British Journal of Pharmacology. https://doi.org/10.1038/bjp.2008.30
  • Oscar-Berman, M., & Marinković, K. (2007). Alcohol: Effects on neurobehavioral functions and the brain. Neuropsychology Review. https://doi.org/10.1007/s11065-007-9038-6