6 signes d’addiction à l’alcool

· 6 août 2017
Si l'on cesse de voir l'alcool comme un complément aux réunions et qu'on en fait le personnage protagoniste, il y a un problème.

 

Pensez-vous que l’addiction à l’alcool est présente dans votre vie ? Parfois, au début de la consommation, on peut douter des risques que l’on a de devenir alcoolique.

Pour que vos doutes se dissipent ou qu’ils se confirment et que vous puissiez prendre des mesures, nous vous présentons ici 6 signes qui indiquent que vous souffrez d’addiction à l’alcool.

Il n’y a que vous qui pouvez en être conscient-e alors ouvrez les yeux et ne niez pas ce qui peut devenir un véritable problème !

L’addiction à l’alcool et ses signaux

1. Boire avant l’heure

Que signifie « avant l’heure » ? Eh bien, par exemple, si vous avez rendez-vous avec vos ami-e-s pour reg-arder un match de foot, que vous allez partager quelques bières ensemble, et qu’avant vous commencez déjà à boire de l’alcool.

Vous vous prenez un shot d’une boisson qui vous plaît, un cocktail ou vous ouvrez une bouteille de vin.

Si vous consommez de l’alcool bien avant la rencontre sociale, vous êtes sûrement addict-e.

2. Vous commencez à refuser toutes les boissons non-alcoolisées

Si vous avez déjà un problème d’addiction à l’alcool, ou que c’est le début, vous pouvez vous en rendre compte car vous commencez à vous moquer des boissons faibles en alcool ou sans alcool.

Découvrez aussi : Régime de 10 jours pour détoxifier votre corps du sucre

Même si vous pensez que c’est ridicule ou sans importance, en réalité, c’est grave car c’est une manière de consommer des quantités d’alcool plus élevées ou de choisir les alcools les plus forts.

3. Boire trop vite

Il est vrai que dans certains contextes sociaux, il est habituel de prendre un verre de vin, un shot de tequila etc. Mais cela a lieu de manière complètement naturelle et sans anxiété.

Cependant, vous êtes susceptible de souffrir d’une addiction à l’alcool, si on vous dit ou que vous vous êtes rendu-e compte que vous buvez trop rapidement, comme si vous aviez très soif.

De fait, dans ce cas, il semblerait que l’important n’est plus de se socialiser mais de boire.

4. Vous vérifiez le mini-bar ?

Si la première chose que vous faites en arrivant dans la chambre d’un hôtel, ce n’est pas de regarder la vue, la salle de bain ou le lit, mais que vous allez directement au mini-bar, vous avez un sérieux problème avec l’alcool.

Lisez aussi : Que se passe-t-il dans votre corps quand vous arrêtez d’ingérer du sucre et de l’alcool pendant un mois ?

Vous vous retrouvez dans un espace complètement nouveau avec plein de choses à explorer avant ce réfrigérateur de boissons.

De plus, pensez à la situation précédant votre entrée dans la chambre : étiez-vous déjà en train de penser et d’imaginer le contenu du mini-bar ?

5. Vous contrôlez quotidiennement vos réserves d’alcool ?

Si parmi vos tâches quotidiennes, outre la préparation des repas, le ménage et le rangement de certains espaces, se trouve la vérification de vos réserves d’alcool, attention !

Ce ne serait pas un problème si cela ne provoquait pas chez vous de l’anxiété et si cela ne vous déconcentrait pas à certains moments de votre vie.

La peur de se retrouver sans alcool est une alerte d’addiction.

6. La recherche d’ami-e-s qui aiment boire

Lorsqu’on souffre d’une addiction plus profonde à l’alcool, on commence à mépriser les boissons qui n’en contiennent pas ou peu, mais également les personnes qui n’aiment pas en boire.

Soudain, on se retrouve à chercher de nouveaux/nouvelles ami-e-s qui partagent ce goût et nous laissons de côté ceux qui ne le partagent pas.

Même si ce sont des amis-e- cher-ère-s, même si nous les connaissons depuis toujours, l’addiction peut être plus forte que toute relation.

Avant de partir, n’oubliez pas de lire : 5 conseils pour protéger le foie des ravages de l’alcool

L’addiction à l’alcool, tout comme toute autre addiction, vous avertit que quelque chose est en train de se passer, avant que vous n’y soyez complètement plongé-e.

Mais ses signaux sont parfois si subtils qu’ils peuvent passer inaperçus.

Quand l’addiction va trop loin, parfois le désir de sevrage est perçu comme quelque chose de quasiment impossible, à cause du pouvoir qu’on lui accorde. On ne parvient plus à la stopper et elle finit par complètement nous contrôler.