Ce qui arrive lorsque l’on se décide à mettre fin à une relation toxique

· 29 août 2017
Même si la sensation de soulagement n'arrive pas immédiatement à la fin de la relation toxique, la dernière chose à faire est d'en débuter une nouvelle pour combler ses vides.

 

La relation toxique use, altère l’identité, dilue l’estime de soi et déforme le concept même d’amour authentique, le respect le plus noble et du sens de la coexistence.

Nous savons que le mot « toxicité » est à la mode. Nous l’utilisons « à vau-l’eau » pour désigner des comportements abusifs, contrôlés ou à l’origine de mal êtres émotionnels vis à vis des autres.

Il faut analyser avec soin chaque personne avant de tomber dans le piège de la « psychologie de comptoir ».

Parfois, derrière un comportement ponctuel, il peut se cacher un trouble affectif ou de la personnalité qui aurait besoin d’attention et de considération.

Nous voulons dire, avant tout, qu’il faut être prudent-e.

Les personnes complexes et les relations compliquées abondent de nos jours.

Mais une relation où l’autre agit concrètement comme l’épicentre des mal êtres, des abus et même des maltraitances psychologiques est une relation typiquement toxique.

Si vous avez déjà traversé cela et que vous avez réussi à sortir de cette dynamique, vous savez que le processus n’est pas facile.

Dans cet article, nous allons vous parler de ce sujet.

Nous voulons, avant tout, vous dire que le simple fait de couper ce lien nocif avec un conjoint toxique ne suppose pas de vivre un bonheur et un bien-être immédiats.

Le processus n’est ni facile ni rapide.

Derrière une relation toxique, il y a une blessure

Imaginons un moment qu’une personne se fait emmener par la main dans une forêt très dense, pleine de branches et de ronces.

Cette personne se laisse entraîner car elle a confiance en l’autre. Mais elle sait que ce voyage est épuisant, qui lui manque de l’air, que les branches blessent sa peau.

Rien de ce qu’elle voit dans cet environnement ne lui semble beau, ni encourageant.

Finalement, elle décide de se défaire de cette main, de s’éloigner pour se sentir libre, pour récupérer son bonheur et laisser l’autre prendre un autre chemin.

Quand elle le fait, elle vit des choses très intenses, et en même temps contradictoires :

  • Elle se reconnaît à peine elle-même : de ce voyage traumatisant, elle garde de nombreuses cicatrices et blessures encore ouvertes.
  • Elle se sent fatiguée, épuisée… Elle manque de souffle et n’a pas d’autre remède que de rester un moment tranquille pour récupérer.
  • Elle se trouve perdue dans un endroit de la forêt et est désorientée. Elle ne sait pas quelle direction prendre.

Avec cette image simple, vous comprendrez quelque chose de très simple et intéressant à creuser :

  • Quand on sort d’une relation toxique, on ressent du soulagement, sans aucun doute. Mais la sensation de bien-être n’est jamais immédiate.

Ce que l’on ressent avant tout, c’est un besoin de recueillement, de se retrouver soi-même, de localiser ses blessures, de réfléchir, de penser à ce moment de notre vie. Et à ce que l’on va faire à présent.

Lisez aussi : Les grandes erreurs des personnes dépendantes

Du temps pour guérir, du temps pour se recueillir

La dernière chose que doit faire une personne qui vient de quitter une relation toxique, c’est de s’engager dans une nouvelle relation, qui n’est rien d’autre qu’un baume apaisant.

  • Personne ne peut guérir en se laissant emporter par une relation immédiate. Ce n’est ni thérapeutique ni sain.
  • Car personne n’est obligé de raccommoder nos blessures, de jouer le rôle de l’anesthésiste, de nourrir nos rêves et notre confiance en nous.
    Nous devons laisser de côté nos haines, nos peurs et nos frustrations pour faire émerger nos carapaces d’intimité beaucoup plus fortes.
  • Que nous le voulions ou pas, nous devons « officialiser » le deuil concrètement, ce qui nous permet de nous libérer de nos émotions, de canaliser notre colère et petit à petit, de développer cette attitude résiliente qui nous rappelle ce que nous valons et ce que nous méritons.

Il n’y a qu’une fois que nous nous aimerons à nouveau que nous serons prêt-e à nous laisser porter pour trouver la bonne personne.

Lisez aussi : Les micro-agressions, ces ennemies de nos relations de couple

Ma dignité n’accepte ni « discount » ni nouvelles relations toxiques

Nous sommes sûr-e-s que vous connaissez plus d’une personne qui, après une relation toxique, en a débuté une autre.

Tomber dans les mêmes dynamiques abusives et usantes est plus courant que ce que nous pensons.

  • Cela répond à un fait très concret sur lequel réfléchir : nous devons « rassembler » notre estime de nous-même et nous rappeler que notre dignité n’est pas ni vendre, ni à acheter, ni à laisser traîner dans les poches des autres. Elle n’admet pas de « discount »…
  • Peu de principes de bien-être psychologique sont aussi importants que de se souvenir que nous méritons le meilleur, qu’aimer, ce n’est pas souffrir et qu’une solitude harmonieuse sera toujours préférable à un amour mal sain, égoïste et nocif.

Pour conclure, souvenez-vous que le simple fait de quitter une relation toxique ne va pas vous donner le bonheur immédiat.

Lisez aussi : L’amour n’est jamais synonyme de sacrifice

Vous avez avant tout besoin de vous réparer, de guérir votre estime de vous-même et votre dignité pour ne pas tomber à nouveau dans des dynamiques affectives usantes.

Faites que toute expérience vous permette d’apprendre à dire « Plus jamais » à l’amour toxique.

 

Image principale de © wikiHow.com