Arthrose de la hanche : évolution et symptômes

25 juillet 2020
L'arthrose de la hanche a une évolution lente et peut affecter les deux hanches. Le symptôme le plus important est la douleur qui est moins forte au repos.

L’arthrose de la hanche est la dégénération ou l’usure du cartilage hyalin présent dans chaque extrémité d’une articulation. Ce cartilage recouvre l’articulation pour la protéger contre les glissements avec d’autres articulations et l’amortissement des charges.

Un déséquilibre dû à un traumatisme, un défaut génétique voire même une mauvaise utilisation de l’articulation, diminue la capacité à retenir l’eau du cartilage. Cela donne lieu à une usure progressive de l’articulation jusqu’à ce que les os finissent par se déformer. C’est pourquoi, il y a une douleur ainsi qu’une perte de mobilité.

Causes et facteurs de risque

Les douleurs de la hanche

 

La cause de l’arthrose de la hanche est méconnue, bien qu’il existe plusieurs conditions qui favorisent son apparition. Par exemple, il existe une charge génétique. C’est pourquoi, l’arthrose peut être héréditaire.

Des malformations des membres prédisposent également, surtout dans les membres inférieurs qui supportent le poids. Pour cette raison, le surpoids ou l’obésité contribuent à surcharger les hanches et les genoux, augmentant ainsi la possibilité d’usure de ces articulations.

Par ailleurs, la pratique sportive intense peut aussi favoriser l’apparition d’arthrose en particulier dans les membres inférieurs. Les traumatismes peuvent également conduire à une arthrose précoce. En effet, une fracture peut déclencher une mauvaise adaptation de l’articulation.

En général, l’arthrose se manifeste chez les adultes âgés de 50-60 ans. Elle se produit cependant parfois chez les jeunes. Dans ces cas, cela est exceptionnel.

Symptômes de l’arthrose de la hanche

Le symptôme le plus important est la douleur qui se manifeste dans l’aine, dans la partie interne des cuisses et même dans les genoux. La douleur est souvent liée à l’activité et diminue au repos. Ce type de douleur se nomme “douleur mécanique” et est différente de la douleur articulaire inflammatoire.

Effectivement, la douleur articulaire inflammatoire persiste même au repos. Par ailleurs, les deux hanches peuvent être affectées, bien que généralement la douleur ne touche qu’une seule hanche.

Un autre symptôme de l’arthrose de la hanche est la perte de mouvement qui rend difficile l’accomplissement de diverses activités quotidiennes.

La douleur et l’incapacité sont deux symptômes progressifs même si leur évolution est différente d’une personne à l’autre. La boiterie est également une conséquence de l’arthrose de la hanche. Elle s’accompagne d’un balancement caractéristique du corps au cas où les deux articulations sont touchées.

D’autre part, l’arthrose de la hanche a une évolution lente au fil des années, en fonction de l’activité effectuée. Grâce au soutien d’un traitement adéquat, de nombreuses personnes parviennent à vivre normalement.

Lisez également : Découvrez plusieurs exercices quotidiens pour les hanches

Diagnostic

Le diagnostic s’établit lors d’un interrogatoire sur les symptômes et les caractéristiques. En outre, un examen de l’articulation de la hanche est réalisé à travers des mouvements. Ainsi, le spécialiste peut évaluer le degré d’arthrose existant.

La radiographie de la hanche permet également de confirmer le diagnostic. On y observe les changements typiques produits par l’arthrose de la hanche. Cela permet alors d’établir un pronostic selon la gravité et l’usure de la hanche.

Par ailleurs, il n’existe pas de lien direct entre l’intensité de la dégénérescence et celle des symptômes. Effectivement, une hanche fortement usée peut être indolore, bien qu’elle soit progressivement plus rigide, et vice versa.

Découvrez aussi : 6 conseils pour prévenir les douleurs aux hanches

Traitement de l’arthrose de la hanche

Plusieurs médicaments dans une main.

Le traitement de l’arthrose vise à soulager la douleur et à traiter l’incapacité fonctionnelle. Le médecin prescrira alors certains médicaments au patient.

  • Analgésiques : ce sont les médicaments les plus utilisés. Ils réduisent la douleur et améliorent la rigidité de l’articulation. L’analgésique le plus commun est le paracétamol.
  • Anti-inflammatoires : il s’agit des anti-inflammatoires non stéroïdiens utilisés spécialement lorsque la douleur est plus aiguë.
  • Chondroprotecteurs : ce sont des substances qui composent le cartilage articulaire et réduisent la douleur. Nous trouvons par exemple la glucosamine et le sulfate de chondroïtine.
  • Thérapie inter-articulaire ou infiltrations : des substances anti-inflammatoires sont administrées dans l’articulation. Le plus souvent, ce sont des glucocorticoïdes et plus récemment l’acide hyaluronique.

En outre, il est recommandé de suivre un mode de vie sain. Si nécessaire, le médecin suggérera certaines mesures pour soulager les inconforts. Comme, par exemple, l’application de compresses froides et la physiothérapie.

Selon la Doctoresse espagnole Alexandra Villa-Forte “l’application de froid (à travers la glace par exemple) peut aider à soulager la douleur causée par l’inflammation articulaire”.

De bonnes habitudes, le meilleur soutien au quotidien

Adopter et maintenir une bonne hygiène posturale, éviter de trop utiliser ou de mal utiliser les articulations, réaliser un exercice physique régulier, prendre des mesures pour traiter ou prévenir l’obésité, et utiliser des chaussures adéquates, sont quelques-unes des mesures les plus recommandées par les experts pour le bien-être des patients souffrant d’arthrose de la hanche.

Enfin, il convient de souligner que la pratique d’exercice physique se fera en fonction des particularités du patient. C’est pourquoi il est toujours important de consulter son médecin traitant.

  • Márquez Arabia, Jaime, & Márquez Arabia, Wiliam. (2014). Artrosis y actividad física Arthrosis and physical activity Arthrose et activité physique. Revista Cubana de Ortopedia y Traumatología.

  • Márquez Arabia J.J., & Márquez Arabia W.H. (2014). Artrosis y actividad física.

  • Guillemain, J.-L. (2013). Rehabilitación de la cadera operada. EMC – Kinesiterapia – Medicina Física. https://doi.org/10.1016/s1293-2965(13)65157-9