Derrière chaque personne se cache une histoire qui l’a rendue forte

21 juin 2017
Puisque chaque personne est un monde en soi, chacun d’entre nous doit découvrir ce qui l'impulse à être fort dans cette vie et ce qui l’anime pour pouvoir tout affronter.

Souvent on a l’habitude de dire qu’une personne ne naît pas vraiment jusqu’à ce que la vie la frappe. Jusqu’à ce qu’elle apprenne à être forte.

Les adversités sont des sources puissantes d’apprentissage. Cependant, il faut également savoir que le bonheur et les époques de bien-être sont des étapes où nous élargissons nos connaissances.

Des périodes dans lesquelles nous découvrons en réalité ce qui nous identifie et ce pour quoi il vaut la peine de lutter.

Cependant, une chose est certaine c’est que chacun-e de nous est marqué par une série d’expériences. Avec un propre sac à dos que personne ne voit, mais qui pourtant existe.

Rempli de moments obscurs, de lumières, de larmes et d’un équipage que l’on doit porter pour toujours sur ses épaules.

Ce qui nous a rendu fort-e-s nous a rendu sages. Même si on sait que cette sagesse est née, de temps à autre, de la douleur.

Nous vous invitons dans cet article à réfléchir à cela.

Vous êtes né-e-s pour être fort-e-s : découvrez pourquoi

Il est probable que beaucoup n’y croient pas. Malgré tout, l’être humain est souvent plus fort que ce qu’il n’y paraît.

Cela est dû à une raison très simple : notre cerveau est programmé pour survivre, notre code génétique nous prédispose à apprendre de l’adversité.

Ceci nous explique, d’une certaine façon, pourquoi on a tant de mal à être « heureux-se ». Notre cerveau ne trouve pas utile l’idée du bonheur, même s’il est vrai que c’est l’état le plus approprié que nous rêvons tou-te-s d’atteindre.

La clé pour survivre est d’être capable de réagir face au danger, à la menace ou à la perte.

Nous vous recommandons aussi de lire : Prenez soin de vous pour pouvoir prendre soin des autres.

Le bonheur s’atteint seulement si nous sommes capables de vaincre la tempête. L’être humain a évolué tout au long de l’histoire en renversant les obstacles et difficultés. Ceci est, dans le fond, l’apprentissage qui compte et qui nous permet de toucher le bien-être authentique.

Nous naissons plus fort-e-s que nous ne le pensons, pourtant, souvent nous n’en sommes pas conscient-e-s.

bouteille-voeux-fort-fleur

Votre histoire personnelle : la marque d’une enfance traumatique

Au fond de chacun de nous il y a toujours un ou deux faits dramatiques. Une perte, un échec émotionnel, une déception, une atteinte à notre personne…

  • Quelque chose que nous ne pouvons pas oublier est, dans le cas d’avoir subi un de ces faits durant l’enfance, le traumatisme nous accompagnera pour toujours. La douleur ne s’oublie pas, mais nous apprenons à vivre avec elle.
  • Un enfant ne dispose pas de ressources psychologiques pour faire face à l’adversité. Cela entraîne de sérieuses répercutions dans son développement postérieur et dans les traits de sa personnalité.
  • Néanmoins, comme nous l’explique le neurologue et psychiatre Boris Cyrulnik, une enfance traumatique n’implique pas de vivre une maturité traumatique. Nous devons être capable d’affronter les faits, et nous pouvons y arriver.
  • Nous pouvons nous en remettre. Si toutefois cet enfant compte sur un appui postérieur et de l’aide, il arrivera à regarder à nouveau le monde avec aplomb et confiance.

Nous méritons tou-te-s d’être aimé-e-s, tou-te-s d’être à nouveau heureux-ses.

La résilience et la force que vous avez à l’intérieur.

Nous ne pouvons pas oublier que le mot « résilience » provient de la physique. Il définit cet type de matériaux qui, quand on applique sur eux un effet destructeur ou qu’on les modifie, sont capables de récupérer leur forme initiale.

Lisez aussi : Si vous prenez tout personnellement vous vivrez éternellement offensé

Cependant, dans le cadre de la psychologie cela ne fonctionne pas de la même façon. Lorsque les personnes souffrent un choc personnel, elles changent pour toujours.

  • Néanmoins, « changer pour toujours » ne veut pas dire que nous nous convertissions en quelqu’un qui n’est pas digne du bonheur, ni à l’équilibre. Une personne différente est aussi une personne plus forte.
  • Ce processus est appelé, effectivement, résilience. Notre cerveau, tel que nous l’avons indiqué au début, « est programmé » pour faire face à l’adversité.

Il veut que nous avancions, que nous survivions, que nous apprenions de la peur et de la difficulté pour continuer.

Pourquoi parfois nous n’y arrivons pas ? Cela peut être à cause de ces trois raisons :

  • Notre éducation et notre génétique
  • Le contexte social qui nous entoure
  • Ne pas disposer des stratégies psychologiques adéquates

La résilience s’apprend

Certain-e-s, en effet, savent comment affronter les coups de la vie. Peut-être que leurs mères leur à servi de modèle. Peut-être même qu’ils savent prendre les choses avec plus de tempérance de façon naturelle.

Toutefois, il faut que cela soit clair : la résilience peut s’apprendre.

Lisez aussi : comment détecter et affronter la faible estime de soi en 5 étapes

fleur-pissenlit

Pour y arrivez, nous vous proposons ces trois verbalisations que vous pourrez réaliser au jour le jour et qui, sans doute, peuvent vous aider :

  • Je possède la capacité de faire face aux difficultés. Je dispose de valeurs, des normes de conduite, d’estime de moi-même et de personnes qui m’admirent.
  • Je suis une personne qui croit en l’espoir et qui a foi en elle-même.
  • Je peux résoudre les problèmes, communiquer, me défendre, avoir de bonnes relations et lutter pour mon bonheur.

Ce sont trois stratégies simples que notre cerveau peut « modeler » pour nous transmettre la force, le courage et ce pilier indispensable qui nous aidera à marcher dans la vie : la résilience.

A découvrir aussi