Détecter les tumeurs cérébrales grâce à une biopsie

· 4 mars 2019
Si l'on présente plusieurs symptômes, il est important de consulter un spécialiste pour qu'il réalise les tests pertinents et pour recevoir un diagnostic précoce et soignez les tumeurs cérébrales.
Chaque année, on diagnostique plus d’un million de tumeurs cérébrales dans le monde entier.

Ces cas génèrent jusqu’à 2% des décès suite à un cancer, ce qui représente autour de 100.000 décès.

Selon les données recueillies, aux États Unis, la moyenne de survie face aux tumeurs cérébrales est de 3 à 27 mois,  une fois que les métastases ont commencé a se proliférer ou que les cellules cancérigènes s’étendent à d’autres zones.

De plus, ces tumeurs cérébrales sont 10 fois plus enclines à s’étendre à d’autres organes vitaux. Cela signifie que les traitements ne sont pas toujours adéquates et les chances de trouver le bon sont plus minces.

Cela nous fait évaluer l’importance du problème auquel nous nous confrontons et l’intérêt de cette découverte.

A présent, il est possible de détecter les tumeurs cérébrales avec une simple ponction lombaire.

Tumeurs cérébrales

La biopsie liquide favorise le diagnostic des tumeurs cérébrales

Une équipe de chercheurs du Vall d’Hebrhon Institut d’Oncologie de Barcelone (Espagne) a développé pour la première fois une biopsie liquide qui permet de détecter des tumeurs cérébrales à partir du liquide céphalo-rachidien (substance qui alimente notre système nerveux central).

C’est la revue scientifique Nature Communications qui a fait l’écho de cette découverte. Elle révolutionne totalement la détection et le diagnostic de ce type de cancers.

Ainsi, au lieu de réaliser une biopsie invasive dans la matière grise, il suffit d’une simple ponction lombaire pour déterminer l’état des tumeurs cérébrales.

Selon Joan Seoane, directeur de l’équipe qui a mené cette recherche, cela serait possible grâce au fait que « les concentrations de matériel génétique tumoral circulant des cancers du système nerveux central sont très faibles dans le plasma, mais très élevées dans le liquide céphalo-rachidien ». 

Vous voulez en savoir plus ? Lisez : Jaxon Buell, le bébé qui est né sans une partie de son cerveau et qui défie la science aujourd’hui

Joan Seoane, directeur de l'équipe

L’hypothèse vérifiée pendant l’étude

La méthode de la biopsie liquide est très utilisée dans les tumeurs du côlon métastatique, et dans les cancers du sein et du poumon. Jusqu’à présent, elle n’avait pas eu de succès dans les tumeurs cérébrales.

La raison principale est que les niveaux d’ADN tumorale présents dans ce type de cas, sont très faibles dans le plasma.

Cependant, cette équipe a affirmé que, puisque le système nerveux central dispose de son propre circuit de liquide circulant, qui coule dans la moelle et dans l’encéphale, ce liquide céphalo-rachidien pourrait être un indicateur important des cellules tumorales. Effectivement, celui-ci est en contact direct avec eux.

Les techniques d’études actuelles sont très risquées (elles demandent de perforer le crâne et de faire une lésion dans une zone cérébrale « indéterminée » pour extraire le tissu cancéreux).

C’est pour cela que cette découverte constitue une grande avancée scientifique tant pour détecter que pour soigner les tumeurs cérébrales.

Les signaux d’alarme qui doivent nous pousser à aller chez le médecin

Il faut savoir qu’il existe certains signaux auxquels nous devons prêter attention car ils nous indiquent un mauvais fonctionnement dans notre cerveau.

Dans un premier temps, nous devons savoir que les symptômes des tumeurs cérébrales peuvent être généraux (causés par la pression de la tumeur dans le cerveau ou dans la moelle épinière) ou spécifiques (causés par l’interruption du fonctionnement normal du cerveau ou de la moelle épinière).

Les tumeurs cérébrales ne sont généralement pas diagnostiquées avant que les symptômes ne commencent.

Consultez un médecin face à la multiplication des signaux et des symptômes suivants :

Symptômes généraux

  • Les maux de tête continus et qui empirent aux premières heures de la matinée ou quand la personne est allongée.

  • Trouble confus du moral, instabilité émotionnelle forte, indifférence émotionnelle, lenteur de pensée et difficulté à affronter des problèmes avec lesquels on est pourtant habitués.

  • Signes d’hypertension intracrânienne (douleur sourde, vision trouble, troubles de la conscience etc.)

N’oubliez pas de lire : La neurobiologie des émotions et les maux de tête

Symptômes spécifiques et dépendants de la localisation de la tumeur

  • Crises motrices partielles.

  • Paralysies (paralysies transitoires ou incomplètes).

  • Aphasies (problèmes pour parler).

  • Apraxies (problèmes pour faire certaines séquences de mouvements).

  • Agnosies (problèmes pour détecter l’usage habituel des objets).

  • Campimétrie (champ visuel).

NOTE: Cela ne veut pas dire que ces symptômes soient synonymes de tumeurs cérébrales. Par contre, ce sont des signaux d’alarme pour lesquels il faut consulter un médecin le plus tôt possible.

Ce type de tumeurs se traite avec de la radiothérapie, de la chimiothérapie et de la chirurgie.

Attention, face au moindre signal d’alarme, il faut consulter un médecin et l’informer de ce que l’on ressent.

Grâce à la détection précoce, nous pouvons commencer un traitement adapté et prendre soin de notre santé.

  • http://www.fondazionemaruzza.org/wp/wp-content/uploads/2017/05/CARTA-TRIESTE_FRANCESE.pdf