État végétatif : tout ce que vous devez savoir

20 mai 2020
L'état végétatif est un trouble qui se caractérise par le fait que seul le cerveau primitif du patient est actif, raison pour laquelle ce dernier n'a pas conscience de lui-même ni de son environnement. Sachez-en plus sur ce trouble dans cet article ! Vous découvrirez ici les symptômes, le diagnostic et le pronostic de ce trouble. 

Nombreuses sont les altérations pouvant affecter notre niveau de conscience. Parmi elles, l’état végétatif occupe une place centrale.

Autrefois, ce terme renvoyait à des patients qui avaient perdu connaissance et dont les fonctions vitales étaient généralement remplacées. C’est seulement à partir des années 70 que la première description scientifique de ce trouble apparaît. Ce sont deux neurologues reconnus, Brian Jennet et Freud Plum, qui sont les auteurs de cette première description. Depuis lors, les articles analysant l’état végétatif sous différents angles se multiplient, et ce sujet fait encore l’objet de controverses à l’heure actuelle.

Nous vous expliquons ici les aspects les plus importants à savoir sur l’état végétatif.

L’état végétatif, qu’est-ce que c’est ?

Afin de bien comprendre ce trouble, il convient de diviser le cerveau en deux parties selon les fonctions des différentes zones qui composent le cerveau :

  • Les hémisphères cérébraux contrôlent la pensée et le comportement, à savoir ce qui nous permet d’être conscient ou non de nous-mêmes et de notre environnement. Dans ces hémisphères, nous trouvons les différents lobes (frontal, temporal, occipital, pariétal) et leurs fonctions respectives réalisées par les neurones qui se trouvent dans le cortex des hémisphères
  • Le diencéphale formé par le thalamus et l’hypothalamus et le tronc cérébral contrôlent les fonctions vitales. Parmi ces fonctions, figurent les cycles du sommeil et de l’éveil, la température corporelle, la respiration, la pression artérielle, la fréquence cardiaque… Cette partie du cerveau correspond au cerveau primitif
Un médecin qui analyse un cerveau pour comprendre l'état végétatif

Cet article peut également vous intéresser : Système de récompense du cerveau : comment fonctionne-t-il ?

L’état végétatif est un trouble de longue durée qui se produit lorsque les hémisphères cérébraux cessent de fonctionner. Le patient cesse alors d’être conscient de lui-même ainsi que de son environnement. Néanmoins, le cerveau primitif  est, lui, en bon état ; les fonctions vitales du patient sont encore actives.

Les causes à l’origine de l’état végétatif

Il y a plusieurs causes à l’origine de l’état végétatif, étant donné que tout trouble provoquant un dommage cérébral peut plonger le patient dans un état végétatif.

Lorsque le tronc cérébral et le diencéphale redeviennent actifs mais que ce n’est pas le cas du cortex cérébral, le patient est alors dans un état végétatif. Les causes les plus fréquentes sont les suivantes :

  • traumatisme crânien (par exemple, un motard conduit sans casque, a un accident et se cogne la tête)
  • trouble qui prive le cerveau d’oxygène, comme un arrêt respiratoire ou un arrêt cardiaque
    • maladie vasculaire cérébrale (par exemple, une artère du cerveau est bouchée, ce qui empêche le sang de circuler normalement, et cette obstruction va donc provoquer un infarctus cérébral)

Une tumeur, une hémorragie, une infection cérébrale, la phase finale d’une démence comme l’Alzheimer sont d’autres causes possibles. Ces troubles endommagent seulement le cortex cérébral, et non le cerveau primitif.

Cet article peut également vous intéresser : Un homme dans le coma recouvre la conscience grâce à une thérapie révolutionnaire

Les symptômes

Les patients plongés dans un état végétatif peuvent accomplir certaines actions qui nous donnent l’impression qu’ils sont conscients, telles que :

  • Ouvrir les yeux (le patient peut avoir les yeux fermés lorsqu’il est en phase de sommeil, et les yeux ouverts à d’autres moments)
  • Respirer, mâcher, tousser, s’étouffer, émettre des sons…
  • Ils peuvent même réagir à des stimuli forts comme un bruit fort
  • Ils ont parfois l’air de sourire et de froncer les sourcils

Toutefois, c’est le cerveau primitif qui réalise ces actions ; le patient n’est pas conscient. Ces réactions sont simplement des réflexes involontaires basiques que nous avons tous.

Comment pouvons-nous savoir que ces patients ne sont pas conscients ?

Pour déterminer si une personne est consciente, ces actions doivent être la conséquence d’une intention. Cette intention indique que la personne est connectée à son environnement extérieur.

  • Le patient peut ouvrir et fermer les yeux et réaliser des mouvements oculaires, mais il n’y a pas d’intention derrière ces actions. Ce sont des mouvements aléatoires et sans connexion avec des stimuli extérieurs. Ainsi, si le patient a les yeux ouverts et que nous bougeons un stylo devant ses yeux, le patient ne suivra pas le stylo du regard
  • Le patient ne réalise aucun mouvement moteur volontairement ou intentionnellement. Lorsque le patient gesticule ou lève une extrémité de son corps, il réagit simplement à un stimulus intense. Les autres mouvements sont simplement des réflexes primitifs (avaler, mâcher, aspirer…)
  • Le patient ne peut pas parler, ni même prononcer un mot. Si le patient émet un quelconque son, ce son correspond à un grognement ou à un son primitif
  • Il n’est pas capable de suivre un ordre verbal ni écrit, ni même de réagir à un ordre
  • Un patient inconscient souffre d’incontinence urinaire et fécale

En somme, le cœur et les poumons d’un patient inconscient continuent de fonctionner, raison pour laquelle sa pression artérielle et ses fonctions cardiorespiratoires se maintiennent, mais le patient lui-même n’est conscient de rien.

Un patient hospitalisé en état végétatif

Le diagnostic de l’état végétatif

Le diagnostic est basé sur l’évaluation des symptômes. Même si l’état du patient correspond bien au tableau clinique de l’état végétatif, il est nécessaire d’observer le patient pendant une certaine période de temps afin de pouvoir confirmer cet état. Autrement, il est possible de passer à côté de certains signes de conscience.

Il est possible de réaliser des radiographies afin de savoir quelle partie du cerveau est affectée et ainsi de déterminer s’il est possible d’avoir recours à un traitement. Les examens possibles sont la résonance magnétique fonctionnelle et l’électroencéphalogramme. Ce dernier permet de mesurer l’activité cérébrale.

Malheureusement, ces examens ne permettent pas de détecter le niveau de conscience du patient : ils ne font que détecter si le patient a encore une certaine conscience qu’il n’est pas possible de constater au premier abord. Ces résultats influent sur les décisions médicales à long terme et sur la possibilité de récupération.

Le pronostic

Généralement, au-delà d’un mois, on considère que le patient est dans un état végétatif persistant. La cause à l’origine de cet état, la durée et l’âge du patient sont des facteurs qui peuvent changer le pronostic.

Même si l’état végétatif est considéré comme permanent, il est possible de constater une certaine récupération. Mais cette récupération est minime : le patient présente de grandes séquelles et a une mauvaise qualité de vie.

Le traitement de l’état végétatif

Les patients en état végétatif requièrent une pleine attention. L’équipe médicale doit appliquer les mesures suivantes :

  • des mesures pour prévenir les problèmes liés à l’immobilisation
    • Le patient peut souffrir d’ulcères ou de contractures au niveau des zones sur lesquelles il est appuyé. De plus, le sang peut rester coincé dans les veines et ainsi provoquer la formation de thrombus et de caillots de sang. Pour éviter cela, il faut mobiliser le patient de manière passive
  • une bonne nutrition via des tubes qui vont de la bouche ou du nez à l’estomac ou via un tube qui va directement dans l’estomac ; il est également possible d’administrer les nutriments par voie intraveineuse
  • un bon nettoyage des tubes et du patient pour éviter une infection

Il est possible que le patient ne recouvre jamais la conscience

La récupération des patients en état végétatif est peu probable. Les médecins, la famille et parfois même le comité d’éthique de l’hôpital doivent discuter ensemble au sujet du traitement du patient. Les désirs du patient doivent être pris en considération si ses désirs sont connus ou indiqués dans son testament.

  • Domínguez Roldán, J., Domínguez Morales, M., & León Carrión, J. (2001). Coma y Estado vegetativo: aspectos médico legales. Revista Española de Neuropsicología.
  • Declaración de la Asociación Médica Mundial sobre el Estado Vegetativo Persistente – WMA – The World Medical Association. (n.d.). Retrieved April 10, 2020, from https://www.wma.net/es/policies-post/declaracion-de-la-asociacion-medica-mundial-sobre-el-estado-vegetativo-persistente/
  • Aspectos puntuales del estado vegetativo persistente. (2013). Medisan.
  • Ruscalleda, J. (2014). Estado vegetativo persistente. Aspectos clímicos. Medicina Intensiva. https://doi.org/http://dx.doi.org/10.1016/S0210-5691(04)70033-9
  • Estado vegetativo y estado mínimamente consciente – Trastornos neurológicos – Manual MSD versión para profesionales. (n.d.). Retrieved April 10, 2020, from https://www.msdmanuals.com/es-es/professional/trastornos-neurológicos/coma-y-deterioro-de-la-conciencia/estado-vegetativo-y-estado-mínimamente-consciente?query=estado vegetativo persistente