Embolie cérébrale : qu’est-ce que c’est et comment affecte-t-elle l’organisme ?

14 mai 2020
L'embolie cérébrale correspond à la migration d'un embole d'une partie du corps vers le cerveau, embole qui finit par obstruer la circulation sanguine au niveau de certains neurones. C'est un cas d'urgence qui peut entraîner de graves séquelles.

Une embolie cérébrale correspond à une sorte d’infarctus cérébral, à savoir un accident vasculaire cérébral (AVC) : une partie du cerveau cesse d’être irriguée, ce qui veut dire que le sang ne circule plus dans cette zone.

C’est, malheureusement, une affection très commune et un cas d’urgence. Nous vous expliquons ici tout ce qu’il y a à savoir sur le sujet.

Une embolie cérébrale, qu’est-ce que c’est ?

Comme nous l’expliquions à l’instant, une embolie cérébrale est une sorte d’infarctus ou accident vasculaire cérébral : le sang ne circule plus dans l’un des vaisseaux qui irriguent le cerveau, et la zone que ce vaisseau est censé irriguer n’est donc plus irriguée.

Lorsqu’un tissu n’est plus irrigué, il ne reçoit plus d’oxygène ni de nutriments, étant donné que c’est le sang qui transporte ces substances. Par conséquent, les cellules qui font partie du tissu rencontrent tout d’abord des difficultés pour accomplir leur fonctions, et elles finissent ensuite par mourir.

La classification des différents types d’infarctus dépend du mécanisme de production de l’embolie cérébrale. Comme son nom l’indique, une embolie cérébrale est causée par un embole qui obstrue le vaisseau sanguin qui irrigue une zone du cerveau.

Cet embole peut être composé de différentes substances. Il peut parfois s’agir d’un caillot de cellules et de particules sanguines. L’embole se déplace ensuite via les vaisseaux sanguins et finit par se retrouver bloqué dans l’un d’entre eux à cause de sa taille, obstruant ainsi la circulation sanguine.

L'image d'une embolie cérébrale

Les différents types d’embole et la cause à l’origine de leur formation

Comme commenté précédemment, les substances qui forment un embole peuvent varier d’un embole à un autre, raison pour laquelle il existe différents types. Les principaux types d’embole sont les suivants :

  • Caillots de sang : un embole peut correspondre à un caillot sang dont la consistance est plus dense que celle du sang normal. La fibrillation auriculaire est la principale cause de la formation des caillots de sang : cette fibrillation perturbe la circulation sanguine au niveau du cœur, d’où la formation de caillots. Une immobilisation longue, notamment des jambes après une opération ou un accident par exemple, est aussi une circonstance qui favorise la formation d’un caillot de sang
  • Bulles d’air : un embole peut correspondre à une bulle d’air qui empêche le sang de circuler librement. Cette bulle se forme lorsqu’une certaine quantité d’air parvient à pénétrer dans un vaisseau sanguin. Cela est possible lorsqu’une aiguille est introduite dans le corps pour une prise de sang, par exemple
  • Boules de graisse : un embole peut correspondre à une boule de graisse. Une telle boule peut se former lorsque la graisse s’accumule dans le sang sous la forme de cholestérol

Il convient de clarifier la différence entre un thrombus et un embole : le thrombus correspond à un caillot qui, lorsqu’il se détache de son emplacement et migre dans la circulation sanguine devient un embole.

Cet article peut également vous intéresser : L’insomnie augmente les risques d’ictus et d’infarctus

Comment une embolie cérébrale affecte-t-elle l’organisme et quelles sont ses symptômes ?

Le cerveau est l’organe du corps le plus sensible aux problèmes de la circulation sanguine. La raison est la suivante : il est composé de nombreuses cellules, les neurones, qui ont constamment besoin d’une grande quantité d’oxygène. L’interruption de l’irrigation sanguine dans une zone provoque, en quelques minutes à peine, la détérioration du tissu cérébral, puis sa mort.

Les symptômes d’une embolie cérébrale apparaissent de manière subite. Il existe des cas où les symptômes apparaissent de manière progressive, mais ce sont les cas les moins fréquents.

Les symptômes varient en fonction du vaisseau sanguin affecté et de la zone du cerveau que ce vaisseau irrigue. Les symptômes les plus fréquents sont les symptômes suivants :

  • Mal de tête
  • Faiblesse ou perte de sensibilité au niveau d’une ou plusieurs extrémités ou de la moitié du corps
  • Difficulté soudaine à parler et à comprendre
  • Mal au cœur et vertiges
  • Manque de coordination motrice en marchant
  • Perte de la vision d’un œil ou des deux

Cet article peut également vous intéresser : Les 4 maladies vasculaires cérébrales les plus communes que vous devez connaître

Diagnostic et traitement

L'illustration d'une embolie cérébrale

L’embolie cérébrale est un cas d’urgence. Plus longtemps la zone du cerveau affectée manquera d’irrigation, plus grande sera la quantité de tissu mort et plus graves et irréversibles seront les séquelles. Reconnaître rapidement les symptômes et appeler les urgences sur-le-champ est crucial.

Une fois sur place, les professionnels de santé évalueront la santé clinique du patient. Si nécessaire, le patient devra passer certains examens comme une tomographie assistée par ordinateur afin de confirmer qu’il s’agit bel et bien d’un accident vasculaire cérébral et, si tel est le cas, d’identifier le type.

Une fois établi le type d’ischémie cérébrale, la rapidité à laquelle le patient reçoit le traitement sera déterminante. Dans le cas d’une embolie, le traitement consiste soit en des médicaments capables de dissoudre l’embole ou bien en une opération chirurgicale pour extraire l’embole. Le professionnel de santé devra décider quel traitement est le plus approprié en fonction du patient.

L’embolie cérébrale est un cas d’urgence

L’embolie cérébrale est un cas d’urgence. Il est primordial de reconnaître rapidement les symptômes et de prévenir aussitôt les urgences. Une fois que les professionnels de santé sont sur place, ce sera à eux de déterminer la marche à suivre.

Malheureusement, il n’est pas toujours possible de récupérer les fonctions perdues après un accident vasculaire cérébral. Une période de rééducation plus ou moins longue en fonction du cas sera nécessaire.

 

  • Cabrerizo-García JL, Zalba-Etayo B, Martín-Villen L. Embolismo gaseoso arterial cerebral y coronario. Vol. 138, Revista Medica de Chile. Sociedad Medica de Santiago; 2010. p. 1461–2.
  • Actualidades en prevención secundaria de infarto cerebral por fibrilación auricular [Internet]. [cited 2020 Apr 11]. Available from: https://www.medigraphic.com/cgi-bin/new/resumen.cgi?IDARTICULO=35550
  • Revista Medicina – Google Libros [Internet]. [cited 2020 Apr 11]. Available from: https://books.google.es/books?hl=es&lr=&id=jIHzwkqXDhIC&oi=fnd&pg=PA202&dq=embolia+cerebral&ots=d-dWbKWHhR&sig=i10vOCBY-DMUarKdv6H7ScHtxM8#v=onepage&q=embolia cerebral&f=false