Système de récompense du cerveau : comment fonctionne-t-il ?

24 novembre 2019
Nombreuses sont les études qui ont démontré que la prise de certaines drogues telles que la cocaïne et l'héroïne active le système de récompense. 

Le système de récompense est l’un des aspects les plus curieux et complexes de notre cerveau. Ce mécanisme nous permet de mettre en relation certaines situations avec la sensation de plaisir. Il s’agit, en réalité, d’une forme d’adaptation et d’une façon de garantir la survie.

S’il en est ainsi, c’est parce que la sensation de plaisir associée à une action stimule l’apprentissage. Par exemple, le système de récompense attribue aux relations sexuelles cette sensation de plaisir qui nous donne envie de revivre l’expérience. Cette sensation permet d’assurer la survie de l’espèce.

De nombreuses zones cérébrales interviennent dans ce circuit, raison pour laquelle l’étude de ce système est compliquée et son fonctionnement est multifactoriel. Par ailleurs, le système de récompense ne fonctionne pas seulement avec les activités basiques telles que se nourrir ou avoir des rapports sexuels.

Ce système est très présent dans notre vie. Il intervient même dans des activités gratifiantes basiques telles que le sport, par exemple, ainsi que dans la toxicomanie. Étant si important, nous avons décidé ici de vous expliquer les aspects les plus basiques du système de récompense.

Quelles structures interviennent dans le système de récompense ?

Une illustration du système de récompense du cerveau

Le système de récompense se trouve dans l’encéphale, mais il n’est pas situé dans une zone concrète du cerveau : comme la plupart de nos fonctions, ce système est distribué dans différentes zones connectées entre elles, formant ainsi une sorte de circuit.

Il est complexe de bien connaître ces zones, car notre cerveau est un organe difficile à analyser et à étudier. Néanmoins, il a été démontré que les zones suivantes participent au système de récompense :

  • Aire tegmentale
  • Noyau accubens qui fait partie des ganglions de la base
  • Hypothalamus et l’hippocampe
  • Amygdale
  • Cortex préfrontal cérébral
  • Globus pallidus
  • Hypophyse

Pour simplifier les choses, nous pouvons dire que la plus grande partie du circuit de récompense réside dans le circuit appelé la voie méso-limbique. La dopamine est la substance qui active ce circuit.

Dans quelles situations le système de récompense s’active-t-il ?

Comme nous l’avons déjà mentionné précédemment, le système de récompense est, en réalité, une fonction adaptative. Cela veut dire que ce système est essentiellement lié aux besoins basiques qui nous permettent de survivre en tant qu’individu et espèce.

Plus concrètement, cette fonction se charge, d’abord, des actions comme manger, boire ou maintenir des rapports sexuels. Le goût de la nourriture nous donne du plaisir, tout comme boire de l’eau lorsque nous avons soif et tout comme le sexe. Cette sensation de plaisir stimule l’apprentissage et la répétition de ces actions.

Mais les fonctions que nous venons de citer ne sont pas les seules fonctions liées au système de récompense. Par exemple, nous pouvons ressentir du plaisir avec les jeux, le sport et, bien entendu, les drogues. Nombreuses sont les études qui ont démontré que ce circuit s’active lorsque nous prenons de la cocaïne et d’autres substances.

Cela nous conduit inévitablement a penser au risque que présente aussi le système de récompense. Les addictions constituent la partie négative de ce merveilleux mécanisme d’adaptation.

Les différentes drogues et le système de récompense

Cet article peut également vous intéresser : Pourquoi un médecin prescrit-il des opioïdes ?

Comment agissent les drogues sur ce système ?

Au début, la prise de drogues telles que la cocaïne ou l’héroïne est un acte volontaire. Normalement, c’est le fruit de la curiosité ou de l’image de cette substance que nous avons créée conjointement avec la société. Néanmoins, il suffit d’une seule prise pour activer notre système de récompense. La prise de drogue génère une sensation de plaisir intense, ce qui nous donnera envie, de façon involontaire cette fois, de prendre à nouveau la drogue en question.

Dans le cas des fortes addictions, il se peut que le système de récompense soit altéré. Par exemple, les personnes accros à l’héroïne ressentent à peine du plaisir lorsqu’elles réalisent d’autres actions qui ne sont pas en lien avec la prise de cette substance. Grosso modo, seule la prise de drogue leur procure satisfaction.

La prise de drogue n’est pas la seule activité pouvant créer une dépendance. Bien d’autres activités n’impliquant pas l’ingestion d’une substance peuvent entraîner une addiction. C’est le cas, par exemple, du jeu compulsif. Au bout du compte, le résultat est pratiquement le même.

Cet article peut également vous intéresser : Dépendance au sucre : comment l’éliminer ?

En somme…

Le système de récompense est un mécanisme de notre cerveau extrêmement complexe. Il nous permet de nous adapter et de survivre en tant que personnes et espèce. Néanmoins, il présente également des aspects négatifs, puisqu’il intervient dans le mécanisme des addictions, entre autres.

 

  • El sistema de recompensa. (n.d.). Retrieved October 25, 2019, from https://www.investigacionyciencia.es/files/13581.pdf
  • EL CEREBRO « El circuito de recompensas ». (n.d.). Retrieved October 25, 2019, from https://www.rvd-psychologue.com/es/el-cerebro-el-circuito-de-recompensas.html
  • Sistema de recompensa del cerebro: ¿qué es y cómo funciona? (n.d.). Retrieved October 25, 2019, from https://psicologiaymente.com/neurociencias/sistema-recompensa-cerebro