Évitez les personnes qui vous épuisent, entourez-vous de qui rend votre cœur joyeux

· 8 octobre 2016
Puisque que nous devons fréquenter de nombreuses personnes qui épuisent notre énergie, il est bon d'apprendre à mettre des limites pour qu'elles ne nous affectent pas trop.

Il y a des personnes qui nous épuisent, qui nous enlèvent de l’énergie, qui nous obligent à livrer des batailles les jours où nous voulons seulement la paix.

Aussi curieux que cela puisse paraître, les fameux « saboteurs du bonheur » existent dans tous nos environnements personnels. Ils se trouvent dans la famille, dans les amis et dans le contexte professionnel.

Parfois, ils déploient leurs comportements toxiques sans s’en rendre compte. Ils ont besoin de nous, ils cherchent du soutien, des conseils, un soulagement… Des aspects que nous pourrions comprendre si ce n’était pas toujours le même refrain.

Alors, tout d’un coup, le chantage et le reproche apparaissent.

Vivre ensemble n’est jamais facile. Cependant, l’essentiel dans ce cas, c’est de savoir exercer le respect adapté où l’on peut se sauvegarder tout en cherchant toujours des personnes qui nous inspirent et nous rendent heureux.

Les personnes qui épuisent, des sources de stress quotidien

Nous sommes tous enveloppés constamment de multiples situations de stress.

Mais il y a quelque chose dont nous devons tenir compte. S’il y a des personnes qui nous épuisent, nous asphyxient et altèrent notre équilibre émotionnelle, c’est parce que nous sommes « perméables ». 

Lisez aussi : Nous attendons trop des gens qui ne nous donnent rien

femme-avec-un-nuage-dans-la-tete-2

Chaque esprit dispose d’un niveau de perméabilité ou de tolérance et cela dépend sans aucun doute du type de personnalité.

  • Les profils introvertis ont une tolérance moindre aux situations d’interaction sociale constante. Ils ont besoin, pour ainsi dire, de moments de solitude pour recharger leurs batteries.
  • Les personnes les plus extraverties recherchent plus de stimulations et en général, elles tolèrent et aiment discuter avec beaucoup de gens, bougeant dans des environnements très différents et organisant de nombreuses choses.
  • Le problème survient lorsque les introvertis et les extravertis doivent faire face à ces saboteurs de bonheur, à ces profils qui les épuisent car ils se font passer avant les autres. 

Ils nous fatiguent avec leurs critiques, leurs obsessions, leur recherche constante des problèmes là où il n’y en a pas.

Que nous le croyons ou pas, une grande partie de notre stress a comme source principale les interactions avec d’autres personnes, avec celles qui nous épuisent.

Dans cet article, nous vous expliquons quels sont les effets que cela peut avoir sur votre cerveau.

Découvrez aussi : Le syndrome de la grenouille cuite : incapacité à réagir à une maltraitance subtile

Interactions négatives et conséquences cérébrales

Dans ces situations, le terme « se brûler » prend tout son sens. Nous pensons à notre cerveau comme un merveilleux réseau neuronal. Un tissu où l’harmonie règne.

Quand nous vivons des situations de stress continu ou chronique, cette harmonie se brise. Et plus encore, il y a des endroits où elle se perd :

  • Les dendrites de nos cellules nerveuses dans la zone de l’hippocampe se brisent. Cela arrive à cause de l’altération des neurotransmetteurs. Le cortisol exerce un effet très négatif à cause de notre cerveau.
  • Les dendrites sont ces « petits bras » qui unissent les neurones entre eux.
  • Plus il y a du stress, moins il y a de connectivité dans la zone de l’hippocampe car de nombreuses dendrites se cassent et cela interrompt la connectivité.
  • Souvenez-vous que l’hippocampe est la structure cérébrale où notre mémoire et nos émotions se logent.

Tour cela explique pourquoi, dans des situations d’anxiété ou de stress, nous perdons notre concentration. Quelque chose de courant également est l’apathie et la négativité.

connexion-neurones-500x334

Comment apprendre à être moins « perméables » aux personnes qui nous épuisent ?

Ce n’est pas facile d’apprendre à être moins perméables aux situations de stress. Tout d’abord, car parfois, la négativité nous bloque. Nous nous sentons sans défense.

Comment réagir face à cette personne qui m’épuise si c’est ma mère ? Que se passe-t-il si c’est mon conjoint ou mon chef ? Ce sont, sans aucun doute, des réalités très délicates qui demandent beaucoup d’effort de notre part.

Il faut essayer de mettre ces petites stratégies en route.

Éviter que cela nous affecte

Il est possible qu’une amie ou un proche vous appelle à chaque instant pour vous raconter ses problèmes. Une solution : répondre à leurs appels seulement une fois tous les deux jours.

Nous devons éviter de ressentir de la mauvaise conscience car nous mettons des limites. Peut-être qu’ils s’énerveront une fois, deux fois, trois fois. Mais, petit à petit ils s’adapteront à vos barrières, à vos murs personnels.

bonheur-500x354

Cherchez des personnes qui vous inspirent et qui vous rendent heureux

Si une partie de votre famille, ou vos collègues de travail vous épuisent, reposez-vous avec les personnes qui savent vous rendre heureux.

Lisez aussi : Nous naissons tous avec des ailes mais parfois, la vie nous les arrache

  • La vie, c’est l’équilibre. Alors, nous devons travailler pour trouver cet équilibre. Chaque chose en son temps.
  • Les personnes qui épuisent les autres doivent rester loin. Si nous sommes obligés d’interagir avec elles, nous le ferons en mettant des limites. En pensant d’abord à vous et en sauvegardant notre estime de nous-même. 
  • pendant 70% du temps, il peut être judicieux que vous vous enrichissiez personnellement. Pour cela, n’hésitez pas à fréquenter des personnes qui en valent la peine, qui vous inspirent, qui vous apportent de la sécurité et du positif.
  • Vous avez sûrement de chouettes collègues au travail. Et dans votre famille, il y a forcément quelqu’un que vous adorez.

Alors, souvenez-vous qu’en amour, les personnes qui épuisent n’ont pas leur place. Car ceux qui nous épuisent ne nous aiment pas ; ils consument notre moral et notre santé.

Ne l’oubliez pas.