Hommes et femmes, deux réalités cérébrales différentes

· 24 février 2019
Même s'ils sont complémentaires, la réalité des hommes et des femmes sont très différentes au niveau cérébral, et il est donc important d'être patients les uns avec les autres.

La vie émotionnelle entre les hommes et les femmes est influencée par les besoins affectifs et les habitudes de chacun. 

Cependant, il est évident qu’il existe des modèles qui se répètent avec une certaine constance dans les relations de couple hétérosexuelles.

Disons que les sujets et les attentes de chacun ont bien sûr une origine.

Les attentes des femmes sur les hommes (et vice versa) dans les relations de couple tendent à s’ajuster à des modèles qui se répètent, même si c’est de manière individuelle.

Il convient d’éviter de tomber dans  le piège des généralités. La biologie et la société ont néanmoins une influence déterminante et directe sur les expériences de chacun. Peut importe ici que l’on soit hommes ou femmes.

La confluence émotionnelle dans le couple entre hommes et femmeshommes femmes

Il est habituel d’écouter les hommes de « se plaindre » ou de « faire des blagues faciles » sur l’émotivité des femmes.

À l’inverse, les femmes tendent à reprocher aux hommes de ne pas être suffisamment affectifs dans une relation de couple.

Nous pensons alors que l’autre « pourrait changer » s’il nous aime vraiment. De plus, nous tendons à oublier les particularités qui nous unissent et nous désunissent, tant au niveau biologique qu’au niveau social.

Nous oublions rapidement que les circuits cérébraux qui régissent la manifestation de nos émotions s’activent de manière différente. Qu’ils provoquent des réalités différentes.

Ce n’est donc pas, par exemple, que les hommes ne tombent pas amoureux. Leur amour se manifeste en fait différemment au niveau individuel. La confluence des rôles de genre, la biologie et les expériences de vie structurent en effet ce qu’ils sont.

Ainsi, nous partons tous d’une base commune qui fait que ces « prototypes » que l’on peut voir au travers des attentes sont importants dans la manière dont on gère un couple hétérosexuel.

Lisez également : Le plaisir sexuel que nous expérimentons dans nos rêves

Si l’on tient compte de cela, nous pouvons affirmer sans trop nous avancer que le processus émotionnel du cerveau masculin diffère du cerveau féminin.

Concrètement, la différence se trouve dans l’usage de deux systèmes cérébraux qui fonctionnent de manière simultanée. Nous parlons du système neuronal spectaculaire et de l’union temporospatiale.

Voyons cela à travers une histoire à laquelle beaucoup d’entre nous pouvons nous identifier.

Marta est en train de traverser une mauvaise passe au travail. Elle a besoin de se libérer et que son conjoint, Daniel, l’écoute et la prenne dans ses bras. Mais lorsque Marta commence à lui raconter ses problèmes, Daniel dit à Marta ce qu’elle devrait ou pourrait faire pour améliorer la situation.

Marta montre sur ses grands chevaux. Elle pense en effet que Daniel ne fait rien pour la comprendre. Qu’il n’accorde aucune importance à ce qui lui arrive.

Daniel, de son côté, souffre énormément de voir sa compagne dans cet état. Il ne sait cependant pas comment faire pour l’aider car toutes les alternatives qu’il lui offre sont rejetées par Marta.

Si nous pouvions scanner le cerveau de Daniel quand il voit Marta pleurer, nous verrions que les deux systèmes de lecture émotionnelle dont nous avons parlés s’activent.

Le premier qui s’activerait serait le système neuronal miroir. Il permet à Daniel de ressentir de l’empathie vis à vis de la douleur émotionnelle de Marta.

Simultanément, le cerveau de Daniel active l’union temporo-pariétale. Elle se charge d’analyser la situation et de chercher des solutions. C’est la fameuse empathie cognitive.

Disons que l’union temporo-pariétale se charge de fabriquer une frontière claire entre les émotions propres et les émotions des autres. Ceci empêche alors que certains processus mentaux contaminent les émotions des autres.

Elle essaie d’analyser la situation et de chercher des solutions, les plus pratiques possibles.

Ainsi, quand nous observons le cerveau de Daniel à ce moment, nous voyons comment il essaie de chercher des solutions pour atténuer la douleur de sa compagne.

Son cortex s’activera lorsqu’il demandera à Marta, très naturellement, combien de personnes a-t-elle besoin pour améliorer son travail.

Comme une grande partie des lectrices le comprendront, c’est ce qui irritera Marta. “Qu’est-ce que c’est cette question ? Je dois le faire avec l’équipe que j’ai à disposition », avec un regard de ressentiment envers Daniel.

Cependant, le cerveau de Daniel identifiera le ton crispé du dernier commentaire de Marta. Le cerveau masculin aura en effet la zone d’empathie émotionnelle désactivée au moment de chercher une solution et de ressentir de l’empathie cognitive avec son amour.

Continuant sur sa lancée, Daniel lui offrira la merveilleuse solution que son cerveau lui a dictée : “Embauche des employés temporaires”.

Automatiquement, les zones cérébrales du bien-être s’illuminent dans le cerveau de Daniel face à son idée géniale.

Cependant, le plaisir durera exactement la même durée que l’expression de Marta mettra à changer, et celle-ci ne pourra que se mettre à pleurer ou à se plaindre en sentant que son compagnon ne comprend pas son état moral et qu’il n’accorde pas l’importance adaptée.

Ce qui se passe, ce n’est pas que les deux interprètent l’autre mais que leur réalité cérébrale est bien différente. 

Lisez également : Les meilleurs exercices physiques pour maintenir en forme… votre cerveau !

hommes femmes

Le reflet de deux réalités cérébrales

Daniel essaie par tous les moyens d’aider de manière objective et pratique Marta car sa logique émotionnelle lui dit que c’est la meilleure chose à faire : chercher des solutions.

Pourtant, Marta se trouve à un autre point et recherche chez son conjoint une connexion émotionnelle à son niveau.

En guise de conclusion, nous pouvons dire que le sens émotionnel profond d’un homme n’est pas moins riche et moins valide que celui d’une femme, mais que tout simplement, nous fonctionnons différemment au niveau cérébral, social et individuel.

Nous pouvons comprendre cela comme un problème de compréhension ou comme une manière de se compléter.

Alors, maintenant que vous avez les informations, peut-être que c’est le moment d’en tenir compte et de mieux équilibrer la vie émotionnelle du couple entre homme et femme.


  • Brizendine, L. (2010). Le cerveau masculin.
  • Carlson, N. (2014). Physiology of Behavior (Physiologie du comportement).