La distance la plus grande entre deux personnes est toujours créée par un malentendu

· 4 novembre 2016
Pour éviter les malentendus, nous devons prendre de la distance par rapport à la situation, dans la mesure du possible, et la percevoir comme si nous y étions étrangers pour avoir une interprétation des faits la plus objective possible.

Malheureusement, il est fréquent qu’un malentendu ternisse les sentiments sincères et profonds que nous pouvons avoir envers certaines personnes qui partagent notre vie.

La conséquence de ce phénomène est que le monde finit par être rempli de personnes qui attendent le retour de celles qu’elles ont laissées partir, et d’autres qui n’osent pas revenir même si elles en ont envie.

Un malentendu naît d’un conflit d’interprétation vis-à-vis des intentions d’une personne, de sa manière de communiquer et de comprendre la réalité.

Nous entendons bien souvent ce genre de phrases dans notre quotidien :

“Entre ce que nous pensons, ce que nous devons dire, ce que nous pensons dire, ce que nous disons réellement, ce que nous voulons entendre, ce que nous entendons et ce que nous croyons entendre, il existe de nombreuses possibilités de ne pas nous comprendre ».

nuage-tasse-de-cafe-768x528

L’abîme immense que peut créer l’orgueil

La genèse d’un malentendu est toujours provoquée par des facteurs comme l’orgueil, la fatigue et le manque de confiance en les autres, mais aussi en soi.

Ce cocktail de variables fait que, au moment d’interpréter le ton d’une voix qui nous surprend ou des paroles ambiguës, nos sens perçoivent quelque chose d’hostile, alors que ce n’est pas forcément l’intention de la personne que nous avons en face de nous.

Pour éviter cela, nous devons être conscients de l’importance de nous laisser porter, de valoriser notre état d’esprit et celui des autres avant de tirer des conclusions hâtives.

Nous percevons tous les conflits de manière plus sereine lorsque nous avons la tête froide.

Nous évitons ainsi que notre orgueil n’obscurcisse notre raison avec des émotions comme la colère.

Si nous ne nous maîtrisons pas, nous pouvons générer une situation qui va rapidement nous dépasser.

couple-tetes-de-rubik-cube

La différence entre l’orgueil et la dignité

Poursuivons avec notre raisonnement. Il est fondamental que nous sachions faire la différence entre l’orgueil et la dignité.

L’orgueil est égoïste et négatif en soi, tandis que la dignité est le fondement du respect.

C’est-à-dire que l’orgueil va s’attacher surtout aux opinions, aux croyances et aux sentiments pour définir un point de vue.

A l’inverse, la dignité recherche un équilibre et des limites émotionnelles pour protéger le « moi ».

Cependant, il n’est pas toujours facile de distinguer les attitudes qui relèvent de la dignité et celles qui sont provoquées par l’orgueil.

Alors que la dignité cherche à équilibrer et à mettre sur un pied d’égalité les opinions, les sentiments et les comportements de tous, l’orgueil cherche à dominer les autres.

femme-de-dos

Le succès de la compréhension

Comme nous venons de le démontrer, il n’est pas facile de savoir quand nos motivations communicationnelles répondent à l’un ou l’autre de nos états d’esprit.

Nous pouvons également répéter plusieurs fois ce que nous pensons et ce que nous ressentons, sans que la personne en face de nous ne comprenne ce que nous prétendons lui transmettre.

Cela ne signifie pas forcément que notre interlocuteur ne fait pas d’efforts, mais il est à une place différence de la nôtre, et par voie de conséquence, a une perspective radicalement distincte.

La nature humaine nous pousse tous à chercher à valider et à affirmer nos sentiments, nos opinions et nos croyances.

Si nous gérons mal ce processus, et que nous nous laissons emporter par notre orgueil, nous allons avoir de grandes difficultés à parvenir à une compréhension mutuelle.

Comme nous ne pouvons pas contrôler 100% des variables qui influent sur une bonne communication, il est très important que nous comprenions tous les facteurs émotionnels qui peuvent être en train de contrôler la situation conflictuelle dans laquelle nous sommes plongés.

Pour assembler les pièces du puzzle de la compréhension, nous devons fonder nos attitudes sur le respect et la considération de nous-mêmes, mais aussi des autres.

femme-dans-un-bocal-en-verre

Etre responsables de ce que nous disons

La possibilité de survenance et la violence de la colère et du malentendu sont proportionnelles au degré d’implication émotionnelle qu’exige de nous la relation que nous entretenons avec la personne en question.

Plus nous sommes proches d’elle, plus l’interprétation qu’elle fera de notre message sera importante, et plus les conclusions que nous tirerons de sa réponse le seront aussi.

Chaque personne interprète les paroles d’autrui en fonction des liens affectifs qu’elle entretient avec lui.

Nos attentes, nos intérêts personnels et notre état d’esprit influent également sur notre perception de la situation.

Il est donc essentiel de mettre en exergue l’importance de ne pas sombrer dans un mal-être qui nous pousse à accuser les autres de tous les maux.

Nous devons faire attention à notre attitude lorsque nous sommes plongés dans une tempête émotionnelle et nous ne devons pas nous transformer en contestataire systématique.

femme-1

Les malentendus sont très douloureux lorsque les interprétations qui le génèrent résultent d’attributions intentionnelles et émotionnelles négatives envers nous-mêmes ou envers les autres. 

Si vous pensez que vous êtes attaqué par les mauvaises intentions d’une personne qui en veut à votre intégrité, le mieux est de prendre de la distance émotionnelle.

Eloignez-vous d’elle pendant un moment, tolérez ses différences et n’acceptez sous aucun prétexte qu’elle néglige vos besoins.

Le meilleur indice qui démontre qu’une personne a des mauvaises intentions est l’écart entre ce qu’elle dit et ce qu’elle fait.

Cependant, nous devons toujours garder à l’esprit que nous ne pouvons pas avoir raison à 100% lorsqu’il s’agit d’interpréter les réactions des autres.

Nous devons donc faire preuve de sagesse et prendre de la distance, car l’unique certitude que nous pouvons avoir sur les autres est celle qui nous est offerte par le temps.