Le cancer du col de l’utérus : origine et prévention

Le papillomavirus humain est considéré comme l'antichambre du cancer du col de l'utérus. Même s'il peut ne pas devenir cancéreux, il est préférable de faire des check-up gynécologiques réguliers.

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), le cancer du col de l’utérus est le deuxième type de cancer le plus fréquent chez les femmes, et est lié à une infection due au papillomavirus (HPV). 

Bien qu’il existe plus de 100 types de cancers cervico-utérins, la plupart d’entre eux sont liés à une infection d’origine sexuelle qui peut être prévenue lors des phases les plus précoces, à partir du moment où nous nous soumettons à des révisions régulières chez le gynécologue.

Autre chose qu’il faut savoir : le papillomavirus peut survenir sans trop de symptômes et même disparaître tout seul, mais comme nous l’indiquent les médecins, il peut récidiver et réapparaître sous forme de cancer.

C’est un sujet très sérieux dont nous devons vous parler, étant donné que nous sommes face à l’une des maladies les plus graves concernant la santé des femmes. Nous vous invitons donc à prendre des notes.

Qu’est-ce que le cancer du col de l’utérus ?

Comme tout cancer, cette maladie se déclenche à cause d’une série de cellules qui commencent à grandir de manière démesurée dans le tissu qui recouvre tout le tissu utérin. 

  • Nous devons vous rappeler que le col de l’utérus connecte le corps de l’utérus au vagin et que cela évolue au fur et à mesure du temps, et encore plus bien sûr, lorsque nous accouchons.
  • Le processus via lequel les cellules saines du col de l’utérus deviennent cancéreuses est lent. Tout d’abord, elles se transforment en cellules pré-cancéreuses, pour, plus tard, devenir potentiellement cancéreuses.
  • Tout cela peut être détecté à l’aide d’un microscope lors d’un test simple grâce à un « curetage » du tissu du col utérin (frottis).
  • Il faut savoir que le cancer du col de l’utérus le plus commun est le carcinome à cellules squameuses.
  • Ces cellules pré-cancéreuses peuvent ne pas se développer et être latentes sans développer le cancer. Malheureusement, mais, si cela arrive, nous nous trouvons alors devant une maladie très invasive.

Découvrez : 6 signes qui permettent de détecter le syndrome des ovaires polykystiques

Femme-douleur-estomac

Causes du cancer du col de l’utérus

Comme nous vous l’avons signalé au début de cet article, nous sommes face à un cancer très virulent qui affecte des milliers de femmes dans le monde entier.

Les causes dont proviennent cette maladie se concentrent sur plusieurs « facteurs de risque », des éléments qui parfois, lorsqu’ils sont associés provoquent ou non la transformation des cellules pré-cancéreuses en cellules cancéreuses.

Voyons les principales causes :

  • Le papillomavirus (HPV, selon son sigle anglais) est l’origine la plus commune de cette maladie.
  • En réalité, il ne s’agit pas d’un seul virus, mais il en existe 150 différents. Certains d’entre eux peuvent générer le développement sans contrôle de cellules dont les racines sont des papillomes (verrues).
  • Ce virus peut développer des papillomes classiques sur les lèvres ou les pieds, par simple contact avec la peau ou provoquer une infection à cause d’un contact sexuel.

Dans ce dernier cas, les organes génitaux féminins tout comme les organes génitaux masculins peuvent développer un HPV à faible risque ou à fort risque, en lien avec le cancer.

Découvrez aussi : Une excellente nouvelle : le cancer du sein se détecte de plus en plus facilement grâce au toucher

Papillomavirus

S’il est évident que l’infection du HPV est très commune, et que nous pouvons toutes la vaincre grâce à notre système immunitaire, parfois la maladie devient chronique et peut générer un cancer.

  • Si une femme fume et a contracté le HPV, il y a plus de risques que les cellules pré-cancéreuses de son col de l’utérus deviennent cancéreuses.

C’est un facteur important puisque de notre système immunitaire ne pourra pas faire face à la maladie avec autant d’efficacité que possible.

Clés pour prévenir le cancer du col de l’utérus

shutterstock_92436103

Vaccin pour prévenir le papillomavirus

Les professionnels de la santé qui recommandent de faire l’un des deux vaccins existants pour prévenir le cancer du col de l’utérus sont nombreux.

  • Le vaccin bivalente (Cervarix) et le vaccin quadrivalent (Gardasil) nous protègent face aux différentes types d’infections et de cancers du vagin et du col de l’utérus. Ils peuvent être administrés de 9 à 45 ans.

Il faut savoir que le vaccin ne nous protège pas face à toute la variété de virus associés au HPV.

Découvrez aussi : Les essais de vaccin contre le cancer sur les humains ont commencé

Les tests réguliers du papillome

Comme nous vous l’avons dit, ce type de cancer peut être diagnostiqué lors de ses premiers stades. Pour cela, il est nécessaire de se soumettre à des révisions annuelles chez le gynécologue.

  • Il s’agit seulement de faire un test de cellules du col de l’utérus et du canal utérin et les envoyer au laboratoire pour analyse. Très simple.

Avoir une sexualité saine et sûre

Avoir beaucoup de partenaires sexuels et ne pas utiliser de systèmes de protection peut faire que nous ayons plus de risques de contracter le papillomavirus, ou tout autre maladie sexuellement transmissible.

Il faut en tenir compte.

Éviter de fumer

  • Le tabac, en lui-même, n’est pas la cause du développement du cancer du col de l’utérus mais peut être un déclencheur.
  • Comme nous vous l’avons dit dans cet article, si vous êtes fumeuse, vos défenses immunitaires peuvent ne plus être aussi efficaces lorsqu’il s’agit de faire face à une infection de HPV et, avec le temps, ces cellules pré-cancéreuses seront plus invasives.

Pour conclure, il s’agit de prendre soin de ses habitudes de santé et avant tout, de faire des check-up réguliers avec un gynécologue pour prévenir ce type de maladie. Tenez-en compte !

Catégories: Soins Étiquettes:
A découvrir aussi