Le regret n’est pas seulement pleurer : qui regrette change

3 mars 2019
Le regret n'est pas un acte négatif, car il nous aide à nous connaître et à grandir en tant que personnes. Cependant, il faut savoir le mesurer pour ne pas qu'il nous étouffe.

Le regret est un état émotionnel que beaucoup prennent à la légère. Vous connaissez sûrement quelqu’un qui s’enorgueillit en disant « je ne regrette rien de tout ce que j’ai fait dans ma vie ».

Ce n’est pas vrai. Le regret nous donne l’opportunité de changer pour apprendre d’un fait concret et pouvoir agir avec plus d’intégrité, de respect et de maturité émotionnelle.

Vivre, c’est finalement accepter ses erreurs et écarter des alternatives pour avancer de manière plus sage.

Qui ne regrette rien n’accepte pas ses propres échecs, expériences, offenses ou relations avec des personnes qu’il aurait mieux valu éviter.

La psychologie du regret

Notre conjoint ou nos amis regrettent souvent ce qu’ils nous ont fait, cette erreur qui nous a fait tant de mal.

Ils nous le démontrent avec beaucoup de sentiments et d’embarras, mais ils ne changent pas.

Et au bout de quelques temps, ils commettent la même erreur. Ils nous démontrent alors que ces regrets n’étaient pas sincères. Pourquoi agissons-nous ainsi ?

Nous vous invitons à tenir compte de ces aspects.

femme qui se cache le visage

Le manque de responsabilité ou la négation de ce qu’il s’est passé

Cette caractéristique est très fréquente chez les adolescents. Ils disent qu’ils regrettent d’avoir fait quelque chose a mais il est difficile de percevoir de la sincérité dans leur expression. Et encore moins dans leur comportement ultérieur car aucun changement n’est manifeste.

  • Regretter implique d’être responsable de l’erreur commise ou de l’acte réalisé mais également de ressentir le mal être de manière réelle.
  • Il y a des personnes qui préfèrent nier ce qui se passe, et penser que ça n’a pas d’importance. C’est sans aucun doute un exemple clair d’immaturité personnelle.

Nous vous recommandons de lire : Parfois, ce n’est pas l’amour qui meurt, mais la patience qui est à bout

Le refus d’insuffler le changement

“Je sais que je t’ai fait du mal, je sais que je me suis trompé. Pourtant, je ne veux pas changer les choses et je préfère agir de la même manière ».

Cette attitude est habituelle chez ce type de personnalités égoïstes, aux schémas de comportements très rigides.

  • Refuser de changer, c’est être incapable de nous adapter au flux de la vie, à son déroulement et aux vicissitudes du destin.
  • Qui ne regrette rien dans sa vie n’est pas conscient, par exemple, d’avoir fait du mal à quelqu’un.

Découvrez aussi : Vous seul savez ce que vous avez surmonté et tout ce que vous avez « laissé partir »

Nier cela, c’est aussi refuser de reconnaître les aspects de nous-mêmes que nous devrions changer pour vivre en équilibre. Sans faire de mal.

Qui regrette change pour de vrai !

femme papillons bleus

Le regret nous apprend à mieux nous comporter

Parfois, nous regrettons quelque chose. Cela ne signifie pas que nous avons fait quelque chose de mal, mais plutôt que nous aurions pu mieux agir.

  • Tout au long de notre existence, nous ne nous limitons pas seulement à commettre des erreurs. Parfois, nous comprenons qu’il est préférable d’opter pour des chemins déterminés et d’éviter de nous approcher de certaines personnes.
  • Le regret fait partie de l’apprentissage et est vu comme quelque chose de naturel.

Par exemple : Ma relation de couple n’a pas été heureuse, je l’ai mal vécue, mais je ne regrette pas de l’avoir vécue. Cette expérience m’apprend que, parfois, il est préférable d’être seul que mal accompagné.

  • Les regrets sont « un réveil existentiel » qui nous invite à prendre conscience de certains actes, pensées et choix. 
  • Un autre aspect dont nous devons tenir compte est que nous ne devons pas être « obsédés » par un fait concret au point de nous empêcher de vivre.

Les regrets se sentent

A posteriori, nous devons les examiner sous toutes les coutures pour comprendre leurs causes et leurs conséquences. Et ensuite, nous pouvons mettre en marche le changement ou une action en particulier.

Il ne sert à rien de se focaliser sur ce fait et de ressentir une grosse souffrance au point de se retrouver dans une impasse.

  • Il y également un autre bienfait à cette dimension émotionnelle. C’est que nous ne regrettons pas d’avoir fait certaines choses, mais de ne pas les avoir faites.

C’est sans aucun doute l’un des actes parmi les plus faciles à changer.

Vos regrets peuvent être existentiels : je regrette de ne pas lui avoir dit ce que je ressentais, je regrette de ne pas avoir fait ce voyage… Pensez alors que cultiver cette souffrance n’en vaut pas la peine car la solution est simple.

La vie, c’est savoir avancer en acceptant non seulement les erreurs et les apprentissages, mais aussi en accomplissant nos propres besoins émotionnels.

Alors, n’en doutez pas : passez cet appel, achetez ce cadeau, achetez ce billet, profitez de cette opportunité pour être encore plus heureux…

  • Abbe, A.; Tkach, C. y Lyubomirsky, S. (2003). The art of living by dispositionally happy people. Journal of Happiness Studies, 4, 385-404.
  • Ahmed, S. (2008). Multiculturalism and the promise of happiness. New Formations, 63, 121-137.
  • Ardila, R. (2010). Reseña de “Psicología de la Felicidad. Introducción a la psicología positiva”. Revista Latinoamericana de Psicología, 42(3), 504-505.
  • Alarcón, R. (2000). Variables psicológicas asociadas con la felicidad. Persona, 3, 147-157