Vous n’avez perdu personne, ce sont les autres qui vous ont perdu-e

· 30 avril 2017
Apprenez à changer votre manière de voir les choses et à vous rendre compte de ce que vous avez perdu : quelqu'un qui ne savait pas vous estimer, et c'est lui qui a plus perdu que vous.

 

Nous sommes sûr-e-s qu’à un moment de votre cycle de vie, vous avez perdu quelqu’un qui était très important pour vous : un amour, un-e ami-e, un proche de votre famille…

Nous parlons ici de pertes émotionnelles, pas physiques : nous nous référons à ces ruptures qui nous écartèlent, presque sans savoir comment et qui nous laissent des blessures, et beaucoup de questions.

Le plus difficile à la fin d’une relation, quel que soit son type, c’est qu’il n’est pas facile d’affronter ce moment de manière positive, c’est-à-dire, pour qu’il favorise notre épanouissement personnel.

Il est fréquent, lors d’une rupture, que l’estime de soi dégringole complètement.

Les personnes qui se sentent responsables et coupables de ce final sont nombreuses, et débutent alors un cycle de pensées et de reproches auto-destructeurs qui ont pour fil conducteur le « j’aurais pu faire autrement », « je ne mérite pas d’être aimé-e », « je n’étais pas assez bon-ne pour cette personne »…

Que les choses soient bien claires : dépasser le deuil d’une perte affective implique de contrôler le type de pensées qu’émet notre esprit.

Il n’y a pas pire ennemi que soi-même, et concernant les pertes émotionnelles, parfois, nous agissons comme des vrais bourreaux.

Ce n’est pas sain. Ici nous vous proposons d’appliquer des stratégies émotionnelles adaptées à ces situations.

Ce que vous avez perdu, ce qui est resté derrière vous et ce qui vous pousse à avancer

Nous sommes plus fragiles que ce que nous pensons.

Dans le quotidien, nous parvenons à maintenir une apparente capacité de contrôle qui nous aide à penser que nous pouvons tout faire, que rien ne peut nous faire de mal.

Nous croyons cela à certaines périodes de notre vie car nous disposons de liens forts avec des personnes que nous aimons.

Les bon-ne-s ami-e-s, les bons liens familiaux et une relation de couple satisfaisante et heureuse nous donne des ailes, de la force et de l’optimisme.

Parfois, il suffit qu’un seul maillon de cette chaîne parfaite ne saute pour que le fameux équilibre s’écroule complètement.

À ce moment-là, nous sommes si débordé par les émotions négatives qu’il est courant de rester bloqué, sans savoir que faire, que penser et comment réagir.

Découvrez : 10 choses que vous devez savoir si vous voulez sortir avec une femme forte

Nos ciments émotionnels semblent s’être effondrés et notre esprit ne fait rien d’autre que penser encore et encore à cette perte, à cette personne qui est partie sans que nous en comprenions bien la raison.

Ne mendiez pas de l’amour, ne demandez pas ce que l’on ne peut plus vous donner

Tout d’abord, il est important de comprendre que toute émotion négative, c’est-à-dire, la colère, le désespoir, la tristesse et la peur ont une fin très concrète dans notre cerveau : elles nous obligent à voir la réalité pour émettre une réponse en fonction d’un « danger ».

  • Les émotions négatives sont instinctives et nous avertissent de quelque chose : il faut réagir.
  • Si nous savons que l’autre ne nous aime plus, rien ne peut être plus destructeur que de continuer à implorer pour une nouvelle chance.
  • La fin d’une relation fait mal, c’est nécessaire de ressentir la tristesse, de pleurer et de passer du temps à réfléchir, entouré de nos propres pensées.
  • Plus tard, nous passons à l’étape de l’acceptation digne de ce qui s’est passé et nous reprenons notre marche.

Concentrer son esprit sur le passé et sur ces phrases conditionnelles comme « si j’avais cela, peut-être que… » ou « si j’avais dit cela, peut-être que… » ne font rien de plus que de rendre le désespoir plus chronique encore.

Découvrez : L’hyper-éducation ou comment rendre des enfants malheureux

Ce sont les autres qui vous ont perdu-e

Vous n’avez perdu personne, ce sont les autres qui vous ont perdu-e. Voir les choses de cette manière n’est pas un acte d’égoïsme, mais de force émotionnelle.

  • Si quelqu’un n’a pas pris la mesure de vos rêves, s’il n’a pas compris la grandeur de vos valeurs, s’il ne s’est pas épanoui au contact de votre amour sage, de votre tendresse et de votre bonne volonté, ce n’est pas vous qui l’avez perdu, c’est lui qui vous a perdu-e.
  • Ne culpabilisez jamais de cette perte. Ne vous humiliez pas et ne vous maltraitez pas émotionnellement. Ne pensez pas que vous devez changer pour mieux vous emboîter à cette personne, à ses plans de vie.
  • Ne perdez jamais votre identité, ni vos grandeurs. Si vous n’avez pas plu à quelqu’un, c’est son problème. Si une personne n’a pas compris vos raisons, il n’y a aucune raison de se torturer.

Alimentez votre amour propre, prenez soin de votre estime de vous-même et ne jetez pas toutes ses qualités que vous avez tant de temps à forger uniquement parce que quelqu’un n’est pas capable de les voir, uniquement car une personne vous a quitté-e parce que vous n’entriez pas dans la taille de son cœur.

Ne vous perdez pas vous-même uniquement car vous avez perdu quelqu’un

Cela ne vaut pas la peine de se perdre soi-même. Il n’est jamais sain de cesser de s’aimer uniquement parce que quelqu’un a préféré mettre de la distance alors que nous souhaitions qu’il reste auprès de nous.

  • Si vous choisissez de vous négliger, si vous préférez mettre de la distance entre vous et votre cœur, vous serez un-e triste prisonnier-ère de celui ou celle qui, un jour, vous a dit non, qui a fermé la porte de votre maison pour semer de la tristesse dans votre esprit.
  • Refermez cette étape, mettez un point final à ce cercle de souffrance et sortez vous retrouver avec vous-même.
  • Ne cherchez pas un amour sous forme d’analgésique par lequel rassasier vos peines et parvenir à oublier. 

Le plus indiqué, dans ce cas, est de passer un moment à se guérir soi-même et se souvenir, une fois de plus, de ses joies, de ses rêves et de ses valeurs.

Ce que vous avez perdu n’existe déjà plus, c’est déjà derrière vous, mais ce qui est sur le point d’arriver revêt les habits du bonheur et des nouveaux espoirs.

Et tout cela est à votre portée si vous le voulez.

Images de Stasia Burrington