Qu'est-ce que la métaphysique ? Découvrez-le ici !

La métaphysique est une branche de la philosophie qui étudie les aspects fondamentaux de la réalité qui sont inaccessibles à l'investigation empirique. Apprenez-en plus ci-dessous.
Qu'est-ce que la métaphysique ? Découvrez-le ici !
Maria Alejandra Morgado Cusati

Rédigé et vérifié par la philosophe et psychologue Maria Alejandra Morgado Cusati.

Dernière mise à jour : 25 octobre, 2022

Les êtres humains ont toujours cherché à connaître et comprendre la réalité qui nous entoure. Pour ce faire, en plus de recourir à la recherche empirique, nous avons étudié des aspects et des concepts qui transcendent l’expérience, comme la nature de l’être, l’âme, Dieu, la causalité, le libre arbitre. Ces réflexions sont typiques de la métaphysique.

La métaphysique est un concept difficile à définir. C’est une discipline dont les objets d’étude ont muté au cours de l’histoire. Cependant, on pourrait dire que c’est la branche la plus fondamentale de la philosophie.

Qu’étudie la métaphysique ?

La métaphysique étudie certaines des notions fondamentales avec lesquelles nous comprenons le monde, telles que les concepts d’entité, d’être, d’existence, d’objet, de propriété, de relation, de causalité, de temps et d’espace. À ce stade, on peut se demander en quoi les scientifiques naturels diffèrent des métaphysiciens.

Les sciences naturelles n’étudient-elles pas ce qu’il y a dans le monde et comment il est structuré ? Si oui, alors quel rôle reste-t-il à la métaphysique ?

La différence est que les scientifiques naturels fondent leurs analyses sur l’observation, l’expérimentation, la mesure et le calcul. Les métaphysiciens les fondent sur la réflexion. Toutefois, cela ne signifie pas que la métaphysique ignore les résultats de la recherche empirique, elle va simplement au-delà.

Le danger est que toute tentative d’aller au-delà de l’expérience se termine par un non-sens. C’est ce qu’a défendu par Ludwig Wittgenstein et les positivistes logiques, qui soutenaient que toutes les déclarations métaphysiques n’ont pas de sens.

La métaphysique comprend plusieurs branches :

  • Ontologie : étude de l’être en tant qu’être.
  • Théologie naturelle : étude de Dieu par des méthodes rationnelles.
  • Psychologie rationnelle ou philosophie de l’homme : étude de l’âme ou de l’esprit de l’être humain.
  • Cosmologie philosophique : étude de la nature de l’espace et du temps.
expériences empiriques.
La métaphysique n’ignore pas les expériences empiriques, mais elle propose une réflexion pour aller au-delà des mesures.

La métaphysique à travers l’histoire

Pour mieux comprendre la métaphysique, il est important de considérer comment elle s’est développée tout au long de l’histoire de la pensée.

Dans l’Antiquité

Depuis le début de la philosophie en Grèce, avec les philosophes dits présocratiques, il y a eu des tentatives de comprendre l’univers entier à partir d’un principe unique et universel (original). Parménide d’Elée (VIe-Ve siècle av. J.-C.) est considéré comme le fondateur de l’ontologie, puisqu’il a le premier utilisé le concept d’être/d’entité de manière abstraite.

Par ailleurs, la philosophie morale de Socrate, la théorie des idées de Platon et l’étude des causes premières d’Aristote sont des propositions de la métaphysique. Toutefois, il convient de mentionner qu’aucun de ces auteurs n’a utilisé le terme “métaphysique” dans ses postulats.

Ce terme est attribué au premier éditeur systématique de l’œuvre d’Aristote, Andronic de Rhodes. Il supposait qu’en raison de leur contenu, les quatorze livres du stagirite devaient être placés après la physique. Pour cette raison, il a utilisé le préfixe “meta” (au-delà).




Au Moyen Âge

Au Moyen Âge, les scolastiques tentent de concilier la tradition de la philosophie antique avec la doctrine religieuse (musulmane, chrétienne ou juive). Basée sur le néoplatonisme, la métaphysique médiévale entend reconnaître le “vrai être” et Dieu à partir de la raison pure.

En ce sens, les thèmes centraux de la métaphysique médiévale étaient la différence entre l’être terrestre et l’être céleste, la doctrine des transcendantaux et les preuves de l’existence de Dieu. Saint Augustin d’Hippone et saint Thomas d’Aquin sont considérés comme des représentants de la métaphysique médiévale.

Modernité et contemporanéité

Avec l’avènement de la modernité, l’être humain a changé sa façon de se percevoir et de percevoir la réalité. Avec l’Europe des Lumières, de nouvelles théories interprétatives de l’existence apparaissent, qui élargissent le champ d’étude de la métaphysique.

Selon le philosophe allemand Christian Wolff, la métaphysique moderne est divisée en général ou ontologie et spécial. Cette dernière est subdivisée en 3 branches :

Dans la période contemporaine, certains philosophes, comme Nietzsche, ont ouvertement commenté et critiqué les études métaphysiques. Cependant, Heidegger les révise sous prétexte de les repenser dès leur conception.

Les problèmes abordés par la métaphysique

La métaphysique a commencé comme une étude des causes premières et de l’être en tant qu’être (ontologie). Elle a fini par aborder d’autres sujets sur la réalité, comme l’existence de Dieu, la nature de l’esprit humain ou l’espace-temps.

La réalité du monde extérieur

Existe-t-il un monde extérieur ? Si c’est le cas, les sens fournissent-ils des informations fiables à ce sujet ? S’ils le font, les êtres humains savent-ils ou peuvent-ils savoir ce que c’est ? S’ils le peuvent, quelle est exactement la source ou la base de cette connaissance ?

La relation entre l’esprit et le corps

Les êtres humains semblent avoir des propriétés de deux types très différents : physiques, comme la taille et le poids ; et mentale, comme ressentir de la douleur ou croire que Rome est la capitale de l’Italie. Maintenant, il existe de nombreuses théories sur l’existence et la relation entre les propriétés physiques et mentales.

A un extrême, se trouvent les idéalistes, qui nient l’existence des propriétés physiques. De l’autre, il y a les comportementalistes et les matérialistes éliminatoires, qui nient l’existence des propriétés mentales.



L’existence

Si les métaphysiciens ont beaucoup parlé de l’existence de diverses choses, dont Dieu,  l’âme et le monde extérieur, ils ont moins parlé de l’existence elle-même, du contenu du concept d’existence ou du sens de ce mot.

Ils en ont suffisamment exploré pour rendre possible une taxonomie des théories de l’existence. Une telle classification peut être présentée comme une liste de paires de thèses opposées ou contradictoires sur la nature.

Le monde en métaphysique.
Le monde et l’univers sont deux concepts que la métaphysique aborde sous un autre angle que la science empirique.

La persistance dans le temps

On dit qu’une chose persiste dans le temps si elle existe à plus d’un moment dans le temps. Comme la persistance implique que le même objet existe à plus d’un moment, on l’appelle souvent identité à travers le temps.

Certains problèmes philosophiques liés à la persistance ou à l’identité dans le temps ont plus à voir avec l’identité elle-même qu’avec le temps. D’autres ont à voir avec le temps lui-même.

Dans le second cas, les théories ou explications de la persistance peuvent être divisées en deux grands types : celles basées sur l’idée que le temps est très semblable à l’espace, et celles basées sur l’idée que le temps et l’espace sont fondamentalement différents.

La métaphysique fait partie de la philosophie

La métaphysique est l’une des branches fondamentales de la philosophie. De nombreux concepts sur nous-mêmes et la réalité qui nous entoure ont été développés par cette branche, ce qui nous a aidés à comprendre et à donner un sens à ce qui existe.

Cependant, tout au long de l’histoire, de nombreux philosophes et penseurs l’ont qualifiée de mystique, car elle traite généralement de notions qui n’ont pas de connotation empirique ou vérifiable. Et vous ? Que pensez-vous de la métaphysique ?

Cela pourrait vous intéresser ...
La peur de la mort : comment y faire face ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
La peur de la mort : comment y faire face ?

La peur de la mort accompagne l'être humain depuis ses débuts. Est-elle normale ? Dans quelle proportion ? Découvrez certaines réponses ici !




Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.