Quels sont les signaux d’alerte d’une hémorragie cérébrale et comment la prévenir ?

· 13 janvier 2016
Le sport est l'une des meilleures manières de prévenir les accidents vasculaires cérébraux puisque l'on renforce son coeur et on libère le stress, qui peut être un déclencheur évident.
Un accident vasculaire cérébral (AVC), un ictus ou une hémorragie cérébrale affectent chaque année près de 15 millions de personnes dans le monde entier. En effet, c’est la seconde cause de mort chez les adultes de plus 60 ans.

Cette maladie se présente quand le flux sanguin vers le cerveau est interrompu. Que ce soit à cause d’un blocage dans un vaisseau sanguin du cerveau ou une rupture de l’un d’entre eux.

Etant donné que le sang est responsable de transporter l’oxygène vers le cerveau, il ne peut fonctionner sans.

Celui qui ne perd pas la vie peut souffrir de graves séquelles à cause des dommages qui sont produits dans n’importe quelle zone du cerveau.

La bonne nouvelle est que dans de nombreux cas, on peut les prévenir et les détecter à temps. Par conséquent, cela permet de réduire les risques et d’éviter des conséquences tragiques.

Nous vous recommandons de lire : 8 bonnes habitudes pour maintenir votre cerveau en forme

Comment détecter une hémorragie cérébrale à temps ?

Détecter une hémorragie cérébrale.

La détection précoce des symptômes d’une hémorragie cérébrale est très importante. Car le temps est déterminant dans la gestion des dommages du cerveau, qui peuvent être mortels ou très graves.

Les signes qui nous permettent de nous alerter à temps sont les suivants :

  • Un endormissement soudain ou une fragilité à un endroit du visage, de la jambe ou d’un bras.
    En général, cela arrive sur un seul côté du corps.
  • La difficulté à parler, à comprendre ou à se concentrer.
  • La perte de la coordination motrice.
  • Des nausées soudaines et des difficultés à marcher.
  • Des maux de tête sévères et soudains, sans aucune cause. 
  • La perte de la vision à l’un deux yeux, ou aux deux.

On estime que dans 88% des cas, les accidents vasculaires cérébraux sont de type ischémique. Autrement dit, ils sont provoqués par un caillot de sang ou l’obstruction d’une artère qui apporte du sang jusqu’au cerveau.

Les autres 12% sont hémorragiques et sont produits quand les vaisseaux sanguins se rompent. Le sang s’écoule donc dans le cerveau.

La prévention est certainement le meilleur traitement de cette affection dangereuse.

C’est pour cela que depuis un moment, on conseille d’adopter des habitudes de vie plus saines. Et d’éviter tout ce qui pourrait augmenter le risque d’en souffrir.

Comment peut-on prévenir une hémorragie cérébrale?

Même s’il arrive que les accidents vasculaires cérébraux ne puissent pas être évités et que les symptômes surgissent très rapidement, on peut souvent prévenir cette affection.

1. Connaître sa pression artérielle

Connaître la pression artérielle pour détecter une hémorragie cérébrale.

L’hypertension est l’un des principaux facteurs de risque d’hémorragie cérébrale. 

Le fait de souffrir d’hypertension artérielle peut multiplier par quatre les probabilités de développer cette affection. En effet, cela oblige le cœur et les artères à faire un effort plus important pour pouvoir transporter le sang à toutes les cellules du cerveau.

2. Faire de l’activité physique

Les exercices font partie des meilleures habitudes pour jouir d’une bonne santé cardiovasculaire.

Il est possible de renforcer le cœur et de garder les artères propres pour prévenir leur obstruction.

Une marche quotidienne d’une heure est plus que suffisante pour que le système travaille dans des conditions optimales.

3. Arrêter de fumer

Cette habitude est l’un des principaux facteurs de risque d’AVC. Surtout si l’on commence à fumer à un âge précoce.

4. Connaître ses niveaux de cholestérol

Réduire les niveaux de sucre dans le sang permet de prévenir une hémorragie cérébrale.

Le cholestérol et la cigarette sont les causes potentielles de plaque athérosclérotique. Cela entraîne l’apparition d’obstructions dans les artères qui alimentent le cerveau en sang.

5. Perdre du poids

Le fait de souffrir de surpoids ou d’obésité élève le risque de souffrir de problèmes coronaires.

Perdre au moins 4 ou 5 kg permet également de diminuer les risques.

6. Eviter le stress

Le fait de souffrir de stress chronique, physique et mental peut augmenter jusqu’à quatre fois le risque de souffrir d’un accident vasculaire cérébral tout au long de la vie.

7. Eviter la colère ou les émotions fortes

Eviter le stress pour prévenir une hémorragie cérébrale.

La colère et d’autres émotions qui génèrent de la tension sont associées à un plus grand risque de souffrir d’ictus. A cause des altérations qu’elles provoquent sur le cœur et sur le système nerveux.

Avoir un tempérament tranquille et positif est la meilleure manière de diminuer le risque. Et de maintenir la pression artérielle à niveau.

Lisez aussi : 4 smoothies pour purifier le côlon : délicieux et guérisseurs

8. Contrôler le diabète

Les problèmes circulatoires liés au diabète de type 2 peuvent augmenter le risque d’hémorragie cérébrale. Ainsi que d’autres problèmes cardiovasculaires communs comme l’hypertension.

9. Manger des acides gras oméga-3

La consommation d’acides gras oméga-3 est conseillée pour diminuer le risque de crise cardiaque et d’hémorragie cérébrale.

Puisqu’il s’agit de graisse saine, elle prévient la formation de plaque dans les veines cérébrales. Cela maintient également le flux sanguin en parfait état.

Par ailleurs, cette consommation permet d’éliminer le mauvais cholestérol (LDL) et de contrôler les triglycérides.