Avec le temps, j’ai appris que ni l’attention ni l’amour ne se mendient

11 juin 2017
Quand nous remarquons que l'attention n'est plus la même dans un couple, ou si une rupture a lieu, nous devons être suffisamment fort pour savoir mettre de la distance et nous concentrer sur notre bien-être.

Avec le temps, nous apprenons beaucoup de choses. L’une d’entre elle est que l’attention ne se demande pas et qu’aucun amour sincère et authentique ne se mendie.

L’un de nos besoins les plus basiques en tant qu’êtres humains est celui de se sentir aimé-e et reconnu-e. Sans aucun doute. C’est ainsi que nous nous lions à un groupe et que nous grandissons comme des personnes capables de donner et d’offrir de la tendresse.

Cependant, cette attention et cette tendresse doivent être sincères.

Si quelqu’un nous tourne le dos dès que nous lui demandons quelque chose, s’il ne tient pas compte de nous et si au lieu de nous apporter de l’amour, il nous apporte de l’égoïsme et de la solitude, le mieux est de prendre de la distance. D’accepter la réalité.

Car qui demande une attention de manière obsessive alors qu’elle ne peut plus être, ne fera qu’intensifier sa souffrance. 

Vivre selon une partition éternelle où ne s’inscrivent que le mépris et le vide nous plonge dans une musique trop triste que personne ne mérite.

Il faut agir avec dignité. Avec cette force intérieure où il faut laisser de côté ce que l’on ressent pour se souvenir de ce que l’on mérite.

Nous vous proposons de réfléchir à cela.

L’attention qui ne se supplie pas, l’attention qui s’offre avec authenticité

femme-papillon-sur-la-tete

Loin de voir le besoin d’attention comme quelque chose de négatif et comme le reflet d’une personnalité immature, il est nécessaire d’éclaircir certaines choses fondamentales.

  • Nous avons tou-te-s besoin d’attention -et d’auto-attention-. Tout type de lien, qu’il soit familial ou de couple, repose sur des racines élémentaires : le besoin de nous sentir reconnu-e, soutenu-e et accepté-e pour ce que nous sommes.
  • Dans l’enfance, une attention saine, positive et forte sert à l’enfant à grandir avec assurance et sécurité.
  • Quand nous établissons une relation de couple, offrir et recevoir de l’attention est le reflet de la santé de ce lien.

Nous offrons de l’attention à quelqu’un car il compte pour nous, car nous voulons en prendre soin, car nous souhaitons lui offrir le meilleur de nous-même.

Cet article peut aussi vous intéresser : 4 raisons de ne pas continuer ensemble

L’attention est donc primordial dans tout type de dynamique entre ou plus de personnes, unies par un lien significatif.

Le problème essentiel survient dès lors que quelqu’un qui est important pour nous ne nous offre pas cette dimension émotionnelle, psychologique et comportementale.

L’enfant intérieur qui demande de l’attention doit mûrir

Pendant l’enfance, les enfants qui ne reçoivent pas l’amour adapté, la reconnaissance désintéressée et la tendresse accompagnée de patience et de sagesse, sont sans cesse en train de demander de l’attention.

  • Ils le feront, de plus, de la manière la plus complexe : via des comportements inadaptés, parfois avec des pleurs, parfois en parlant avec sincérité ou avec colère.
  • Souvent, le fait de ne pas recevoir d’affection dans l’enfance fait que nous ressentions un profond vide intérieur à la maturité.

Un passé chargé en carences émotionnelles débouche souvent sur un présent caractérisé par une faible estime de soi.

Cela forme des êtres qui ont besoin que les autres comblent ce vide lorsqu’ils deviennent des adultes.

fille-et-lanterne-500x333

  • Les personnes qui demandent de l’attention à leur conjoint tout en sachant qu’elles ne sont plus aimées doivent retrouver leur force émotionnelle.
  • Rien n’est plus destructif qu’insister sur quelque chose qui n’existe plus et qui est nocif, toxique et capable d’affecter la santé physique et mentale.

Si vous n’êtes pas aimé-e et qu’il n’y plus d’espoir de retrouver ce lien, la meilleure réponse est la distance. Accepter les adieux.

Comment agir quand nous ne sommes plus aimé-e-s ?

Nous savons que c’est facile à dire… “Si on ne t’aime pas, pars ». « Si on ne t’aime pas, ne mendie pas de l’amour, ne supplie pas de l’attention ». Comment faire concrètement ?

  • Personne ne peut cesser d’aimer d’un jour à l’autre, ni effacer les souvenirs et un passé comme celui qui jette son ordinateur à la poubelle, ou ce qui occupe un espace « non nécessaire ».
  • On sait, par exemple, qu’une déception émotionnelle ou une rupture traumatisante de couple a un impact sur notre cerveau de la même manière que lorsqu’on se brûle. 

Découvrez aussi : L’amour qui se respecte s’arrose tous les jours

Le cortex somatosensoriel secondaire et le cortex insulaire (zones du cerveau liées à la douleur) interprètent ces situations comme quelque chose de traumatique : d’où la difficulté de couper ces liens.

Étapes pour affronter une rupture

  • La première étape, c’est de maintenir une communication mature et sincère avec notre conjoint.

Il est nécessaire d’obtenir une explication à propos de ce qu’il s’est passé et de savoir que, si la relation s’est brisée, c’est qu’il n’y a aucune possibilité de la réinitialiser.

Une rupture est un deuil. Alors, il faut prendre conscience qu’il va se passer au moins deux mois où il faudra encourager le soulagement de la peine, se reconstruire de l’intérieur et accepter complètement ce qui arrive.

Demandez du soutien à votre famille, à vos ami-e-s. Ne concentrez pas vos pensées sur hier, construisez de nouveaux plans et objectifs à court et à long terme.

femme-et-lumiere-500x343

 

Rappelez-vous chaque jour ce que vous valez en tant que personne. Rien de mieux que de vous concentrer sur vous, que de prendre soin de vous. Pratiquez par exemple la pleine conscience, faites des choses qui vous détendent et vous font du bien. 

Images de Catrin Welz-Stein

A découvrir aussi