Le traitement de la maladie de Crohn

Le traitement de la maladie de Crohn a pour but de soulager les symptômes ressentis par les patients et se base sur diverses méthodes qui lui permette d'atteindre ses objectifs.

Le traitement de la maladie de Crohn a pour but d’éviter l’apparition de nouvelles poussées et de contrôler celles qui sont déjà apparues. L’origine de cette pathologie étant inconnue, il n’existe pas de traitement permettant de la guérir définitivement. Mais certaines méthodes peuvent permettre de soulager les symptômes expérimentés par les patient-e-s.

Le traitement de la maladie de Crohn doit prendre en compte les dimensions suivantes :

  • Pharmacologique
  • Diététique
  • Chirurgicale
  • Autres
maladie de crohn

Le traitement pharmacologique

Le traitement de la maladie de Crohn qui se base sur des médicaments est bien évidemment la première des alternatives à prendre en compte.

Les groupes pharmacologiques utilisés le plus fréquemment pour traiter la maladie de Crohn sont :

 

  • Les antibiotiques
  • Les 5-ASA
  • Les glucocorticoïdes
  • Les immunosuppresseurs
  • Les thérapies biologiques

Les antibiotiques

Ces médicaments sont généralement prescrits pour traiter une poussée bactérienne excessive dans l’intestin grêle. Cette prolifération inhabituelle est provoquée par des complications de la maladie de Crohn (restrictions, fistules ou chirurgie), ou en cas de présence d’une condition anale ou péri-anale.

Parmi les antibiotiques les plus utilisés par le traitement de la maladie de Crohn, on retrouve :

 

  • Métronidazole
  • Ciprofloxacine
  • Ampicilline
  • Sulfamides

Leurs effets secondaires notoires sont :

  • Des nausées
  • Un goût métallique
  • Des interactions avec l’alcool

Les 5-Aminosalycilates

Les 5-ASA ou 5-aminosalycilates sont des anti-inflammatoires non-stéroïdiens qui sont utilisés contre la maladie de Crohn, dans le but de réduire l’inflammation qui se produit dans le côlon.

La chirurgie ne permet pas de guérir définitivement le/la patient-e atteint de la maladie de Crohn, mais elle est nécessaire en cas de perforation, d’abcès, d’hémorragie, d’échec du traitement médicamenteux, d’obstruction intestinale et de fistules.

Les plus communs sont la sulfasalazine et la mésalazine. Ces deux médicaments sont administrés par voie orale, même s’ils existent également sous la forme de suppositoires ou de lavements. Ce sont d’excellentes alternatives pour les personnes qui ne réagissent pas correctement aux stéroïdes.

Leurs effets secondaires notoires sont :

  • Des nausées
  • De la diarrhée
  • Des maux de tête

Les glucocorticoïdes

Il s’agit d’un traitement hormonal qui permet de réduire les inflammations. Ils sont généralement utilisés pour traiter les phases aiguës de la maladie, mais ils sont rapidement retirés du traitement de la maladie de Crohn car leurs effets secondaires sont potentiellement dangereux.

ostéoporose

 

Les plus utilisés sont :

  • La bubdésonide : elle est utilisée pour traiter les problèmes touchant l’iléon, grâce à son action spécifique.
  • La prednisone : elle est utilisée dans les cas les plus graves.

Les effets secondaires de ces médicaments sont :

  • De la rétention d’eau
  • De l’ostéoporose
  • De la gastrite
  • De l’acné
  • Des cataractes

Il faut prendre en compte que les stéroïdes ont des effets secondaires extrêmement néfastes. Voilà pourquoi les personnes qui suivent ce traitement ne doivent pas l’arrêter soudainement et qu’elles doivent diminuer progressivement les doses.

Les immunosuppresseurs

Ces médicaments désactivent le système immunitaire pour supprimer la réaction inflammatoire, ce qui permet donc de réduire l’inflammation sur du long terme. Ils sont généralement utilisés lorsque les corticoïdes n’ont plus d’effets ou pour éviter de nouvelles poussées.

Les médicaments les plus utilisés de ce groupe sont :

  • L’azathioprine
  • La mercaptopurine : ce médicament est généralement utilisé dans le traitement contre la leucémie. Dans le traitement de la maladie de Crohn, il joue le rôle d’immunosuppresseur. Il présente des effets secondaires notoires, parmi lesquels on retrouve :
    • Des nausées
    • De la fatigue
    • De l’infertilité
  • Le méthotexate : si ce médicament est prescrit à un-e patient-e, iel doit l’arrêter trois mois avant de concevoir un enfant, qu’iel soit un homme ou une femme, car il peut entraîner des dysfonctionnements génétiques chez l’embryon (tératogénie).  :

Comme ces médicaments ont pour but d’inhiber le système immunitaire, ils rendent les patient-e-s bien plus vulnérables aux infections.

Les thérapies biologiques

Il s’agit d’anticorps monoclonaux anti-TNS α qui éliminent le TNF (Facteur de Nécrose Tumorale, une molécule qui renforce les processus inflammatoires).

Infliximab

Ils sont utilisés en association avec les immunosuppresseurs si ces derniers ne sont pas suffisants ou chez les patient-e-s qui n’ont pas répondu positivement à une opération chirurgicale.

Parmi les produits pharmaceutiques les plus utilisés de ce groupe dans le traitement de la maladie de Crohn sont :

  • L’infliximab : il est administré sous la forme d’infusion et peut provoquer des réactions allergiques.
  • L’adalimumab : il est administré par injection, une fois toutes les deux semaines.
  • Le certolizumab

Le traitement diététique

Le régime alimentaire est un facteur très important pour les patient-e-s atteint-e-s de la maladie de Crohn, car iels souffrent souvent d’un manque d’appétit et d’une mauvaise absorption des nutriments.

L’alimentation des patient-e-s doit être équilibrée, tout comme chez les personnes saines, mais iels doivent obéir à des règles bien plus drastiques, car ils peuvent souffrir de complications dues à leur maladie.

Un régime équilibré se base sur une équation relativement simple. 50 à 55% des nutriments doivent être des glucides, 30 à 35% des lipides ou des graisses et 12 à 15% des protéines. Le/la patient-e doit également s’assurer de consommer suffisamment de fibres, de vitamines et de minéraux, en fonction de sa situation. Iel doit prendre plusieurs repas par jour et boire beaucoup d’eau.

 

panier d'aliments

Les patient-e-s atteint-e-s de la maladie de Crohn doivent éviter de consommer des aliments riches en fibres et piquants. Les boissons gazeuses, ainsi que celles qui contiennent du gaz et de l’alcool, doivent totalement être éliminées de leur alimentation.

Même s’iels suivent à la lettre les recommandations de leur nutritionniste, les patient-e-s peuvent souffrir d’une malnutrition grave. Iels peuvent avoir besoin d’aliments spécialisés ou d’une nutrition par intraveineuse dans certains cas.

« Que ton aliment soit ton seul médicament. »

-Hippocrate-

Certains aliments peuvent provoquer des effets dévastateurs chez les patient-e-s atteint-e-s de la maladie de Crohn. Iels doivent donc absolument les éviter. Parmi ces aliments, on retrouve :

  • La caséine (une protéine présente dans le lait)
  • Le gluten
  • Le blé
  • Le maïs
  • La levure
  • Certains fruits et légumes

Deux régimes ont fait leurs preuves pour venir en aide aux patient-e-s atteint-e-s de la maladie de Crohn. Il s’agit du régime sans gluten et du régime sans FODMAP (glucides à chaîne courte et dérivés alcoolisés qui sont mal absorbés par l’intestin grêle).

Les patient-e-s peuvent consommer des suppléments vitaminiques pour soulager les symptômes des poussées de la maladie ou pour impulser une rémission. Selon des études récentes, la vitamine D serait étroitement en lien avec la maladie de Crohn.

La consommation de suppléments de calcium est remise en question car elle peut provoquer des calcifications artérielles et des infarctus du myocarde.

 

Le traitement chirurgical

L’objectif principal de la chirurgie, dans le cadre du traitement de la maladie de Crohn, est de permettre aux patient-e-s d’être en meilleure santé et de diminuer les symptômes dont iels souffrent. Une intervention chirurgicale permet également de diminuer l’impact des complications éventuelles de la maladie ou de ne pas prolonger un traitement pharmacologique inutile.

La chirurgie ne peut pas guérir définitivement la maladie, mais elle est absolument nécessaire en cas de perforation, d’abcès, d’hémorragie, d’échec du traitement médicamenteux, d’obstruction intestinale ou de fistules.

L’opération consiste à retirer la section enflammée du système digestif et à refermer l’intestin.

 

Les traitements alternatifs de la maladie de Crohn

Il n’existe pas d’autres traitements qui permettent de soulager les symptômes de la maladie, mais certaines habitudes saines peuvent être adoptées par les patient-e-s. Parmi elles, on peut distinguer :

  • L’arrêt du tabagisme
  • Le repos : cela permet de diminuer la tension émotionnelle, ce qui peut diminuer les poussées et améliorer l’efficacité du traitement pharmacologique.

Même s’il s’agit d’une maladie chronique, qui peut être marquée par des épisodes très graves, les patient-e-ps qui en souffrent peuvent avoir des activités quotidiennes parfaitement normales.

Catégories: Soins Étiquettes:
A découvrir aussi