Traiter naturellement le syndrome des ovaires polykystiques

La santé des ovaires est étroitement liée à celle du reste des organes. Une congestion intestinale peut nuire directement à la santé de nos organes reproducteurs. En outre, nous devons faciliter la tâche à notre foie, car il est directement lié à notre système hormonal.
Traiter naturellement le syndrome des ovaires polykystiques
Elisa Morales Lupayante

Relu et approuvé par le pédagogue en éducation physique et nutritionniste Elisa Morales Lupayante.

Dernière mise à jour : 06 janvier, 2023

De plus en plus de femmes et de jeunes filles souffrent du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK). C’est un syndrome qui se caractérise par des irrégularités dans les règles, des difficultés pour maigrir, mais également un excès de duvet sur la peau et de l’acné. Cependant, il est possible de traiter naturellement le syndrome des ovaires polykystiques.

Dans cet article, nous vous expliquons tout ce que vous devez savoir pour traiter naturellement ce problème de santé. Vous trouverez également les remèdes les plus efficaces que vous pouvez inclure dans votre régime alimentaire.

Équilibrer le foie pour traiter naturellement le syndrome des ovaires polykystiques

Le foie est l’organe qui nettoie notre sang de toxines. Sa fonction est très liée au reste des organes et, surtout, au système hormonal.

C’est pour cela qu’afin de réaliser un traitement naturel et complet, il faudra faciliter la fonction hépatique. Pour cela, vous pouvez utiliser des plantes hépatiques comme le chardon-Marie et le boldo.

Il est également fondamental d’éviter les graisses nuisibles et les additifs alimentaires afin de traiter naturellement le syndrome des ovaires polykystiques.

ventre d'une femme

Réguler l’intestin

Concentrons-nous sur la proximité des intestins et des ovaires, ainsi que sur les liens qui existent entre tous les organes internes de notre corps. Vous vous rendrez compte qu’une congestion intestinale peut affecter directement la santé de notre organe reproducteur.

Il est toujours très important de maintenir un intestin sain. En effet, s’il ne fonctionne pas correctement, il peut causer de nombreux problèmes de santé sur le long terme.

C’est pour cela qu’en plus du SOPK, nous souffrons de constipation, du syndrome du côlon irritable, de parasites et d’autres dérèglements intestinaux. C’est pour cela qu’il faut traiter naturellement le syndrome des ovaires polykystiques pour que cela n’empire pas l’équilibre de nos ovaires.

Ainsi, pour réguler la fonction intestinale, il faut suivre un régime alimentaire riche en fruits, en légumes, en légumes secs, en céréales complètes et en fruits secs.

Si vous souffrez de constipation, ajoutez à votre diète certains aliments laxatifs. C’est le cas des graines de lin (ou de linette) ou les pruneaux.

graines de lin dans un pot transparent

Attention au gluten

L’allergie au gluten ou la maladie céliaque est une maladie qui peut se détecter facilement. En effet, le corps réagit immédiatement après avoir ingéré un aliment contenant du gluten.

Cependant, il y a des personnes qui ont différents degrés d’intolérance au gluten. Cela va entraîner des déséquilibres légers qui, avec le temps, peuvent donner lieu à certaines maladies, parmi lesquelles le SOPK.

Si vous avez des antécédents d’intolérance ou d’allergie au gluten, ou bien que vous souffrez aussi de problèmes digestifs, nous vous recommandons de tenir compte de cette explication.

L’arbre au poivre pour traiter naturellement le syndrome des ovaires polykystiques

La plante médicinale la plus efficace pour traiter naturellement le syndrome des ovaires polykystiques est l’arbre au poivre (Vitex Agnus Castus). C’est un remède qui a été utilisé traditionnellement pour réguler les niveaux hormonaux et éviter les règles irrégulières. Il permet également de restaurer l’ovulation chez les femmes qui souffrent d’absence de menstruations.

Il est tout particulièrement efficace de prendre de l’arbre au poivre quand le SOPK est accompagné de niveaux bas de progestérone et de prolactine.

Prenez 200 mg d’extrait d’arbre au poivre par jour pendant au moins 3 ou 4 mois, avant de constater des résultats.

are au poivre pour traiter naturellement le syndrome des ovaires polykystiques

La tavelure

La tavelure est une racine andine connue pour ses bienfaits pour la santé des femmes. Elle agit ainsi comme un régulateur d’hormones, indépendamment du type d’hormones altérées. De plus, c’est un excellent remède pour lutter contre les symptômes de la ménopause.

Il est possible de trouver cette racine sous forme de comprimés ou en poudre. Elle est cependant plus simple à utiliser en poudre car on peut contrôler les doses que nous prenons. Il est recommandé de commencer avec une petite quantité et d’augmenter la dose petit à petit car elle est très énergisante et peut parfois provoquer de la nervosité.

  • Comme traitement de choc, on peut prendre 6 à 9 grammes par jour, que nous pouvons maintenir pendant un mois.
  • La dose de maintien est de 3 grammes par jour (approximativement une cuillère rase).

L’huile de lin

L’huile qui s’extrait de la pression à froid des graines de lin est riche en Oméga-3 et en Oméga-6. Il s’agit de deux nutriments qui régulent naturellement les niveaux hormonaux et qui stimulent les cycles d’ovulation. L’huile de lin est idéale pour traiter naturellement le syndrome des ovaires polykystiques.

Pour compléter le traitement antérieur, il faudra prendre deux cuillerées à soupe (30 g) d’huile de lin chaque jour.

Si son goût vous paraît très désagréable (il peut faire penser à celui du poisson), mélangez alors cette huile à vos aliments. Ses bienfaits seront les mêmes et vous éviterez d’être gêné par le goût !

Images de digiyesica, Filip Bunkens et M. Martín Vicente.

Cela pourrait vous intéresser ...
6 raisons pour lesquelles vous pouvez avoir des règles irrégulières
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
6 raisons pour lesquelles vous pouvez avoir des règles irrégulières

Découvrez dans cet articles quelques raisons qui pourraient expliquer le fait qu'il est possible de souffrir de règles irrégulières.



  • Amini, L., Tehranian, N., Movahedin, M., Tehrani, F. R., & Ziaee, S.  Antioxidants and management of polycystic ovary syndrome in Iran: A systematic review of clinical trials. Iranian journal of reproductive medicine. 2015; 13(1): 1.
  • Arentz S, Abbott JA, Smith CA, Bensoussan A. Herbal medicine for the management of polycystic ovary syndrome (PCOS) and associated oligo/amenorrhoea and hyperandrogenism; a review of the laboratory evidence for effects with corroborative clinical findings. BMC Complement Altern Med. 2014 Dec 18;14:511. doi: 10.1186/1472-6882-14-511. PMID: 25524718; PMCID: PMC4528347.
  • Barber, T. M., Hanson, P., Weickert, M. O., & Franks, S. Obesity and polycystic ovary syndrome: implications for pathogenesis and novel management strategies. Clinical Medicine Insights: Reproductive Health. 2019; 13: 1179558119874042.
  • Escobar-Morreale HF. Iron metabolism and the polycystic ovary syndrome. Trends Endocrinol Metab. 2012 Oct;23(10):509-15.
  • Chiliquinga, S., Aguirre, R., Agudo, M., Chú, Á., & Cuenca, S. (2017). Criterios diagnósticos y tratamiento integral terapéutico del síndrome de ovarios poliquísticos. Revista Cubana de Ginecología y Obstetricia, 43(3), 173-181. Disponible en: http://scielo.sld.cu/pdf/gin/v43n3/gin18317.pdf
  • Del Castillo, F., Martínez, A., & Del Castillo, R. (2014). Guía de práctica clínica de síndrome de ovario poliquístico. Disponible en: https://www.archivosdemedicina.com/medicina-de-familia/gua-de-prctica-clnica-de-sndrome-de-ovario-poliqustico.pdf
  • Guo, Y., Qi, Y., Yang, X., Zhao, L., Wen, S., Liu, Y., & Tang, L. Association between polycystic ovary syndrome and gut microbiota. PloS one. 2016; 11(4): e0153196.
  • Leon, L. I. R., Anastasopoulou, C., & Mayrin, J. V. Polycystic Ovarian Disease. In StatPearls [Internet]. StatPearls Publishing. 2021.
  • Lim CE, Wong WS. Current evidence of acupuncture on polycystic ovarian syndrome. Gynecol Endocrinol. 2010 Jun;26(6):473-8.
  • Murri M, Luque-Ramírez M, Insenser M, Ojeda-Ojeda M, Escobar-Morreale HF. Circulating markers of oxidative stress and polycystic ovary syndrome (PCOS): a systematic review and meta-analysis. Hum Reprod Update. 2013 May-Jun;19(3):268-88.
  • Murillo, G. A., Ramirez, B. S., & Fallas, A. Z. (2021). Evaluación del síndrome de ovario poliquístico. Revista Médica Sinergia6(1), 10. Disponible en: file:///C:/Users/tito%20nu%C3%B1ez/Downloads/Dialnet-EvaluacionDelSindromeDeOvarioPoliquistico-7967551.pdf
  • Ndefo, U. A., Eaton, A., & Green, M. R. Polycystic ovary syndrome: a review of treatment options with a focus on pharmacological approaches. Pharmacy and therapeutics. 2013; 38(6): 336.
  • Papalou O, Diamanti-Kandarakis E. The role of stress in PCOS. Expert Rev Endocrinol Metab. 2017 Jan;12(1):87-95.
  • Raja-Khan, N., Stener-Victorin, E., Wu, X., & Legro, R. S. The physiological basis of complementary and alternative medicines for polycystic ovary syndrome. American Journal of Physiology-Endocrinology and Metabolism. 2011; 301(1): E1-E10.
  • Ross K. Manejo nutricional de la menopausia inducida quirúrgicamente: Reporte de un caso. Salud de la mujer . Enero de 2021. doi: 10.1177 / 17455065211031492
  • Ruiz Rodríguez, R., Serrano Mera, V. K., Solis Guzmán, P. G., & Montes Mendoza, G. A. (2021). Síntomas y tratamiento de pacientes diagnosticadas con síndrome de ovario poliquístico. RECIAMUC4(4 (esp), 125-133. Disponible en: https://doi.org/10.26820/reciamuc/4.(4).diciembre.2020.125-133
  • Stromsnes, K., Correas, A. G., Lehmann, J., Gambini, J., & Olaso-Gonzalez, G. Anti-inflammatory properties of diet: Role in healthy aging. Biomedicines. 2021; 9(8): 922.
  • Suarez Coba, B. H., Borja Tapia, P. E., Vela Chasiluisa, M. A., & Ontaneda Tenesaca, C. F. (2019). Diagnóstico y manejo del síndrome de ovario poliquístico. RECIMUNDO3(3), 970-1004. https://doi.org/10.26820/recimundo/3.(3).septiembre.2019.970-1004
  • Wang T, Sha L, Li Y, Zhu L, Wang Z, Li K, Lu H, Bao T, Guo L, Zhang X, Wang H. Dietary α-Linolenic Acid-Rich Flaxseed Oil Exerts Beneficial Effects on Polycystic Ovary Syndrome Through Sex Steroid Hormones-Microbiota-Inflammation Axis in Rats. Front Endocrinol (Lausanne). 2020 May 27;11:284.
  • Zafari Zangeneh F, Naghizadeh MM, Masoumi M. Polycystic ovary syndrome and circulating inflammatory markers. Int J Reprod Biomed. 2017 Jun;15(6):375-382.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.