11 mauvaises habitudes quotidiennes qui nuisent à notre cerveau

30 juillet 2014
En plus d'être dangereux pour nos poumons, le tabac réduit notre masse encéphalique, et l'apport en oxygène pour notre cerveau, favorisant ainsi l'apparition des maladies neurodégénératives.

Notre cerveau est un organe extrêmement important. Vous ne comprenez pas ce qui vous arrive. Vous vous sentez fatigué, vous ne pouvez pas vous concentrer et vous souffrez d’oublis.

Curieusement, cela se produit uniquement lorsque vous vous levez tôt et que vous ne mangez rien avant la fin de la journée ou bien lorsque vous êtes doublement stressé au travail.

En effet, vous oubliez de prendre soin d’une partie essentielle de votre organisme : votre cerveau.

Tous nos actes ont plus ou moins une incidence sur notre corps. Donc, certaines habitudes bien déterminées entravent le bon fonctionnement de notre cerveau. Elles peuvent de même porter préjudice à sa structure.

Ainsi, si on répète ces comportements jour après jour, et cela pendant des années, pouvez-vous imaginer ce qui se passe ? Ainsi, vos propres habitudes se chargent de tuer lentement votre cerveau !

Mais ne vous inquiétez pas, vous avez encore le temps d’améliorer votre santé cérébrale et physique en changeant votre style de vie. Nous vous parlerons donc dans cet article de ces terribles habitudes quotidiennes qui nuisent à votre cerveau.

Notre cerveau et nous

Notre cerveau est un organe extrêmement complexe et délicat qui intervient directement ou indirectement dans tous les processus physiques.

Ainsi, le cerveau régule les fonctions homéostatiques comme les battements du coeur, la proportion des fluides, la tension artérielle, l’équilibre hormonal et la température corporelle.

Il est de plus responsable du mouvement, de la cognition, de l’apprentissage, de la mémoire et également des émotions.

Il ne faut alors pas s’étonner que notre mode de vie puisse avoir une grande influence sur son fonctionnement et par conséquent, sur notre santé en général.

Selon de nombreux rapports scientifiques, la façon dont nous menons notre existence peut, à plus ou moins long terme, nuire à nos cellules cérébrales et à leurs fonctions. Cela peut aussi favoriser le développement de certaines maladies dégénératives et de bien d’autres affections.

Par contre, des comportements positifs comme le fait de bien s’alimenter ou l’exercice physique stimulent ainsi notre cerveau et entretiennent sa santé.

Mettons-nous donc au travail et voyons quelles sont les 11 mauvaises habitudes quotidiennes qui nuisent à notre cerveau.

11 mauvaises habitudes quotidiennes qui nuisent à notre cerveau

1. Ne pas prendre de petit-déjeuner

mauvaises habitudes qui nuisent à notre cerveau : ne pas prendre de petit-déjeuner

Le petit-déjeuner est le repas le plus important de la journée. En effet, c’est lui qui détermine notre rendement, notre résistance et notre état émotionnel.

Durant les premières heures de la journée, notre cerveau a besoin de nutriments pour continuer à « diriger » les processus physiologiques après le long jeûn auquel il a été soumis.

Si nous ne lui apportons pas ce dont il a besoin, il sera obligé d’utiliser les réserves. Mais aussi de faire un effort supplémentaire pour continuer à fonctionner correctement.

Le fait de ne pas prendre de petit-déjeuner peut occasionner une fatigue générale, un manque de concentration et des trous de mémoire. Cela peut aussi générer de la mauvaise humeur et un affaiblissement de l’état physique et intellectuel. Prenez donc un petit-déjeuner substantiel et sain !

2. Fumer

La détestable habitude de fumer réduit considérablement la masse encéphalique et l’apport d’oxygène au cerveau, et il a été prouvé qu’elle favorise l’apparition de maladies neurovégétatives comme la maladie d’Alzheimer.

D’autre part, les amines hétérocycliques qui sont libérées lors de la combustion d’une cigarette interfèrent dans les séquences de l’ADN et provoquent des mutations qui cancérisent les cellules.

Lisez également : Raisons pour arrêter de fumer et stratégies pour y arriver

3. Une grande consommation de sucre

La prédominance des farines et des sucres raffinés, des fritures et des charcuteries dans notre alimentation avec une consommation insuffisante de légumes, de fruits et de fibres favorise l’accumulation de substances nocives dans l’organisme, le développement de tumeurs.

Cela va également contrarier le fonctionnement du système immunologique ; en conséquence, vous pouvez souffrir de malnutrition et d’un ralentissement du développement neurologique.

4. Une exposition constante à la pollution

Notre cerveau a besoin d’un apport continu d’oxygène, mais diverses substances toxiques peuvent interférer dans l’échange des gaz, dans le transport et le processus d’absorption de l’oxygène par les cellules et ainsi provoquer une diminution de la capacité cérébrale.

5. Dormir peu

mauvaises habitudes qui nuisent à notre cerveau : dormir peu

Vous devez dormir 8 heures par jour pour que votre cerveau puisse se reposer, pour favoriser les transformations métaboliques afin de produire l’énergie nécessaire, et pour permettre le renouvellement cellulaire.

Un manque de sommeil anticipe la mort des cellules cérébrales à court terme. En conséquence, vous allez vous sentir fatigué pendant toute la journée et de mauvaise humeur.

6. Trop manger

Consommer des aliments dont notre corps n’a pas besoin donne lieu à une accumulation de substances excédentaires sous forme de graisses et contribue au durcissement progressif des artères cérébrales qui ne peuvent plus remplir leur fonction correctement.

7. L’alcool

L’alcool peut porter préjudice à tous les organes et principalement au système nerveux, au foie, et au coeur, et peut interférer dans les réactions chimiques qui se produisent dans le cerveau. De plus, l’alcoolisme cause la mort des neurones et réduit la vitesse de transmission des impulsions nerveuses entre ces dernières.

Lisez également : Peut-on perdre du poids en arrêtant de boire de l’alcool ?

8. Les réactions violentes ou le stress prématuré

Le stress provoque de multiples réactions de notre système nerveux, certaines d’entre elles entraînant une diminution de nos capacités mentales, et fait augmenter le risque d’accidents vasculaires cérébraux et d’infarctus.

9. Se couvrir la tête pour dormir

mauvaises habitudes qui nuisent à notre cerveau : Se couvrir la tête pour dormir

Dormir en se couvrant la tête augmente la concentration de dioxyde de carbone et diminue celle d’oxygène, ce qui peut porter préjudice au cerveau.

10. Épuiser son cerveau alors que l’on est malade

Travailler ou étudier longuement lorsque l’on est malade est nocif car le corps est occupé à déployer toute son énergie pour guérir. Forcer son cerveau à travailler dans de telles conditions peut occasionner une diminution de ses possibilités, et de surcroît affaiblir encore davantage votre système immunitaire et faciliter l’apparition de toutes sortes de maladies.

11. Un manque de stimulation et d’activité mentale

Rien ne stimule autant notre cerveau que le fait de réfléchir, d’avoir des conversations intelligentes, de lire un livre ou de faire des mots croisés. Toutes ces activités font augmenter notre capacité d’apprentissage et notre mémoire, ainsi que la vitesse de réaction.

Un dernier conseil

Prenez soin de votre cerveau en adoptant un style de vie salutaire :

  • Mangez de façon adéquate en vous habituant à consommer des fruits et légumes qui stimulent l’activité cérébrale. Nous vous recommandons également de consommer des poissons riches en oméga-3, des acides gras qui favorisent la communication entre les neurones.
  • Consommer trois ou quatre tasses de thé ou de café améliorera votre mémoire. Et faire diminuer le risque de développer la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson.
  • Faites de l’exercice physique régulièrement.
  • Évitez la consommation de drogues, de tabac ou d’alcool.
  • Dormez suffisamment.
  • Inondez votre cerveau de pensées positives !

 

  • Bourre, J.-M. (2004). Effets des nutriments sur les structures et les fonctions du cerveau : le point sur la diététique du cerveau. Revue Neurologique. https://doi.org/10.1016/S0035-3787(04)71032-2
  • Barilllot, C. (2008). Le cerveau . Les Mardis de l’Espace Des Sciences En Bretagne. https://doi.org/10.3917/espri.0801.0079
  • Lotstra, F. (2002). Le cerveau émotionnel ou la neuroanatomie des émotions. Cahiers Critiques de Thérapie Familiale et de Pratiques de Réseaux. https://doi.org/10.3917/ctf.029.0073