5 conséquences insoupçonnées du manque de sommeil selon la science

· 2 février 2017
Nous ignorons parfois les conséquences du manque de sommeil. Découvrez dans cet article 5 conséquences insoupçonnées du manque de sommeil.

Certes, plus nous vieillissons, moins nous avons besoin de repos. Néanmoins, le manque de sommeil peut avoir des conséquences sur notre santé. Pour les adultes, on recommande au minimum 6 heures de sommeil par nuit.

Le manque de sommeil n’est pas quelque chose que notre cerveau et notre organisme peuvent supporter pendant longtemps.

L’insomnie occasionnelle, en revanche, celle que l’on associe au stress ou à un quelconque trouble ponctuel, ne présente pas un grave impact comme l’insomnie chronique.

Si notre difficulté à trouver le sommeil dure plus de trois mois et que notre incapacité à nous reposer profondément affecte notre qualité de vie, nous devrons alors commencer à nous inquiéter.

Le plus important, c’est de connaître l’origine de ce trouble.

Parfois, la douleur chronique, une dépression, l’apnée du sommeil ou une altération de nos rythmes circadiens (à cause de notre travail) dérivent sur ce problème qui, sans doute, pourrait être traité par une quelconque thérapie.

Il n’est pas bon de laisser passer le temps. Si les jours se suivent et que nous voyons que nous ne pouvons pas dormir plus de trois heures de suite, il faut aller consulter un spécialiste.

L’insomnie n’est pas mortelle. Néanmoins, elle nuit à notre qualité de vie et dérive bien souvent sur des maladies qu’on ne peut pas négliger.

Même si cela nous paraît surprenant, il existe de nombreuses maladies qui ont pour origine les troubles du sommeil. Ci-dessous nous vous en parlons.

Les conséquences du manque de sommeil

Nous sommes sûrs que plus d’une fois, vous avez entendu que l’être humain a besoin de dormir 8 heures pour pouvoir se lever en pleine forme.

Découvrez les Remèdes naturels pour trouver le sommeil

En réalité, lorsque nous donnons des chiffres exacts, nous devons être prudents. Ce n’est pas pareil d’avoir 8 ans que 60. Et chacun a ses propres besoins qu’il apprend à connaître avec le temps.

  • La National Sleep Foundation (La Fondation américaine du Sommeil) nous indique qu’entre 26 et 64 ans, le plus adapté est de dormir entre 7 et 9 heures. A partir de 64 ans, les gens ont tendance à dormir un peu moins.
  • Les enfants ont besoin de dormir entre 9 et 11 heures, pour que l’hormone de croissance accomplisse ses tâches indispensables.

Et maintenant, si nous nous demandons à partir de quel seuil l’on considère qu’une personne dort moins que ce qu’elle devrait, nous devons nous rappeler d’un chiffre : 6 heures.

Un faible repos ne permet pas au corps de récupérer, ni au cerveau d’accomplir ses multiples fonctions, ni que notre système lymphatique assume son travail de désintoxication.

Voyons à présent les principales conséquences du manque de sommeil.

  1. Le manque de sommeil altère votre flore intestinale

Une flore intestinale déséquilibrée

Curieux mais démontré.L’Université de Uppsala en Suède est parvenue à cette même conclusion.

  • Les responsables de cette étude ont découvert que dormir peu pendant de longues périodes de temps réduit la variété d’espèces de bactéries intestinales.

La santé métabolique est affectée lorsqu’il y a moins de sortes de ces micro-organismes.

  • Nous ne pouvons oublier qu’une flore intestinale de mauvaise qualité a des effets importants sur notre santé générale. On développe la résistance à l’insuline, nous prenons du poids, nous avons moins de défenses, nous absorbons moins les nutriments.

2. L’insomnie et le diabète

Cette information est importante : le manque de sommeil affecte la tolérance au glucose. De cette manière, nous pouvons développer du diabète.

  • C’est un problème qui affecte en général de manière habituelle la population âgée.
  • De la même manière, souffrir de surpoids et dormir moins de 6 heures est également associé à ce même problème, comme nous l’indiquent plusieurs études scientifiques.

Découvrez comment préparer une Infusion calmante pour combattre rapidement l’insomnie

3. Le manque de sommeil affecte la santé de votre cœur

Douleurs au coeur

Dormir trois heures de moins que ce que l’on a besoin chaque jour a un sérieux impact sur notre cœur. Imaginons un moment que pendant trois mois, nous dormions entre 4 et 5 heures par jour.

Bien que nous croyons dormir assez avec cela, notre corps ne l’entend pas ainsi. De fait, celui qui va en souffrir le plus c’est notre cœur.

Le manque de sommeil :

  • Augmente notre tension.
  • Altère notre métabolisme,une résistance à l’insuline se développe.
  • Augmente l’inflammation. Les muscles du cœur deviennent plus rigides car ils souffrent d’une plus grande charge de stress.

Le manque de sommeil, comme nous l’indiquent de nombreuses études, est un ennemi féroce pour notre cœur.

4. L’insomnie et la perte de mémoire

Nul besoin de souffrir d’insomnie chronique pour noter comment le manque de sommeil affecte notre attention, notre capacité de réponse et de concentration.

  • La mémoire de travail est très affectée lorsque nous ne dormons pas assez. Au cas où le problème devienne chronique il affectera notre qualité de vie.
  • Des aspects communs tels que ceux de maintenir une conversation, se rappeler de phrases ou solutionner des problèmes de faible difficulté sont complètement altérés, comme nous le révèlent diverses recherches médicales.

5. Plus on est anxieux, moins l’on dort.

C’est un cercle vicieux dévastateur. Le stress et l’anxiété affectent la qualité de notre sommeil, cependant, au cas où le problème devienne chronique, la situation s’intensifie d’autant plus.

Le corps et l’esprit sont intimement connectés, de telle manière que cette « dette de sommeil » périodique altère notre équilibre interne en nous surexcitant encore plus.

Pour conclure, n’hésitez pas à demander de l’aide, à consulter un bon spécialiste pour récupérer la qualité de votre sommeil.

Rappelez-vous le célèbre dicton populaire selon lequel « parfois, la solution à tous les maux se trouve dans un bon sommeil« . 

  • Spiegel, K., Leproult, R., & Cauter, E. Van. (2003). Rythmes et sommeil Impact d ’ une dette de sommeil sur les rythmes physiologiques. Rev Neurol (Paris). https://doi.org/10.1016/S1873-9946(13)60534-6

  • Viot-Blanc, V. (2010). Le manque de sommeil favorise-t-il l’obésité, le diabète et les maladies cardiovasculaires ? Medecine Du Sommeil. https://doi.org/10.1016/j.msom.2010.01.006

  • Guyon, A. (2013). Manque de sommeil et maladies métaboliques. Médecine Du Sommeil. https://doi.org/10.1016/j.msom.2013.06.001