7 habitudes qu’il faut éviter pour préserver sa santé cérébrale

· 27 mai 2017
Beaucoup de personnes ne le savent pas forcément mais notre santé cérébrale dépend d'habitudes aussi différentes qu'un bon repos, une hydratation correcte ou une oxygénation appropriée.

Les maladies qui affectent la santé cognitive ont souvent pour origine les facteurs génétiques, les questions de l’âge ou d’autres types de traumatisme.

Cependant, certaines habitudes peuvent aussi générer des dommages irréversibles, puisqu’elles tuent les neurones ou réduisent leur activité.

Si la perte de mémoire est un effet de la détérioration cérébrale dont on souffre avec la vieillesse, il existe plusieurs facteurs qui peuvent l’empirer ou l’accélérer.

Le plus inquiétant dans tout cela, c’est que beaucoup de gens ignorent quelles sont ces mauvaises pratiques et pourquoi elles ont des effets négatifs sur cette partie du corps.

De plus, les dommages surviennent graduellement et il est difficile de les détecter quand ils se trouvent aux stades initiaux.

C’est pour cela qu’il est primordial d’identifier les habitudes peu saines, et  prendre ainsi des mesures pour les éviter.

1. Sauter le petit-déjeuner

petit-dejeuner-sain-500x334

Le petit-déjeuner est l’un des repas principaux qu’il ne faut sauter sous aucun prétexte.

Il joue un rôle fondamental pour le métabolisme du corps et bien que beaucoup de gens ne le savent pas, il est également essentiel pour activer les fonctions cérébrales pendant la journée.

La déficience de protéines, de vitamines et d’autres nutriments au petit-déjeuner est liée à la détérioration cérébrale et à la perte de mémoire.

De plus, l’activité des neurones est affectée et génère une surcharge qui se manifeste à travers la tension.  

Voir aussi : 9 bienfaits de manger de l’avoine et pourquoi vous devez l’inclure au petit-déjeuner

2. Manger du sucre à l’excès

Les sucres raffinés sont présents dans de nombreux aliments que nous consommons régulièrement.

Ce que peu de gens savent, c’est qu’ils sont la cause principales des troubles métaboliques et certaines maladies cognitives.

Les niveaux élevés de sucre diminuent la production de substances chimiques du cerveau, qui régulent de nombreuses fonctions importantes.

Sa consommation quotidienne est l’une des causes d’anxiété, de dépression et de risque de démence.

3. Fumer

fumer-500x332

Ce n’est un secret pour personne que les cigarettes sont pleines de substances toxiques qui ont un impact négatif sur la santé.

Leur consommation régulière provoque des dommages au niveau pulmonaire et à long terme, affecte considérablement les fonctions cognitives.

Que ce soit les fumeur-se-s actif-ve-s ou les fumeur-se-s passif-ve-s, iels ont plus de risque de développer des problèmes de démence et la maladie d’Alzheimer.

Cela est dû aux interruptions dont souffre la circulation sanguine, qui qui empêche le processus correct de l’oxygénation cellulaire.

De plus, fumer réduit la capacité de concentration et les tâches en lien avec la mémoire.

4. Mal dormir

Une mauvaise qualité de sommeil ne se manifeste pas uniquement avec le manque d’énergie physique mais également d’énergie mentale.

Puisque le corps ne se repose pas suffisamment, le lobe frontal ne travaille bien et la pensée créative diminue considérablement.

De même, l’anxiété augmente, la capacité à contrôler ses émotions diminue et l’habileté à résoudre les problèmes quotidiens également.

La privation de sommeil fait aussi augmenter les niveaux de cortisol, qui génère stress, dépression et d’autres émotions qui affectent la qualité de vie.

5. Ne pas d’hydrater

identifier-deshydratation-500x334

La déshydratation est l’un des facteurs qui affecte directement la santé cérébrale.

Elle interfère avec les niveaux d’énergie, le moral et la capacité à se concentrer pendant les tâches de la journée.

Étant donné que le cerveau est composé en grande partie d’eau, le manque de liquide interrompt les processus essentiels pour un fonctionnement optimal.

D’autre part, la déficience affecte la santé circulatoire et empêche une bonne oxygénation cérébrale.

6. S’exposer à des environnements pollués

Le cerveau a besoin d’un apport en oxygène continu pour nous donner de l’énergie et des compétences cognitives.

Cependant, l’exposition continue à des environnements pollués peut interférer dans l’échange de gaz et le transport d’oxygène vers les cellules, donnant lieu à une réduction de son efficacité.

De fait, ce facteur est lié à l’augmentation du risque de problèmes cognitifs graves comme Alzheimer et la démence. 

Nous vous recommandons de lire : Une enfant de 12 ans crée une application pour communiquer avec sa grand-mère malade d’Alzheimer

7. Trop manger

envie-de-manger-500x368

La consommation excessive de calories et des graisses n’a pas uniquement un impact sur le métabolisme et le poids. Elle agit aussi sur la santé cérébrale.

Le surpoids conduit à des maladies comme le diabète et les troubles cardiovasculaires, et finit par affecter d’une manière ou d’une autre l’efficience cérébrale.

Une consommation modérée de calories retarde le processus de vieillissement cellulaire et diminue le risque de dégénérescence cognitive. 

Pour conclure, bien que les effets ne sont pas perçus immédiatement, le mieux est d’éviter ces habitudes dans le but de protéger le cerveau.

Adoptez un régime alimentaire sain et équilibré, et pratiquez des exercices mentaux et de méditation.