7 situations dans lesquelles il ne faut pas faire d’exercice

· 18 février 2017

Même si l’on pense n’avoir aucune raison d’interrompre notre entrainement quotidien à cause d’un simple rhume, il est judicieux d’en réduire l’intensité pour que notre organisme puisse mieux récupérer.

 

L’exercice physique est l’une des meilleures habitudes que nous pouvons pratiquer pour prendre soin de notre santé physique et mentale.

Il est très simple d’en inclure dans votre quotidien, ne demande que peu de temps et ses bienfaits sont si nombreux que c’est incomparable avec d’autres activités.

En effet, c’est l’une des manières les plus efficaces d’augmenter la dépense énergétique pour équilibrer le poids et prévenir différents types de maladies.

De plus, il a des effets positifs sur les fonctions cognitives, la résistance physique et d’autres aspects qui améliorent la productivité au quotidien..

Cependant, bien que l’on conseille sa pratique journalière, dans certaines situations il vaut mieux l’éviter pour ne pas souffrir de réactions indésirables.

Comme beaucoup ignorent quels sont ces moments, nous vous révélons ci-dessous en détail les 7 principaux.

Découvrez-les !

  1. Souffrir d’une infection avec de la fièvre

fievre

Les infections avec de la fièvre, des douleurs et un mal être général sont une réponse du système immunitaire face à l’activité incontrôlée de certains virus et bactéries.

Dans ce genre de situation les forces physiques diminuent et, bien que cela puisse se présenter de différentes manières dans chaque cas, il n’est pas du tout opportun de faire de l’exercice.

Cette activité inhibe de manière transitoire la fonction des mécanismes de défense et implique un surplus de dépense énergétique.

Aussi, le mettre en activité peut dépenser les énergies dont votre corps a besoin pour lutter de manière forte contre l’infection.

Lisez également : Des remèdes maison pour faire baisser la fièvre

2. Avoir peu dormi

Dormir moins de cinq heures est une habitude qui entraîne de graves conséquences physiques et mentales sur l’organisme.

Bien que nombre de ses effets de se manifestent pas sur l’instant, avec le temps peuvent se développer des complications et des maladies.

A son tour et de manière soudaine le système immunitaire se fragilise ainsi que les forces physiques, et c’est pourquoi il n’est pas approprié de surcharger le corps avec la pratique d’une routine d’entrainement.

Une mauvaise nuit ne diminue pas seulement le rendement durant l’exercice, mais augmente également la fatigue, le déséquilibre et le manque de coordination.

3. Avoir une lésion ou une blessure

douleurs-genoux

Les lésions musculaires, articulaires et osseuses requièrent des soins strictes comme partie de leur traitement, car n’importe quelle erreur peut provoquer de graves complications.

Si de nombreux experts conseillent certains exercices à faible impact en complément de la récupération, il est préférable de se reposer pendant quelques jours.

Cela est du au fait que les mouvements des tissus lésés empêchent la cicatrisation et la guérison, ce qui prolonge la blessure ou pire, l’aggrave.

Il est primordial de toujours le prendre en compte, surtout face à :

  • Des fractures.
  • Tendinites.
  • Entorses.
  • Contusions.
  • Blessures ouvertes.

4. Souffrir de gastro-entérite

Les troubles du système digestif affectent le rendement pendant la pratique d’exercices physiques et, bien que beaucoup ne font pas le lien, ils peuvent engendrer des vomissements, diarrhées et d’autres symptômes incommodants.

Pour quelques fans ces troubles ne sont pas une raison pour mettre de côté leurs entraînements.

Toutefois, il est important de donner à votre corps un temps de repos pour sa récupération, car l’excès de mouvement et la perte de liquides peut empirer la condition.

5. Recevoir le diagnostic d’une maladie chronique

maladies-cardiaques

Les patient-e-s diagnostiqué-e-s avec des maladies chroniques comme le cancer, l’hypertension sévère ou le diabète doivent faire très attention au moment de pratiquer une activité physique.

Celles-ci et d’autres pathologies altèrent le fonctionnement des organes les plus importants du corps tout en impliquant une plus grande dépense énergétique.

Pour cette raison il est important de se passer d’exercice, du moins jusqu’à ce que le diagnostic se confirme et que l’on reçoive un traitement pour stabiliser les symptômes de la maladie.

Une fois contrôlée, l’entrainement à faible impact est bénéfique pour y faire face.

6. Avoir une grippe ou un rhume

Certaines postures de yoga peuvent être bénéfiques pour contrôler divers symptômes de la grippe et du rhume.

Cependant, les activités à fort impact, comme l’exercice cardiovasculaire, peuvent empirer les symptômes, même réalisés de manière douce.

La transpiration, la perte de liquides et le froid diminuent la réponse immunitaire et laissent le corps sujets à l’attaque des virus.

Visitez cet article : Comment préparer vos propres bonbons au miel et au citron pour traiter la toux

7. Avoir fait des exercices physiques

exercices-pour-le-cou

Il n’est pas toujours nécessaire de se rendre dans une salle de sport pour activer et exercer le corps.

Parfois nous faisons quelques activités qui, sans que nous en ayons conscience, travaillent nos muscles et tous les systèmes qui y participent lorsque nous nous entraînons.

Soulever des cartons lourds, bouger des meubles et même faire le ménage peut impliquer certains efforts physiques que nous devons prendre en compte.

Faire davantage d’exercice après ce type d’activité augmente le risque de lésions musculaire et de fatigue.

En conclusion, bien que l’exercice physique soit une pratique très bénéfique à notre santé, il est primordial de savoir dans quelles situations l’éviter.

Si les effets sont pratiquement toujours positifs, parfois notre corps n’est pas en conditions pour le supporter.