8 habitudes de vie qui provoquent une dépression

En plus de nous aider à rester en forme, l'exercice physique fait que nous générons des endorphines, lesquelles améliorent notre humeur.
8 habitudes de vie qui provoquent une dépression

Dernière mise à jour : 10 août, 2022

Savez-vous que l’alimentation, l’exercice, le contact avec la nature, la respiration ou la direction du regard peuvent avoir, à la longue, une influence sur le développement ou non d’un état dépressif ? Les causes d’une dépression peuvent en effet être nombreuses.

Mais si vous essayez de mettre en place de nouvelles habitudes de vie, et d’en modifier d’autres pouvant engendrer la dépression, vous pourrez rapidement observer une amélioration de votre état général.

Nous vous invitons donc à connaître les habitudes pouvant peut-être vous faire du mal quotidiennement sans que vous vous en rendiez compte !

Le manque de nutriments

Bien que cela puisse nous paraître étrange, il est vrai que la dépression est liée au système nerveux. Ce dernier se nourrit aussi des aliments que l’on mange. Concrètement, il a besoin quotidiennement de plusieurs nutriments pour être équilibré. On évite ainsi la dépression et les autres troubles nerveux. Voilà donc ces aliments :

  • Le magnésium. On le retrouve dans les noix, dans les légumes verts feuillus et dans l’avocat.
  • Le tryptophane. Il est présent dans le cacao.
  • Les acides oméga 3 des graines de lin.
  • La vitamine B12 que contiennent les sardines, les œufs, et les produits laitiers.
  • L’acide folique. Il est présent dans les fruits et les légumes verts feuillus.
une dépression

Les aliments nocifs qui provoquent une dépression

D’autre part, il y a aussi des aliments qui agissent directement comme un venin. En effet, ils volent les vitamines et les minéraux de notre organisme ! Ils provoquent aussi de la dépendance, troublent l’équilibre naturel de nos organes et contribuent à empirer l’état d’humeur dans lequel on se trouve. Les voici :

  • La viande mangée avec excès
  • Les graisses saturées
  • L’aspartame (édulcorant artificiel)
  • Les conservateurs et les colorants artificiels
  • Le sucre blanc et les bonbons
  • Les boissons industrielles
  • L’alcool

Le manque d’exercice

L’exercice est indispensable pour la vie. En plus, il nous aide à générer des endorphines, les hormones du bonheur.

De nombreuses personnes pensent que l’exercice est juste nécessaire pour trouver un poids correct, mais l’être humain a toujours fait du sport. Avant, c’était pour survivre, maintenant, c’est plus une question esthétique, c’est vrai.

Mais au final, l’important est de faire de l’exercice physique! Juste après avoir fini votre activité, vous verrez de suite une grande amélioration.

Regarder vers le bas

Cela vous surprendra sûrement, mais les mouvements oculaires sont aussi liés à notre état d’humeur. Regarder vers le bas est en relation avec des sentiments négatifs.

D’ailleurs, on peut tenter l’expérience en regardant vers le haut et sans laisser les yeux fixes. Il faut essayer de fixer des détails en hauteur. Cet exercice est très simple et cela ne coûte rien d’essayer !

Ne pas traiter les conflits internes

D’après certains thérapeutes, dans la majorité des dépressions, il faut chercher l’origine du problème. En effet, très souvent, il y a un conflit au départ, et le problème surgit dès lors qu’on l’ignore en espérant que le temps l’effacera.

Peut-être que la personne est en train de faire quelque chose qu’elle ne veut pas faire, ou peut-être qu’elle a une accumulation de rage ou de tristesse contenue.

Pour traiter ces questions émotionnelles, nous vous recommandons l’homéopathie et les fleurs de Bach. Elles n’ont pas de contre-indications ni d’effets secondaires. Elles peuvent d’ailleurs se prendre à n’importe quel âge.

Oublier la nature

Les déséquilibres psychiques sont à chaque fois plus courants, et chez des gens bien plus jeunes. L’un des facteurs possiblement en cause est le manque de contact avec la nature.

La couleur verte est un équilibrant naturel et les bains de soleil sont indispensables, notamment lorsqu’on ne se sent pas bien. Il y a des personnes qui, intuitivement, ressentent ce besoin. Mais en réalité, il est présent pour chacun d’entre nous. Si on vit en ville, il faut au moins chercher à aller dans des endroits naturels les week-ends ! 

une dépression

Respirer à peine

De nos jours, nous respirons le strict minimum pour survivre. Mais chaque cellule de notre organisme a besoin d’oxygène. Si on ne le lui donne pas, on sera soumis à une situation de stress. Il est donc important d’apprendre à respirer correctement. Pour ce faire, on peut réaliser un certain type de thérapie (yoga, tai-chi, etc.).

Le manque de contact

Une personne qui a tendance à faire des dépressions s’isole très souvent. Elle évite ainsi le contact avec les autres personnes, que ce soit de simples connaissances ou des gens très proches.

C’est pour cela qu’on doit se battre pour le récupérer, même si au départ, cela nous sera compliqué et difficile. Une bonne option, par exemple, c’est de laisser les autres nous faire des massages.

C’est encore mieux si on utilise des huiles essentielles avec des propriétés pour amener la bonne humeur, comme c’est le cas pour l’origan, la lavande, la camomille, la bergamote, le géranium, le jasmin, le citron, le bois de santal, la mandarine, la mélisse, l’orange, le néroli, le pamplemousse, la sauge claire, la verveine et le ylang-ylang.

Dans ces cas, on peut sentir l’odeur qui reste sur nous et se laisser aller par notre intuition. Une fois qu’on aura choisi l’huile, on peut aussi la mélanger avec notre crème hydratante.

Photographies reproduites avec l’aimable autorisation de John Loo, cwd1978 et Poytr.


Cela pourrait vous intéresser ...
10 symptômes de la dépression chez l’adolescent
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
10 symptômes de la dépression chez l’adolescent

L'adolescence est une période cruciale de la vie. La traverser n'est pas chose facile c'est pourquoi la dépression chez l'adolescent n'est pas rare...



  • Bedrosian, T. A., & Nelson, R. J. (2017). Timing of light exposure affects mood and brain circuits. Translational Psychiatry, 7(1), e1017. https://doi.org/10.1038/tp.2016.262
  • Fernandes, M., Mutch, D., & Leri, F. (2017). The Relationship between Fatty Acids and Different Depression-Related Brain Regions, and Their Potential Role as Biomarkers of Response to Antidepressants. Nutrients, 9(3), 298. https://doi.org/10.3390/nu9030298
  • Ferrer-Cascales, R., Albaladejo-Blázquez, N., Ruiz-Robledillo, N., Clement-Carbonell, V., Sánchez-SanSegundo, M., & Zaragoza-Martí, A. (2019). Higher Adherence to the Mediterranean Diet is Related to More Subjective Happiness in Adolescents: The Role of Health-Related Quality of Life. Nutrients, 11(3), 698. https://doi.org/10.3390/nu11030698
  • Gómez-Juanes, R., Roca, M., Gili, M., Garcia-Campayo, J. y García-Toro, M. (2017). Estilo de vida saludable: un factor de protección minusvalorado frente a la depresión, Psiquiatría Biológica,24(3), 97-105. https://doi.org/10.1016/j.psiq.2017.10.004
  • Gradari, S., Pallé, A., McGreevy, K. R., Fontán-Lozano, Á., & Trejo, J. L. (2016). Can Exercise Make You Smarter, Happier, and Have More Neurons? A Hormetic Perspective. Frontiers in Neuroscience, 10, 93. https://doi.org/10.3389/fnins.2016.00093
  • Grav, S., Hellzèn, O., Romild, U. and Stordal, E. (2012), Association between social support and depression in the general population: the HUNT study, a cross‐sectional survey. Journal of Clinical Nursing, 21(1-2)111-120. https://doi.org/10.1111/j.1365-2702.2011.03868.x
  • Hogarth, L., Hardy, L., Mathew, A. R., & Hitsman, B. (2018). Negative mood-induced alcohol-seeking is greater in young adults who report depression symptoms, drinking to cope, and subjective reactivity. Experimental and Clinical Psychopharmacology, 26(2), 138–146. https://doi.org/10.1037/pha0000177
  • Ju, S., & Park, Y. K. (2019). Low fruit and vegetable intake is associated with depression among Korean adults in data from the 2014 Korea National Health and Nutrition Examination Survey. Journal of Health, Population and Nutrition, 38(1), 39. https://doi.org/10.1186/s41043-019-0204-2
  • Knüppel, A., Shipley, M. J., Llewellyn, C. H., & Brunner, E. J. (2017). Sugar intake from sweet food and beverages, common mental disorder and depression: prospective findings from the Whitehall II study. Scientific Reports, 7(1), 6287. https://doi.org/10.1038/s41598-017-05649-7
  • Mammen, G. and Faulkner, G. (2013). Physical activity and the prevention of depression: a systematic review of prospective studies. American Journal of Preventive Medicine, 45(5), 649-57. https://doi.org/10.1016/j.amepre.2013.08.001
  • Rogerson, M., Gladwell, V., Gallagher, D., & Barton, J. (2016). Influences of Green Outdoors versus Indoors Environmental Settings on Psychological and Social Outcomes of Controlled Exercise. International Journal of Environmental Research and Public Health, 13(4), 363. https://doi.org/10.3390/ijerph13040363
  • Streeter, C. C., Gerbarg, P. L., Whitfield, T. H., Owen, L., Johnston, J., Silveri, M. M. et al. (2017). Treatment of Major Depressive Disorder with Iyengar Yoga and Coherent Breathing: A Randomized Controlled Dosing Study. The Journal of Alternative and Complementary Medicine, 23(3), 201–207. https://doi.org/10.1089/acm.2016.0140
  • Tarleton, E. K., Kennedy, A. G., Rose, G. L., Crocker, A., & Littenberg, B. (2019). The Association between Serum Magnesium Levels and Depression in an Adult Primary Care Population. Nutrients, 11(7), 1475. https://doi.org/10.3390/nu11071475
  • Wang, J., Um, P., Dickerman, B., & Liu, J. (2018). Zinc, Magnesium, Selenium and Depression: A Review of the Evidence, Potential Mechanisms and Implications. Nutrients, 10(5), 584. https://doi.org/10.3390/nu10050584
  • Won, E., & Kim, Y.-K. (2016). Stress, the Autonomic Nervous System, and the Immune-kynurenine Pathway in the Etiology of Depression. Current Neuropharmacology, 14(7), 665–673. https://doi.org/10.2174/1570159×14666151208113006
  • Zhang, Y., Yang, Y., Xie, M., Ding, X., Li, H., Liu, Z., & Peng, S. (2017). Is meat consumption associated with depression? A meta-analysis of observational studies. BMC Psychiatry, 17(1), 409. https://doi.org/10.1186/s12888-017-1540-7

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.