Adrénaline : l’hormone de l’activité, du stress et des maux de tête

· 28 novembre 2017
Si la libération d'adrénaline pendant une courte période peut nous aider à nous sentir bien, en revanche, si elle perdure au fil du temps, elle peut aussi avoir des effets négatifs, comme des douleurs musculaires ou des maux de tête.

Nous avons tous entendu parler de l’adrénaline ou de l’épinéphrine.

Elle est étroitement liée avec l’activité, la motivation et avec cette énergie dont nous avons besoin au jour le jour pour nous sentir bien et assumer avec succès chaque objectif et chaque tâche.

Cette hormone qui remplit également la fonction de neurotransmetteur peut être notre meilleur allié.

Par ailleurs, il est intéressant de savoir qu’en même temps, elle peut être cette substance indésirable qui donne lieu au stress chronique, aux maux de tête et à l’anxiété.

Aujourd’hui dans cet article nous vous proposons d’en savoir plus sur l’adrénaline, cette substance polyvalente et essentielle pour notre corps et notre comportement.

Qu’est-ce que l’adrénaline ?

Adrénaline : la définition.

L’adrénaline est, comme nous l’avons dit, une hormone qui agit également comme un neurotransmetteur et qui est produite dans les glandes surrénales et dans certaines régions de notre système nerveux central.

Nous pourrions la définir comme un médiateur chimique qui agit en modifiant l’activité de plusieurs de nos organes, tels que le cœur.

  • Le but principal de cette hormone est de se préparer à la fuite ou à la lutte quand notre cerveau interprète qu’un certain stimulus peut être une menace pour nous.
  • De plus, elle nous permet de réaliser le maximum de nous-mêmes, en utilisant toutes nos ressources physiques pour atteindre un objectif, que ce soit pour l’éviter ou y faire face.
  • Cette activation est obtenue de différentes façons : en augmentant la fréquence cardiaque, la pression artérielle et la capacité de nos poumons à retenir l’air, en dilatant nos pupilles et en apportant plus de sang aux muscles des bras et des jambes.
  • D’un autre côté, l’un des effets les plus connus de l’adrénaline est sans aucun doute son impact sur notre métabolisme. Elle maximise nos taux de glucose pour pouvoir les amener au cerveau.

Il est aussi curieux de constater que l’adrénaline à des répercutions dans notre système digestif lorsque le cerveau interprète qu’il y a un danger.

Elle ralentit la digestion et même le mouvement intestinal pour une raison bien précise. Toute notre énergie doit être concentrée dans les muscles.

Ainsi, des tâches essentielles telles que la digestion ou l’absorption des nutriments sont laissées en arrière-plan, puisque ces fonctions, nous ne pouvons pas oublier, nécessitent beaucoup de dépense énergétique.

Découvrez également : Maux de tête nocturnes : quelles sont les raisons ?

Comment la libération d’adrénaline est-elle contrôlée ?

Quand un risque apparaît, lorsque nous éprouvons de la peur, une émotion intense ou de l’anxiété, les nerfs reliés aux glandes surrénales stimulent la sécrétion d’adrénaline. Pour la libérer dans notre circulation sanguine.

  • D’ailleurs, on peut dire que la quantité d’adrénaline libérée est juste suffisante pour que nous puissions ressentir son effet pendant 3 ou 5 minutes.

Cet intervalle de temps est suffisant pour pouvoir réagir sans que nos organes soient affectés.

  • Cependant, le plus gros problème qui existe avec l’adrénaline est que, lorsque nous subissons du stress pendant une longue période, l’hormone du cortisol favorise également l’apparition de l’adrénaline.

Dans ces cas, sa présence dans notre corps n’est pas limitée à 3 ou 5 minutes. Parfois, il peut durer des jours ou des semaines jusqu’à modifier sérieusement notre santé. Ainsi peuvent apparaître de la tachycardie, des vertiges, une mauvaise digestion, des maux de tête…

Adrénaline : effets positifs et effets négatifs

Adrénaline : effets positifs et effets négatifs.

L’être humain ne conserverait pas son essence authentique sans cette hormone fabuleuse. Il est possible que toutes les explications données jusqu’ici lui aient donné une image quelque peu négative.

Cependant, il est nécessaire de comprendre toute la transcendance que cette substance a dans notre quotidien. Et même dans notre style de personnalité.

L’adrénaline nous fait nous sentir « vivants »

Nous avons tous vécu ces « sensations » agréables quand nous faisons du sport, quand nous dansons. Quand nous montons à une attraction foraine, quand nous tombons amoureux…

  • Toutes ces sensations constituent ce que les neurologues appellent parfois « notre médicament cérébral ».
  • En effet, il y a des personnes qui ressentent une véritable dépendance à ce type de situations où l’adrénaline est déclenchée au maximum. Comme cela peut se produire par exemple, en réalisant un sport de risque.
  • Il est également intéressant de savoir que l’adrénaline peut nous tenir à l’écart de la dépression. Car elle intervient également dans la production de la sérotonine, l’hormone du bien-être mental.
  • Pratiquer des activités telles que certains sports ou partager de bons moments avec les nôtres sont des moyens sensationnels de produire de l’adrénaline.

Découvrez aussi : 7 conseils pour vaincre la fatigue matinale de façon naturelle

L’excès d’adrénaline et ses conséquences

Adrénaline en excès, ses conséquences.

Des préoccupations excessives, une peur constante, une anxiété persistante. Et même le fait d’avoir à faire des efforts physiques pendant plusieurs heures entraînent une libération démesurée d’adrénaline.

Il faut dire que notre mode de vie, caractérisé par de fortes pressions, nos obligations ou ce stress qui nous quitte à peine. Génère précisément cette situation « anormale » dans notre corps, c’est-à-dire trop d’adrénaline dans notre sang.

Nous le remarquerons immédiatement à travers ces symptômes :

  • Douleur musculaire
  • Stress dans le cou, les bras ou les jambes
  • Vertiges
  • Vision floue ou pression dans les yeux
  • Mal de tête
  • Difficulté à dormir
  • Mal au ventre
  • Hypertension
  • Fatigue chronique

En conclusion, la clé du bien-être serait avant tout de maintenir un équilibre subtil et parfait avec cette hormone.

Pour mener une vie active où les moments d’exercice ou de socialisation sont complétés avec la relaxation, une bonne gestion du stress serait sans aucun doute un moyen sensationnel de travailler sur notre qualité de vie.

Rendons cela possible.

  • Brown, H. F., Difrancesco, D., & Noble, S. J. (1979). How does adrenaline accelerate the heart? [13]. Nature. https://doi.org/10.1038/280235a0
  • Olasveengen, T. M., Wik, L., Sunde, K., & Steen, P. A. (2012). Outcome when adrenaline (epinephrine) was actually given vs. not given - post hoc analysis of a randomized clinical trial. Resuscitation. https://doi.org/10.1016/j.resuscitation.2011.11.011
  • Jacobs, I. G., Finn, J. C., Jelinek, G. A., Oxer, H. F., & Thompson, P. L. (2011). Effect of adrenaline on survival in out-of-hospital cardiac arrest: A randomised double-blind placebo-controlled trial. Resuscitation. https://doi.org/10.1016/j.resuscitation.2011.06.029