Ce que vos yeux n’ont pas vu, la rumeur ne peut l’inventer

· 24 octobre 2016
Dès que nous entendons une rumeur, au lieu de la propager, nous devons mettre en place une série de filtres pour l'empêcher de se répandre, même si elle ne nous affecte pas directement.

Les rumeurs infondées, malicieuses et fausses sont monnaie courante dans nos groupes sociaux.

Au-delà du mal qu’elles peuvent nous faire, les rumeurs sont conçues, par les personnes qui les propagent, comme des outils de conquête d’un certain pouvoir dans leur environnement direct.

L’hypocrite créé la rumeur, la commère la propage et l’ingénu est celui qui la croit sans même essayer de la remettre en question.

Cette circulation de l’information est si parfaite et si harmonieuse que tout un groupe social peut finir par croire, en quelques jours, à une information totalement fausse.

Si nous prenons également en compte le fait que, de nos jours, les réseaux sociaux décuplent la puissance des rumeurs et des commérages, il est aisé de comprendre l’impact qu’elles peuvent avoir sur notre société.

Mais il y a quelque chose qui peut venir stopper l’engrenage de la rumeur : lorsqu’elle celle-ci parvient aux oreilles d’une personne intelligente qui refuse de la propager.

Il est donc nécessaire que nous gardions un esprit critique vis-à-vis des informations que nous recevons et que nous agissions avec fermeté face à ces hypocrites officiels qui les conçoivent.

La curieuse anatomie de la rumeur et des commérages

Que nous le croyons ou non, l’être humain est fasciné par la rumeur. Ces phénomènes sociologiques ont une fin très concrète dans notre psychologie.

Gordon Allport est l’un des psychologues les plus importants de l’étude de la personnalité au XXème siècle.

Son ouvrage « La psychologie des rumeurs« , publié en 1947, explique à l’aide de concepts clairs et pertinents ce qu’est une rumeur et les impacts qu’elle peut avoir sur l’être humain.

Nous allons tout vous expliquer dans la suite de cet article.

parler-ecouter-voir

La rumeur nous sert à combattre le stress

Réfléchissons un instant au succès que peuvent avoir tous les médias qui parlent des histoires d’amour, de la vie des personnes célèbres et cette presse à scandales qui ne semble pas pouvoir faire faillite.

Lire également : Comment aller de l’avant quand rien ne nous rend heureux

  • Les gens éprouvent de la gratification et un certain plaisir à entendre des rumeurs sur des personnes qu’ils connaissent, personnellement ou non.
  • Cela nous permet d’avoir des sujets de conversation avec les personnes de notre entourage, de rire, de surprendre, de critiquer et d’avoir toute une série d’interactions qui entraînent notre cerveau à libérer des endorphines, et donc à combattre le stress.
  • Nous avons tous connu cette situation : lors d’une pause au travail, l’un de nos collègues commence à parler d’une rumeur. En peu de temps, tout le monde se met à discuter et à se détendre. La rumeur peut donc avoir un effet cathartique.

La rumeur confie du pouvoir à celui qui l’invente

La rumeur a bien souvent un objectif concret : faire du mal à quelqu’un, le discréditer, et se faire une notoriété sur son dos.

  • Le problème de ce phénomène est qu’entre la personne qui conçoit la rumeur et celle qui la reçoit en pleine figure, il y a tout une chaîne de personnes qui, au lieu de faire preuve de sens commun et de remettre en question les informations qu’elles reçoivent, se laissent porter et se mettent à croire des informations fausses.
  • Pensons notamment à tous les fake ou hoax qui circulent sur les réseaux sociaux.
  • Ces informations mensongères font souvent appel à nos émotions et nous sensibilisent immédiatement, ce qui nous empêche d’exercer correctement notre esprit critique.
  • Nous partageons ces informations avec nos amis sur les réseaux sociaux et, en le faisant, nous en tirons une certaine gratification. En effet, nous devenons la personne « puissante » qui détient une information et qui accepte de la partager.
critiques-500x375

Comment faire face aux rumeurs ?

Nous devons établir clairement quelque chose : les rumeurs sont faites pour les personnes ingénues.

Les personnes sages, de leur côté, appliquent un filtre qui leur permet de remettre en question une information et de lui donner une valeur.

  • Si nous faisons l’objet d’une rumeur, nous ne devons pas perdre notre calme et en arriver à des réactions extrêmes de violence ou de rage.
  • Nous devons agir normalement et démentir avec assertivité, en restant cohérents avec nous-mêmes.

Les rumeurs infondées s’effondrent d’elles-mêmes. Mais si nous réagissons avec colère ou dédain, nous allons ajouter une charge émotionnelle qui va ne faire qu’alimenter la rumeur.

  • Nous devons nous défendre naturellement et rechercher le soutien des personnes de notre entourage en qui nous avons confiance, qui peuvent servir de filtres pour détruire la rumeur.
fleur-500x335

Souvenons-nous également que le grand Socrate a beaucoup écrit sur la rumeur, car déjà à son époque ce fléau pouvait ruiner la réputation de certaines personnes.

A chaque fois que nous recevons une information sur quelqu’un, nous devons appliquer trois filtres, trois questions qui vont nous permettre de démasquer les rumeurs.

Nous vous recommandons : J’aimerais que tu me dises toujours la vérité, même si elle est douloureuse

Voici ces questions

  •  As-tu vérifié si ce que tu veux me dire est vrai ? (filtre de la vérité)
  • Ce que tu veux m’apprendre sur mon ami, est-ce quelque chose de bon ? (filtre de la bonté)
  • Est-il utile que tu m’apprennes ce que mon ami aurait fait ? (filtre de l’utilité)