Comment détecter à temps un cancer du sein ?

30 juillet 2014
Bien que les risques soient beaucoup plus faibles que chez les femmes, les hommes peuvent eux aussi développer un cancer du sein, car ils possèdent des glandes mammaires.

Le cancer du sein est devenu une maladie très fréquente chez les femmes. Même s’il est impossible de savoir qui en souffrira un jour (car de nombreux facteurs de risque ne peuvent être modifiés), vous pouvez néanmoins agir pour avoir le contrôle sur votre corps. Informez-vous. Il est essentiel de savoir comment détecter cette maladie à temps, car ces simples connaissances peuvent vous sauver la vie !

Nous allons donc vous expliquer certains aspects du cancer du sein pour que vous en soyez bien informée. Pour réaliser une bonne détection précoce, vous devez savoir ce qu’est cette maladie, quels sont les facteurs de risque, pourquoi une détection précoce est-elle nécessaire et comment réaliser cette détection.

Commençons par le commencement : qu’est-ce que le cancer du sein ?

Le cancer du sein apparaît à cause du développement d’une tumeur maligne qui débute dans les cellules de la glande mammaire. Une tumeur maligne est formée par des cellules tumorales qui apparaissent dans ce cas dans les tissus de la glande mammaire et qui envahissent le reste des tissus sains qui les entourent.

Pourquoi est-il si important de le détecter à temps ?

D’après l’OMS (l’Organisation Mondiale de la Santé), 16% des cas de cancer chez les femmes sont un cancer du sein. Il s’agit du type de cancer le plus fréquent chez les femmes. Voilà pourquoi il faut faire le nécessaire pour détecter cette pathologie à temps, car plus elle sera détectée tôt, plus les chances de suivre un traitement adapté et de guérir sont grandes. Pour être clair, détecter cette maladie à temps peut ainsi marquer la différence entre la vie et la mort.

Le cancer du sein est une maladie qui ne présente pas de symptômes visibles au début. C’est aussi le meilleur moment pour l’attaquer. D’après l’American Cancer Association, la quasi-totalité des cas détectés et traités à temps peuvent aboutir sur une guérison. Il est prouvé que les campagnes de détection précoces réalisées sont vraiment très efficaces et qu’elles ont permis de faire diminuer le nombre de décès liés à ce type de cancer.

Il est donc essentiel de faire le nécessaire à la maison pour détecter cette maladie à temps. Il faut tout d’abord s’informer et savoir comment faire pour s’en prémunir. Nous vous présentons ainsi à continuation les principaux facteurs de risque.

sein2

Les facteurs de risque du cancer du sein

Un facteur de risque est un élément qui augmente les probabilités de souffrir d’une maladie donnée. Il faut évidemment souligner que présenter un ou plusieurs facteurs de risque ne veut pas forcément dire que l’on va souffrir de cette maladie. Il s’agit simplement d’un indicateur qui nous permettra de nous situer dans un groupe afin de mesure ce risque. On peut ainsi en informer notre médecin traitant qui nous guidera alors au mieux en fonction de ses analyses. Il est donc important de savoir à quel groupe l’on appartient et quels sont les bons gestes à adopter à partir de ce constat.

Les facteurs de risque peuvent se diviser en deux groupes : les facteurs modifiables et les facteurs non-modifiables. Même s’il n’existe pas de relation directe prouvée entre les facteurs modifiables et la maladie, certaines études montrent qu’elle pourrait néanmoins exister. Connaître ces facteurs de risque nous permet donc de faire les changements requis dans notre mode de vie.

Les facteurs non-modifiables :

  • Être une femme : le principal facteur de risque pour cette maladie, c’est effectivement d’être une femme ! Les hommes peuvent également développer un cancer du sein, car ils possèdent aussi des glandes mammaires, mais le risque est beaucoup plus faible que chez les femmes.
  • Avoir plus de 55 ans : avec l’âge, le risque de souffrir d’un cancer du sein augmente. Deux patientes sur trois présentant un cancer du sein invasif ont plus de 55 ans.
  • Présenter une prédisposition génétique : la génétique fait effectivement partie des facteurs de risque. Si des membres de notre famille ont été touchés par un cancer du sein, il faut être plus vigilante et contrôler de près l’apparition de la maladie. Entre 5 et 10% des cancers du sein sont héréditaires. D’après l’American Cancer Association, avoir ou avoir eu un membre de notre famille direct ayant souffert de cette maladie multiple par dix le risque de souffrir de cette maladie dans notre vie.
  • Avoir un historique personnel déjà relié au cancer du sein : ce facteur de risque est également non-modifiable. Une femme ayant déjà souffert de cette maladie a plus de risque que la moyenne de développer à nouveau un cancer du sein.
  • Ne pas avoir eu d’enfant : les femmes qui ne sont pas tombées enceintes et qui n’ont pas accouché avant d’avoir 30 ans ont plus de risque de souffrir d’un cancer du sein.
  • Ne pas avoir allaité : de la même façon, les femmes qui n’ont pas allaité leurs enfants ont un risque plus grand de développer ce type de cancer.

Facteurs modifiables :

Parmi les facteurs modifiables, nous retrouvons l’obésité (surtout après la ménopause), le tabac, un mode de vie sédentaire et une thérapie par œstrogènes lors de la ménopause.

Faites des auto-examens !

À partir de 20 ans, vous devez réaliser des auto-examens du sein. Ce type d’examen au niveau des seins vous permettra de vous familiariser avec la forme de vos seins et leurs caractéristiques. Ainsi, si un jour il y a un changement, vous saurez le voir immédiatement. Cet auto-examen est inutile si vous l’utilisez comme seul moyen de détection : vous devez aussi consulter votre médecin traitant régulièrement et lui faire part de vos doutes.

Connaître son corps et ses seins permet de détecter des anomalies, comme des gonflements, des inflammations, des sécrétions, une augmentation de la température, des changements de taille ou de forme, des douleurs, des desquamations, des changements de couleur au niveau du mamelon et tout autour… Si vous ne savez pas trop comment effectuer cet auto-examen, demandez à votre médecin qui saura vous montrer les bons gestes.

sein3

Faites des examens cliniques

Entre 20 et 40 ans, il est essentiel de réaliser régulièrement des examens cliniques avec votre médecin. Vous pourrez ainsi surveiller vos seins correctement en réalisant un examen tous les trois ans.

Faites des mammographies

À partir de 40 ans, vous devez réaliser un examen clinique pour les seins et une mammographie tous les ans. Qu’est-ce qu’une mammographie ? Il s’agit d’une imagerie par rayons X qui permet d’explorer la consistance et la formation des glandes mammaires. Votre médecin vous la prescrira  et vous devrez lui apporter les résultats.

Où et comment faire un examen clinique et une mammographie ?

Demandez un rendez-vous chez votre gynécologue. En plus de répondre à toutes vos questions sur le cancer du sein et les facteurs de risque qui vous concernent, ce professionnel pourra vous montrer comment réaliser l’auto-examen des seins. Il pourra également effectuer les examens cliniques pertinents.

Il est important de se donner la peine de trouver un médecin avec qui l’on se sent en confiance, et de profiter d’une consultation pour poser toutes les questions qui vous taraudent. Ce médecin tiendra à jour un historique avec le résultat et la date des examens que vous réaliserez, et il vous indiquera quand une mammographie sera nécessaire.

Vous voyez donc que détecter le cancer du sein est très simple, et que ces gestes sont nécessaires pour rester en bonne santé. Avez-vous l’habitude de réaliser l’auto-examen ? Vous rendez-vous chez un gynécologue régulièrement ? Faites le point et agissez en conséquence !

A découvrir aussi