Les conséquences d’une carence en fer

27 novembre 2018
La carence en fer a de nombreuses conséquences pour lesquelles nous ne faisons parfois pas le lien avec ce manque, comme la mauvaise humeur ou une extrême fatigue.

La carence en fer a de nombreuses conséquences pour lesquelles nous ne faisons parfois pas le lien avec ce manque, comme la mauvaise humeur ou une extrême fatigue.

Bien que l’élément marquant le plus important d’une carence en fer soit l’anémie, ce manque engendre davantage de problèmes qui méritent d’être connus.

Nous vous recommandons de prêter attention aux symptômes suivants si vous pensez ne pas consommer assez de ce nutriment.

La carence en fer est un problème mondialcarence en fer

Des millions de personnes souffrent de carences en fer. Notamment dans les pays en voie de développement et en Europe Occidentale à cause d’une alimentation peu efficace.

Nous ne devons pas sous-estimer la carence en fer car elle a des conséquences néfastes sur notre santé.

Parmi ses nombreuses fonctions cet élément permet à l’hémoglobine de fonctionner correctement et d’apporter de l’oxygène à toutes les cellules.

Le fer est fondamental pour la santé mais est présent en faible quantité dans notre corps. Il est donc nécessaire de l’obtenir à travers les aliments et surtout une alimentation équilibrée et variée.

Il existe deux types de fer :

  • Le premier est l’hémo, d’origine animale et qui est facilement absorbé.
  • Le second est le non hémo, d’origine végétale, dont l’absorption est moindre. Il s’agit de la raison pour laquelle de nombreux-ses végétarien-ne-s ou végans souffrent d’anémie.

Voir également : L’anémie affecte-t-elle nos émotions ?

D’autres fonctions du fer sont :

  • Participer à la production des substances du sang
  • Intervenir dans la synthèse de l’ADN
  • Faire partie du processus de respiration cellulaire
  • Aider au maintien du système immunitaire

Comme si tout ceci n’était pas suffisant, ce composant participe à de nombreuses réactions chimiques. Il est égaleent vital dans la production et la libération d’énergie.

Pour savoir si nous manquons de fer, nous pouvons réaliser une analyse de sang :

  • Les valeurs normales chez les hommes adultes se situent entre 80 et 180 ug/dl
  • Chez les femmes adultes entre 60 et 160 ug/dl
  • Chez les enfants entre 50 et 120 ug/dl
  • Elles se situent chez les bébés de moins d’un an entre 100 et 250 ug/dl

Si, au contraire, les niveaux sont supérieurs à la moyenne cela peut être dû à des maladies comme :

De la même manière, dans certaines circonstances ponctuelles les valeurs peuvent descendre :

  • Grossesse
  • Dénutrition
  • Cancer
  • Perte chronique de sang
  • Hyperménorrhée chronique

Conséquences du manque de fercarence en fer

Nous pouvons prêter attention à certains signaux que nous envoie le corps pour nous alerter d’une carence en fer.
Si vous souffrez de plusieurs de ces symptômes, il serait bon de consulter un médecin et de faire une analyse de sang :

  1. Faiblesse et fatigue

Peu importe le nombre d’heures que vous dormez ou les siestes que vous faites, vous êtes toujours sans forces ni enthousiasme. Il vous est également très difficile de vous lever le matin. Vous avez en outre envie de dormir n’importe quand.

Sans parler de vos exigences, cette faiblesse ou cette fatigue peuvent être dues à une carence en fer.

Cet élément permet en effet le transport d’oxygène aux cellules. Les tissus ne reçoivent pas suffisamment de « combustible » en cas de manque. Le fonctionnement est dès lors défaillant.

Une moindre vitalité et une fatigue extrême dues à des activités de faible impact peuvent donc être liées à la carence en fer.

2. Faible rendement et mauvaise humeurcarence en fer

Un manque de fer se répercute directement sur nos états émotionnels. C’est pour cela qu’il est normal d’être trop irritables, déprimés ou de mauvaise humeur.

De plus, si nous ajoutons à cela la fatigue, la conséquence est compréhensible : des problèmes de rendement au travail, dans les études ou les taches habituelles.

Soyez attentif-ve-s à vos humeurs et à votre taux de concentration dans vos activités.

La carence en fer influe négativement sur la mémoire et l’attention. Tout ce que vous essayerez de faire vous coûtera le double d’effort. Vous perdrez rapidement la motivation, même pour des choses qui vous plaisent.

3. Pâleur

Lorsque l’on souffre d’anémie, il est probable que la peau soit plus pâle ou blanche que d’habitude.

Cela est dû au fait que le derme ou les muqueuse ont des tissus qui ne reçoivent plus assez d’oxygène.

Certaines personnes peuvent également présenter une couleur blanchâtre sous les yeux (à la naissance des cils).

4. Maux de cœurs et nauséecarence en fer

L’une des conséquences du manque de fer est le déficit en oxygène reçu par les cellules. Ceci provoque alors des nausées continuelles.

De plus, on peut ressentir une sensation de manque d’air en essayant de respirer, avec des inhalations plus rapides et plus fréquentes (polypnée).

Dans des cas plus graves, les personnes ne consommant pas assez de ce nutriment peuvent s’évanouir ou perdre connaissance à n’importe quel moment de la journée. Elles peuvent également ressentir des bourdonnements dans les oreilles ou souffrir de lipothymies.

5. Palpitations

Les battements rapides du cœur qui se produisent quand nous ne faisons aucun effort ou exercice peuvent être liées à une carence en fer.

  • Quand le sang ne circule pas dans les bonnes conditions, le système cardiaque doit faire davantage d’effort pour le propulser de nouveau vers chaque organe.
  • De plus, on peut présenter de la tachycardie, de l’arythmie voir même un infarctus aigu du myocarde.

Nous vous recommandons de lire : Etre optimiste renforce votre système immunitaire

6. Fragilité des ongles et chute des cheveux

Une carence en fer peut être à l’origine d’ongles qui se cassent facilement, qui sont peu épais et qui ont des marques blanches près des cuticules.

Dans le cas de la chute de cheveux, cela est dû au sang qui arrive à la tête avec peu d’oxygénation et qui ne nourrit pas les follicules pileux.


  • Dadoun, S. (2012). Carence en fer. Praticien En Anesthesie Reanimation. https://doi.org/10.1016/j.pratan.2012.02.006
  • Dupont, C. (2017). Prévalence de la carence en fer. Archives de Pediatrie. https://doi.org/10.1016/S0929-693X(17)24009-3
  • Cozon, G. J. N. (2014). Carence en fer et troubles digestifs. Transfusion Clinique et Biologique. https://doi.org/10.1016/j.tracli.2014.08.135
  • Alric, L., & Bonnet, D. (2009). L’anémie par carence en fer. Revue de Medecine Interne. https://doi.org/10.1016/j.revmed.2009.09.007