L’anémie affecte-t-elle nos émotions ?

· 4 mars 2017
En plus de nous soustraire de l’énergie pour réaliser nos activités quotidiennes, l’anémie peut également nous affecter sur le plan psychologique, éliminant l’envie de socialiser avec les autres et en nous rendant plus apathiques.

Il est certain que lorsque nous sommes malades, les symptômes se répercutent sur notre état d’esprit et sur nos relations avec celleux qui nous entourent.

Une pathologie n’affecte pas seulement physiquement, mais aussi émotionnellement. Dans le cas de l’anémie, il existe aussi des conséquences psychologiques qui altèrent notre quotidien.

Apprenez-en davantage dans cet article.

Qu’est-ce que l’anémie et comment se produit-elle ?

Avant de parler des effets émotionnels de l’anémie, il est important de souligner qu’elle se soigne. A l’origine, c’est un manque de fer dans notre organisme.

La définition médicale de cette condition est : « une faible concentration d’hémoglobine dans le sang ».

Pour la détecter, il faut faire une analyse de sang, bien qu’il existe aussi certains signes qui « à première vue » peuvent nous servir pour détecter l’anémie.

L’analyse du laboratoire peut aussi révéler d’autres altérations dans le flux sanguin, comme par exemple moins de globules rouges que la moyenne ou la diminution d’hématocrite.

Il n’est pas correct de dire que l’anémie est une maladie, mais qu’il s’agit d’un signe ou d’une déficience.

Le manque de fer peut provoquer l’anémie ferropénique, qui peut être due à des pathologies gastro-intestinales ou à la perte de sang (par exemple, par un accident ou des saignements menstruels très abondants).

Lorsque nous sommes anémiques nous manquons d’énergie

anemie-energie

C’est une des façons de nous rendre compte de notre manque de fer dans le sang.

Le manque d’enthousiasme va plus loin de vouloir rester au lit un jour pluvieux ou d’avoir des difficultés à nous lever quand le réveil sonne le matin.

C’est ne pas pouvoir réaliser une activité sans nous énerver ou qu’il nous manque la force suffisante pour mener à bien nos tâches quotidiennes.

Lisez cet article : Que manger pour lutter contre la fatigue

Les autres signes d’anémie perceptibles à simple vue sont :

  • Pâleur du visage
  • Chute excessive des cheveux
  • Ongles qui se cassent facilement

Certains s’appuient également sur une technique pour déterminer si les globules rouges sont insuffisants : regarder la partie interne inférieure des yeux.

S’ils sont très blancs cela veut dire qu’il y a anémie. Bien sûr cela n’a rien de scientifique, mais c’est généralement assez précis.

Parmi les conséquences d’être anémique il faut souligner aussi des troubles neurologiques comme des altérations de la vision ou des maux de tête, des vertiges, de l’insomnie et des périodes menstruelles déséquilibrées.

Comment l’anémie affecte le niveau émotionnel ?

anemie-emotionnel

Au delà des conséquences du manque de fer pour la santé physique, un aspect très important et que peut-être que les médecins ne prennent pas en compte est l’altération émotionnelle ou psychologique de cette pathologie.

Le mal être est très commun et peut provoquer que nous soyons mal avec nous-mêmes et avec celleux qui nous entourent.

L’anémie peut dériver sur un manque de prise de décisions et sur le fait de ne pas être sûr-e-s de ce que l’on désire dans la vie.

Comme si tout était la même chose, il n’y a pas de défis ou de motivations suffisantes pour nous lever du lit ou sortir dans la rue.

Les personnes anémiques souffrent de ce qu’on appelle une « grande fatigue imprécise ». Pourquoi l’appelle-t-on comme cela ? Et bien parce qu’on ne peut pas l’attribuer à aucune maladie ou situation concrète.

Les personnes anémiques n’ont envie de rien faire et ne présentent aucun autres symptômes qui puissent être dus à un problème de santé ponctuel. Simplement, « elles n’ont pas envie » de bouger.

Elles-mêmes ne savent pas pourquoi elles se sentent comme ça et cela provoque la mauvaise humeur et de l’insatisfaction.

Cela peut également dériver en colère contre soi-même et la sensation de n’être doué-e-s pour aucune activité.

La déprime et le dégoût sont deux conséquences directes de l’anémie. Cela, sans aucun doute, affecte tous les aspects de la vie.

Peut-être que quelque chose qui hier leur plaisait aujourd’hui leur semble deux fois plus difficile à commencer. Ou, peut-être ce qui dans le passé était très facile est aujourd’hui une grande charge ou obligation.

L’anémie et les problèmes de travail

Parfois on a du mal à se lever tôt, à réaliser nos obligations et à supporter le chef, dans le cas des personnes souffrant d’un manque de fer cela devient une règle et pas une exception.

L’irritabilité pour des choses qui avant n’avaient pas d’importance, la difficulté à se concentrer dans le travail, les problèmes à communiquer ou à être proactif-ve-s sont des signes d’alerte que nous ne devons pas ignorer.

Si, par exemple, la personne se distraie pour n’importe quoi, si elle a du mal à trouver le mot précis ou à réaliser un calcul simple ou si elle oublie ce qu’elle doit faire, peut-être dû à ce manque d’énergie lié à l’anémie.

Lisez également : Que manger pour lutter contre la fatigue

Comment l’anémie affecte la vie privée

anemie-vie-sociale-personnelle

Se sentir mal dans le travail à cause du manque de fer ne finit pas quand nous arrivons à la maison ou que nous finissions notre journée de travail. Dans beaucoup de cas les situations dans lesquelles nous avons envie de ne rien faire augmentent.

Le ménage, les repas, l’exercice, les réunions familiales, l’université… Tout semble être contre nous.

Il est de plus en plus difficile de trouver une motivation suffisante pour se lever du canapé ou du lit le week-end, même si dehors le soleil est radieux et les alternatives de loisirs sont des plus intéressantes.

Les proches d’une personne qui souffre ces symptômes doivent, en premier lieu, insister pour qu’elle réalise les examens médicaux qui pourront déterminer son état.

En attendant, nous pouvons l’aider pour qu’elle commence par de petites activités qui lui apportent de l’énergie : une courte promenade dans un parc, un peu de musique, un dessert…

Tout est utile pour que ses forces resurgissent et qu’elle se sente capable de profiter de ce qui l’entoure.