Tout ce que vous devez savoir sur votre santé vaginale selon votre âge

Comme il est logique, votre santé vaginale ne sera pas la même à 20 qu’à 50 ans, vous devez donc savoir à quoi vous attendre à chaque époque.

Au fur et à mesure que vous prenez de l’âge, votre corps passe par de nombreux changements, qui incluent également votre vagin.

Le vagin est un canal de tissus souples sur lesquels vous allez notez des modifications plus vous avancerez et passerez par les étapes que la vie vous réserve.

Pour garder une bonne santé vaginale, il est important de connaître et de comprendre ce qu’il se passe lors de chaque étape.

Pour cette raison, si vous voulez savoir comment les années affectent votre vagin, nous vous recommandons de lire cet article.

Votre santé vaginale à 20 ans

C’est une des meilleures étapes de la vie, aussi bien pour vous que pour votre vagin ; et cela se doit principalement à vos hormones sexuelles.

L’œstrogène, la progestérone et la testostérone se situent aux pics les plus élevés. C’est grâce à l’œstrogène si votre vagin est toujours lubrifié et élastique, et s’il présente un taux d’acidité raisonnable et sain.

D’un autre côté, grâce à la libido si élevée que l’on expérimente aux alentours des 20 ans, il est probable que votre vie sexuelle soit plus active.

Cela augmente le risque de souffrir d’infections de la voie urinaire qui sont causées par les bactéries qui voyagent depuis le vagin jusqu’à l’urètre.

Pour minimiser ce risque il est important d’uriner dès que possible après avoir eu des relations sexuelles. De cette façon vous permettrez que les bactéries sortent de votre vagin.

Dans cette étape de votre vie, votre vagin réalisera par lui-même cette tâche de nettoyage. Il le réalise en produisant une sécrétion blanche ou claire qui l’aide à éliminer les bactéries.

À moins de ressentir des douleurs pendant les relations sexuelles, des démangeaisons, des irritations ou des sécrétions malodorantes, le soin de votre santé vaginale devra se baser sur son nettoyage quotidien à l’eau et au savon doux.

Durant cette époque vous devrez visiter une fois par an le gynécologue.

Lisez aussi : Les bébés nés par césarienne reçoivent un bain de bactéries vaginales

Votre santé vaginale à 30 ans

sante-vaginale-30-ans

Cette étape de la vie s’accompagne de l’obscurcissement des lèvres inférieures dû au changement hormonal qui se produit dans votre corps.

Si vous tombez enceinte, le flux de votre vagin peut augmenter et avoir un aspect laiteux, qui a généralement une odeur douce. Tout va bien si la couleur n’est pas verte, jaunâtre ou qu’elle sente mauvais.

Après l’accouchement, votre vagin peut perdre un peu d’élasticité dû au processus traumatique que cela représente pour cette zone.

Il est probable qu’il soit un peu plus allongé que d’habitude au début, mais normalement il retrouve généralement à peu près sa taille.

Réaliser des exercices comme ceux de Kegel est recommandé pour fortifier la région pelvienne et ainsi restaurer à un certain degré l’harmonie de votre vagin.

D’un autre côté, si vous prenez des contraceptifs oraux, vous pouvez présenter une augmentation de la sécrétion vaginale, de la sécheresse et des saignements par la perturbation. Ces symptômes se résolvent généralement tout seuls.

Cependant, s’ils persistent, il est préférable de consulter votre médecin pour qu’il vous recommande les contraceptifs qui affectent le moins votre santé vaginale.

Votre santé vaginale à 40 ans

Grâce à la pré-ménopause, votre vagin passera par des changements significatifs.

Au fur et à mesure que les taux d’œstrogène chutent, les parois de votre vagin deviendront plus fines et sèches. C’est ce qu’on appelle l’atrophie vaginale.

Ce problème provoque des symptômes tels que :

  • Ardeurs
  • Douleurs lors des relations sexuelles
  • Flux vaginal
  • Démangeaisons
  • Brûlures en urinant
  • Raccourcissement du canal vaginal
  • Augmentation du risque de contracter des maladies de transmission sexuelle

Maintenir des relations sexuelles régulières permettra de bénéficier votre santé vaginale. Cela est dû au fait que le flux sanguin vers le vagin augmente et le maintient élastique.

De plus, vous pouvez appliquer des crèmes vaginales hydratantes ou des crèmes d’œstrogène pour combattre la sécheresse si vous rencontrez ce problème.

Si vous préférez un traitement plus naturel, vous pouvez essayer d’appliquer un peu d’huile d’olive ou de coco pour aider à garder l’hydratation vaginale.

Votre santé vaginale à 50 ans et plus

sante-vaginale-menopause

Durant cette étape, il est probable que vous n’ayez plus vos règles et que vos réserves d’œstrogènes soient faibles voire épuisées. Votre vulve peut sembler rétrécie et vous pouvez souffrir d’atrophie vaginale.

L’acidité de votre vagin peut être également affectée, et le risque de souffrir d’infections peut augmenter à cause de la croissance de bactéries.

De plus, l’œstrogène faible peut aussi affecter votre voie urinaire et l’atrophie vaginale peut altérer l’urètre. Cela provoque des pertes d’urine et une vessie hyperactive.

Dans ces cas vous pouvez faire appel à des thérapies hormonales orales ou vaginales qui vous aident à réduire les symptômes. Cependant, cela n’est pas l’unique option disponible pour toutes les femmes. Il existe d’autres remèdes :

  • Faire de l’exercice d’entrainement du vagin.
  • Utiliser des dilatateurs vaginaux pour améliorer l’élasticité.
  • Suivre un régime sain.
  • Garder un poids adéquat.
  • Consommer moins de caféine.
  • Ne pas fumer.
  • Faire des exercices pour le périnée.
  • Utiliser des lubrifiants vaginaux.
  • Recourir à des crèmes vaginales hydratantes.

Nous vous recommandons de lire : 5 raisons pour lesquelles vous souffrez de démangeaisons vaginales.

Une autre des nombreuses préoccupations sont les prolapsus vaginaux, qui se produisent quand tout ou partie du canal vaginal tombe sur l’ouverture du vagin.

Ce problème affecte directement la vessie, le rectum et l’urètre.

Pour traiter le prolapsus, il est recommandé de pratiquer des exercices pour fortifier le périnée, l’insertion d’un dispositif d’appui pour maintenir l’endroit en place ou, comme ultime recours, la chirurgie.