Diagnostic et traitement de l’uvéite

1 octobre 2020
L'uvéite est un trouble oculaire caractérisé par l'inflammation de l'uvée, un tissu intermédiaire de l'œil. Son diagnostic et son traitement dépendront, en grande mesure, de la cause sous-jacente.

L’uvéite est une pathologie caractérisée par l’inflammation de l’uvée, une couche intermédiaire du tissu oculaire située entre la sclérotique et la rétine. Selon des portails comme la Clinique Mayo, cette maladie se manifeste par une rougeur de l’œil, une vision floue et une douleur. Par ailleurs, elle a tendance à empirer rapidement.

Comme le montrent des études médicales, la forme chronique de ce trouble se trouve associée à des complications comme le glaucome ou le décollement de la rétine. Il est donc essentiel de connaître ses signes, son diagnostic et son traitement. Découvrez-les !

Qu’est-ce que l’uvéite ?

L’uvéite est une forme d’inflammation oculaire. L’uvée est la couche intermédiaire de l’œil et, par conséquent, est très irriguée par des capillaires sanguins. De fait, c’est par ces canaux que peuvent entrer les cellules immunitaires qui provoquent cette réponse inflammatoire indésirable.

La page médicale Portal Clinic Barcelona nous apporte certaines données très intéressantes en ce qui concerne la distribution de l’uvéite. En voici quelques-unes :

  • Ce trouble oculaire est considéré comme une maladie rare par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
  • Avec le diabète mellitus, l’uvéite constitue la principale cause de cécité dans le groupe d’âge professionnel actif, ce qui se traduit par un fort impact socio-économique.
  • Aux États-Unis, 10 % de tous les cas de cécité sont dus à l’uvéite. En Espagne, on estime qu’il y a environ 47 000 personnes touchées par cette maladie.

Tous ces chiffres révèlent qu’il s’agit d’un trouble beaucoup plus répandu qu’on ne pourrait le croire. Par ailleurs, le portail que nous venons de citer signale qu’il existe différents types d’uvéite selon la zone touchée. Les voici :

  • Iritis : elle affecte la partie avant de l’œil. Elle s’accompagne d’une rougeur oculaire, de douleur et de photophobie (rejet de la lumière).
  • Uvéite intermédiaire : dans ce cas, la substance gélatineuse qui remplit le globe oculaire (humeur vitrée) s’enflamme. On peut voir se former des accumulations de « boules de neige » dans cette substance, c’est-à-dire des accumulations de cellules inflammatoires flottantes.
  • Uvéite postérieure : inflammation de la rétine ou des choroïdes.
  • Panuvéite : quand la maladie se manifeste aussi bien dans la partie antérieure que postérieure de l’œil.

Maintenant que nous avons décrit l’incidence de cette maladie dans la population générale et les sous-types possibles, il est temps de nous plonger dans le diagnostic et le traitement de la pathologie.

Uvéite chez une femme.

L’uvéite est une maladie oculaire qui s’associe à la cécité. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) la catalogue comme une maladie « rare ».

Pour en savoir plus : Ces cornées en hydrogel pourraient rendre la vue

Diagnostic et traitement de l’uvéite

Pour pouvoir aborder la maladie, il est d’abord nécessaire de connaître ses causes. L’organisme National Eye Institute (NIH) nous montre les possibles raisons favorisant l’apparition de l’uvéite. En voici quelques-unes :

  • Une attaque erronée de la part du système immunitaire de l’organisme (troubles auto-immuns).
  • Des processus infectieux qui ont lieu dans l’œil.
  • Certaines tumeurs associées à l’appareil oculaire.
  • Des dommages et lésions oculaires.
  • Une entrée de substances toxiques dans l’œil.
  • Certaines maladies, comme le VIH, la toxoplasmose, la tuberculose et bien d’autres.

Diagnostic

Le diagnostic de l’uvéite requiert de bénéficier des antécédents médicaux détaillés du patient car les causes peuvent être multiples et ne pas vraiment avoir de lien entre elles. L’examen oculaire constitue la première étape étant donné que cette pathologie est liée à la perte de vision.

L’oculiste peut ainsi suggérer la réalisation de différents examens. Par exemple :

  • Des tests d’acuité visuelle.
  • Une fondoscopie (examen du fond de l’œil).
  • Une mesure de la pression oculaire.
  • Une inspection de l’œil à travers une lampe à fente.

Malheureusement, il peut être nécessaire, chez des personnes avec une uvéite intermédiaire, de réaliser des examens destinés à l’évaluation du système nerveux central. Pourquoi ? Diverses études l’ont identifiée comme un symptôme de sclérose en plaques lors de ses premiers stades.

D’autres sources exposent qu’une analyse de sang peut faciliter le diagnostic de la maladie. Ce trouble oculaire peut présenter différentes complications au moment d’être détecté, mais le premier pas consiste toujours à différencier si la cause est infectieuse ou non infectieuse.

Traitement

Le traitement de l’uvéite consiste à éliminer l’inflammation de l’uvée, soulager la douleur locale et prévenir d’autres dommages au niveau des tissus. La cause déterminera le médicament à choisir car il n’y a rien à voir entre une infection bactérienne de l’œil et un trouble auto-immun. Ainsi, les médicaments utilisés de façon générale peuvent se diviser en trois groupes :

  1. Les médicaments anti-inflammatoires : des médicaments stéroïdiens qui se prescrivent de façon habituelle sous forme de gouttes pour les yeux.
  2. Antibiotiques ou antiviraux : destinés à combattre et éliminer la source infectieuse virale ou bactérienne qui provoque la douleur.
  3. Modulateurs du système immunitaire : des médicaments immunosuppresseurs qui ont pour cible des éléments spécifiques du système immunitaire du patient.
Des gouttes pour les yeux.

Le traitement pour l’uvéite varie en fonction de sa cause. Il est nécessaire d’établir si son origine est infectieuse ou non.

Que retenir à propos de l’uvéite ?

Comme nous avons pu l’observer, l’uvéite est un trouble oculaire caractérisé par un processus inflammatoire à causes multiples. Cette pathologie peut s’expliquer par des processus infectieux comme des colonisations bactériennes dans l’œil ou des maladies neurodégénératives aussi complexes que la sclérose en plaques, entre autres.

C’est pour cela que le diagnostic et le traitement de cette maladie peuvent être complexes. Dans tous les cas, face à une douleur oculaire persistante, il est essentiel d’aller consulter un médecin rapidement.

  • Uveítis, mayoclinic.org. Recogido a 23 de agosto en https://www.mayoclinic.org/es-es/diseases-conditions/uveitis/symptoms-causes/syc-20378734
  • SALMEN, Siham, BERRUETA, Lisbeth, SANCHEZ, Nelly et al. Nongranulomatous Anterior Uveitis Associated with Alendronate Therapy. Invest. clín. [online]. mar. 2002, vol.43, no.1, p.49-52.
  • Uveítis, Clínica Barcelona.org. Recogido a 23 de agosto en https://www.clinicbarcelona.org/asistencia/enfermedades/uveitis/definicion#:~:text=La%20uve%C3%ADtis%20est%C3%A1%20considerada%20por,prevenible%20en%20el%20mundo%20desarrollado.
  • Uveítis, National Eye Institute. Recogido a 23 de agosto en https://www.nei.nih.gov/learn-about-eye-health/eye-conditions-and-diseases/uveitis
  • Díaz-Valle, D., Méndez, R., Arriola, P., Cuiña, R., & Ariño, M. (2008). Enfermedades sistémicas no infecciosas y uveítis Non-infectious systemic diseases and uveitis. An. Sist. Sanit. Navar31(Suplemento 3).
  • Uveítis, Mayoclinic.org. Recogido a 23 de agosto en https://www.mayoclinic.org/es-es/diseases-conditions/uveitis/diagnosis-treatment/drc-20378739