Acitrétine : indications et usages

28 novembre 2019
L'acitrétine agit en inhibant la croissance excessive des cellules et la kératinisation de la peau. Découvrez-en davantage sur la rétinoïde, sur ses usages et contre-indications.

L’acitrétine est un médicament appartenant au groupe des rétinoïdes ou dérivés de la vitamine A. On l’utilise pour traiter les problèmes cutanées où la peau s’est épaissie et a pris un aspect squameux.

Ce médicament agit en inhibant la croissance excessive des cellules et la kératinisation de la peau. La kératinisation est un processus par lequel les cellules de la peau s’épaississent à cause du dépôt de protéines sur elles.

A quoi sert l’acitrétine ?

L'acitrétine peut traiter les affections cutanées telles que le psoriasis

L’acitrétine s’utilise dans le cadre du traitement des formes sévères et généralisées des affections de la peau. L’une d’entre elles est le psoriasis. On utilise également ce médicament pour traiter l’ichtyose. Un trouble cutané à l’occasion duquel la kératine se dépose dans les cellules qui se transforment en cornée, comme les ongles et les cheveux.

Ce médicament doit toujours être prescrit par un médecin, de préférence un dermatologue. En effet, les dermatologues ont davantage d’expérience dans le traitement avec des rétinoïdes systémiques.

Quelle est la posologie ?

Il est préférable de prendre l’acitrétine avec de la nourriture ou du laitConcernant la posologie, elle sera différente pour chaque patient. Il faut donc suivre les prescriptions du médecin.

La dose initiale habituelle pour les adultes et les personnes âgées est de 25 mg ou 30 mg une fois par jour. Néanmoins, il est possible qu’après 2 à 4 semaines, le médecin change la dose en fonction de l’efficacité et de l’effet sur le patient.

Toutefois, la dose maximale est de 75 mg par jour. Par ailleurs, la durée du traitement ne doit pas excéder les 3 mois. Si le spécialiste le juge nécessaire, il peut parfois être prolongé.

D’autre part, si vous oubliez de prendre votre dose journalière, il ne faut pas la compenser. Cependant, prenez-la le plus tôt possible, à moins qu’il ne reste peu de temps avant la prochaine. Dans ce cas, ne la prenez pas. Pour interrompre le traitement, vous devez demander conseil à un médecin et ne pas prendre la décision vous-même.

Découvrez également : 5 conseils pour éviter les poussées de psoriasis

Effets indésirables de l’acitrétine

Quels sont les effets secondaires et indésirables de l'acitrétine ?

Comme tous les médicaments, l’acitrétine peut entraîner des effets indésirables. En général, ils sont liés à la dose. Plus la dose quotidienne est élevée, plus les effets secondaires surviennent.

La plupart des effets secondaires apparaissent au début du traitement et sont réversibles lorsque l’on modifie la dose ou qu’on l’interrompt.

Parmi les effets adverses les plus courants, on trouve la sécheresse de la peau, des muqueuses et des lèvres. Par ailleurs, d’autres conséquences indésirables peuvent également apparaître. Comme par exemple :

  • Changement du taux de croissance et de la texture des cheveux
  • Inflammation de la muqueuse de la bouche et des gencives
  • Ampoules et fissures cutanées
  • Changements de couleur de la peau et des cheveux
  • Troubles de la vue : sécheresse des yeux, vision floue, vision nocturne déficiente. Il se peut également que les lentilles de contact ne soient pas tolérées

Dans d’autres cas, en plus de la sécheresse des muqueuses de la peau et du nez, il y a une desquamation cutanée. Cette dernière peut survenir en particulier sur la paume des mains et la plante des pieds.

Un pourcentage plus faible de patients ont présenté des effets secondaires tels qu’une hémorragie nasale ou l’apparition de squames ainsi qu’un amincissement de la peau saineavec une augmentation de la sensibilité.

Lorsque le traitement à long terme de l’acitrétine se termine, il peut y avoir des modifications osseuses comme un amincissement des os ou une réduction de la densité osseuse, l’ostéoporose.

Quelles sont les contre-indications de l’acitrétine ?

L’acitrétine ne doit pas être utilisé dans les situations suivantes :

  • Femmes enceintes, ou qui peuvent le devenir pendant le traitement ou dans les 3 années suivantes
  • Patients avec une insuffisance rénale, hépatique ou coronarienne
  • Allergie à l’acitrétine ou aux dérivés du rétinol
  • Patients qui suivent un traitement avec des tétracyclines

Lisez aussi : Nutrition et insuffisance rénale: tout ce que vous devez savoir

Il est important de savoir que l’acitrétine est hautement tératogène. Autrement dit, chez une femme enceinte traitée avec ce médicament, des malformations du foetus peuvent survenir. Parmi les malformations typiques provoquées par l’acitrétine, on trouve :

  • Dommages au niveau du système nerveux central
  • Problèmes dans le coeur et les grands vaisseaux sanguins
  • Déformation du crâne, du visage et du squelette
  • Problèmes dans la glande du thymus

La proportion de malformations est élevée. Même si l’acitrétine n’est prise que sur une courte période de temps pendant la grossesse. Cela se produit également si la grossesse a lieu dans les 3 ans qui suivent la fin du traitement.

Conclusion…

L’acitrétine doit impérativement s’utiliser sous la supervision d’un médecin, et surtout chez les femmes. En effet, il ne faut pas prendre ce médicament si vous êtes enceinte ou envisagez de l’être au cours des 3 prochaines années. Il s’agit d’un médicament qui cause des malformations importantes chez le foetus.

 

  • Carretero, G., Ribera, M., Belinchón, I., Carrascosa, J. M., Puig, L., Ferrandiz, C., … Moreno, J. C. (2013). Acitretina: guía de uso en psoriasis. Actas Dermo-Sifiliográficas. https://doi.org/10.1016/j.ad.2013.01.003

  • Höpker, L. M., Ribeiro, C. G., Oliveira, L. M., & Moreira, A. T. R. (2011). Ichthyosis follicularis, alopecia and photophobia syndrome (IFAP): Report of the first case with ocular and cutaneous manifestations in Brazil with a favorable response to treatment. Arquivos Brasileiros de Oftalmologia. https://doi.org/10.1590/S0004-27492011000100013

  • Medina, S., & Ledo, A. (1992). RETINOIDES. Monografias de Dermatologia.