Est-il bon de consommer du lait ? Découvrez les bienfaits et les risques

Le lait est l'une des principales sources naturelles de calcium et la seule pour le bébé. Cet élément est indispensable, entre autres fonctions, pour la formation et l'entretien des os et des dents.
Est-il bon de consommer du lait ? Découvrez les bienfaits et les risques

Dernière mise à jour : 30 novembre, 2020

Nous avons toujours entendu dire que la consommation de lait était indispensable pour grandir et maintenir les os et les dents en bonne santé, ainsi que toutes les structures contenant du calcium. Néanmoins, la consommation de lait et ses dérivés sont associés à de sérieux problèmes de santé.

Rassurez-vous, il n’y a pas seulement des risques. En effet, consommer cet aliment apporte également un certain nombre de bienfaits que nous aurons l’occasion de détailler dans cet article.

Cet aliment fait partie de l’alimentation humaine dans la majorité des civilisations et depuis des milliers d’années. Plus précisément, la consommation par les êtres humains a commencé il y a environ 11000 ans, avec la domestication du bétail.

Concernant la consommation chez l’être humain, on utilise principalement le lait de vache, de brebis, de chèvre et de bufflonne. Il existe également des personnes qui préfèrent consommer le lait d’ânesse et de chamelle.

Dans ces laits animaux destinés à la consommation humaine, un traitement thermique maison ou industriel est généralement effectué. Ces processus provoquent aussi de légères variations dans la composition de l’aliment.

Quels sont les avantages de la consommation de lait ?

Le lait est l’une des principales sources naturelles de calcium et la seule pour le bébé. Par ailleurs, le calcium est indispensable pour la formation et le maintien des os et des dents.

Mais, en plus, cet aliment nous fournit d’autres éléments très précieux. C’est pour cela qu’il est l’un des aliments les plus complets qui existent.

En effet, le lait est la matière première pour la préparation de nombreux produits laitiers tels que le beurre, le fromage, le yaourt, la crème ou le caillé. Etant donné que le lait le plus consommé dans le monde est celui de vache, nous nous concentrons ici sur celui-là afin d’étudier sa composition :

  • Eau : il s’agit du composant principal. Cela représente 80-87%
  • Glucides : le lactose constitue pratiquement tout le sucre du lait. Ce composant est l’une des principales causes du risque de consommer du lait
  • Protéines : elles présentent une haute valeur biologique et possèdent une grande quantité d’acides aminés essentiels. Elles représentent 3 à 4% du lait
  • Lipides : elles constituent entre 3 et 6% du lait bien que ce pourcentage varie énormément selon l’alimentation de l’animal ainsi que la race. 90% des lipides sont sous forme de triglycérides
  • Vitamines : parmi toutes les vitamines, la vitamine A et D, ainsi que la riboflavine (B2), la cyanocobalamine et la thiamine se démarquent
  • Minéraux : la teneur en minéraux est très riche. Ces derniers se trouvent généralement sous forme de sels. Par exemple, le calcium, le potassium, le phosphore, l’iode, le sodium, le chlore, le magnésium et le zinc

Risques liés à la consommation de lait

Comme nous l’avons mentionné au début de cet article, la consommation de lait comporte également un certain nombre de risques qu’il est important de prendre en compte. Parmi eux, nous pouvons citer :

1. Intolérance au lactose

Les personnes intolérantes au lactose ne doivent pas consommer du lait

1 personne sur 2 souffre d’intolérance au lactose qui, comme nous le savons, est le principal sucre du lait. Toutefois, la plupart des individus ne savent pas qu’ils sont intolérants à cette substance et continuent de consommer cet aliment.

On estime que 70% de la population mondiale est intolérante au lactose. L’intolérance n’est donc pas une maladie, sinon un état normal.

Cela se produit parce qu’entre l’âge de 2 et 4 ans, notre corps commence à cesser de synthétiser l’enzyme lactase qui est responsable de digérer le lactose.

Si nous continuons de consommer du lait, le lactose qui n’est pas digéré demeure dans l’intestin, où il est fermenté par les bactéries du colon. Cela entraîne alors des gaz, des douleurs et parfois, de la diarrhée.

2. Mauvaise absorption du calcium

Lorsque nous consommons des protéines animales, le pH du sang devient acide. En réaction, l’organisme retire une partie du calcium que nous possédons dans les os pour neutraliser cette acidité. En effet, il a été démontré que la consommation de produits laitiers ou d’aliments contenant du calcium ne constitue pas un facteur protecteur contre les risques de fractures.

Le lait contient effectivement des nutriments indispensables, mais pour les obtenir nous n’avons pas besoin d’en consommer. En fait, ce sont les végétaux les meilleurs aliments pour ingérer du calcium, par exemple.

3. Augmentation du risque d’allergies et d’asthme

Le lait de vache possède trois fois plus de protéines que celui de l’être humain et certaines d’entre elles sont très difficiles à digérer par l’organisme.

Chez certains individus, ces protéines denses (comme la caséine) se fixent aux vaisseaux lymphatiques de l’intestin et empêchent l’absorption des nutriments. Par conséquent, cela peut provoquer des problèmes immunitaires, des allergies et de l’asthme.

Consommer du lait: conclusion

Finalement, il est important de savoir si nous sommes intolérants ou non au lactose afin d’éviter des complications liées à la consommation de lait. Consommer cet aliment sans excès et sans souffrir d’intolérance est bénéfique pour l’organisme. Toutefois, il ne faut pas en abuser.

 

Cela pourrait vous intéresser ...
Lait écrémé versus lait entier : la polémique
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Lait écrémé versus lait entier : la polémique

La différence principale entre le lait écrémé et le lait entier est que le lait écrémé contient moins de graisses et, par conséquent, moins de calories.



  • Burt LA, Billington EO, Rose MS, Raymond DA, Hanley DA, Boyd SK. Effect of High-Dose Vitamin D Supplementation on Volumetric Bone Density and Bone Strength: A Randomized Clinical Trial. JAMA. 2019 Aug 27;322(8):736-745. doi: 10.1001/jama.2019.11889. Erratum in: JAMA. 2019 Nov 19;322(19):1925. PMID: 31454046; PMCID: PMC6714464.
  • Oak SJ, Jha R. The effects of probiotics in lactose intolerance: A systematic review. Crit Rev Food Sci Nutr. 2019;59(11):1675-1683. doi: 10.1080/10408398.2018.1425977. Epub 2018 Feb 9. PMID: 29425071.
  • Aparicio Vizuete A, Rodríguez-Rodríguez E, Lorenzo Mora AM, Sánchez-Rodríguez P, Ortega RM, López-Sobaler AM. Mitos y falacias en relación al consumo de productos lácteos [Myths and fallacies in relation to the consumption of dairy products]. Nutr Hosp. 2019 Aug 27;36(Spec No3):20-24. Spanish. doi: 10.20960/nh.02801. PMID: 31368336.