Comment détecter la toxoplasmose oculaire ?

15 septembre 2020
La toxoplasmose oculaire peut entraîner une vision floue, une sensibilité à la lumière ainsi que des douleurs dans les yeux. Cependant, le diagnostic peut être complexe ; nous vous ici expliquons pourquoi.

La toxoplasmose oculaire est une maladie produite par un parasite nommé Toxoplasma gondii. Il s’agit d’une infection très fréquente qui affecte presque 500 millions de personnes dans le monde entier. Néanmoins, toutes les personnes infectées ne développent pas cette pathologie spécifique des yeux.

Les personnes chez qui se présentent des symptômes de la toxoplasmose sont celles dont le système immunitaire est affaibli. Ou qui ont contracté l’infection avant la naissance, dans l’utérus. Cependant, la toxoplasmose oculaire peut être difficile à détecter et évolue souvent vers une vision floue, voire même vers la cécité.

Qu’est-ce que la toxoplasmose ?

Pour pouvoir comprendre la toxoplasmose, nous allons d’abord expliquer comment se produit l’infection par ce parasite. Le Toxoplasma gondii a tendance à se multiplier et se loger chez les chats. Ainsi, lorsque le chat défèque, il expulse ses oeufs dans les excréments.

C’est l’une des formes de transmission. Toutefois, l’infection de la plupart des personnes se produit car ce parasite est souvent présent dans les aliments. Par exemple, dans les fruits, les légumes et la viande. Autrement dit, lorsque vous mangez un produit contaminé sans le cuire, vous pouvez contracter l’infection. D’autre art, on trouve également le Toxoplasma gondii dans l’eau ou dans le lait.

Une autre forme de contamination concerne la grossesse. Quand une femme enceinte entre pour la première fois en contact avec le toxoplasme, celui-ci peut traverser le placenta et atteindre le bébé.

Ce dernier cas est le plus souvent associé à la toxoplasmose oculaire. Selon le moment où le contact a lieu pendant la grossesse, les dommages causés au foetus seront plus ou moins graves. Au cours du premier trimestre, cela risque d’augmenter les malformations et les complications.

Un cas de toxoplasmose oculaire.

Lisez également : Fruits : avec ou sans la peau ?

Comment la toxoplasmose oculaire se produit-elle ?

En général, dans une premier temps, l’infection est asymptomatique. Néanmoins, une réactivation peut se produire un certain moment après le contact. Ce qui entraînerait une première lésion dans l’œil causant une cicatrice, laquelle passe souvent inaperçue.

Lorsque l’infection se réactive, les symptômes spécifiques de la toxoplasmose oculaire commencent à se manifester. Cela a lieu parce que le parasite se loge dans la rétine, la partie de l’œil qui permet l’interprétation des images et le sens de la vision. La rétine s’enflamme (rétinite) et la vision est compromise.

Une étude menée sur le sujet affirme que la toxoplasmose oculaire récurrente est la plus fréquente. Néanmoins, elle peut également apparaître en relation avec le SIDA ou sous traitement continu à base de corticoïdes ou d’immunodépresseurs.

Découvrez aussi: Deux ingrédients pour nettoyer votre corps des parasites

Comment détecter la toxoplasmose oculaire ?

Le diagnostic de la toxoplasmose oculaire peut être très complexe. Il doit être effectué sur une base clinique. Autrement dit, en observant les lésions à l’intérieur de l’œil. En effet, les examens disponibles ne peuvent que confirmer s’il y a eu ou non contact avec le parasite.

Par exemple, les sérologies, qui permettent de voir s’il existe des anticorps contre l’infection, indiquent seulement si la personne a été infectée à un moment donné. Mais, comme nous l’avons mentionné auparavant, de nombreuses personnes ont été infectées et n’ont pas développé de toxoplasmose oculaire.

Ce qu’un ophtalmologue observe directement, c’est une lésion focale de la rétine avec une cicatrice qui affecte également la choroïde. La choroïde est une autre membrane qui fait partie de l’œil.

Les examens de laboratoire peuvent aider à orienter le diagnostic, mais ils ne le confirment pas. Il est essentiel qu’un examen oculaire approfondi soit effectué, et qu’il soit réalisé par un professionnel spécialisé afin de ne pas passer à côté de certains signes.

Le test sérologique permet de diagnostiquer une toxoplasmose oculaire.

Quel est le traitement pour la toxoplasmose oculaire ?

La toxoplasmose oculaire entraîne une vision floue, des douleurs dans les yeux ainsi qu’une sensibilité à la lumière. Dans certains cas, elle peut même conduire à la cécité. Malheureusement, il n’existe actuellement aucun traitement qui puisse inverser les lésions.

La thérapie aide à prévenir l’extension des lésions dans la rétine et les nouvelles récidives. Elle empêche le parasite de se répliquer et de se propager davantage grâce à la combinaison d’antiparasitaires, comme la pyriméthamine et la sulfadiazine.

Par ailleurs, on ajoute généralement le médicament Méthylprednisolone, qui est un corticoïde aidant à diminuer l’inflammation. De plus, les suppléments d’acide folique sont prescrits afin d’éviter les effets secondaires de la pyriméthamine.

Prévenir les lésions

Le moyen le plus efficace de prévenir la toxoplasmose oculaire se traduit par des mesures de prévention face à ce parasite. Les médecins recommandent de cuire tous les aliments afin d’éviter la contamination. En outre, dans le cas des femmes enceintes, on insiste beaucoup sur les soins particuliers à apporter aux chats.

Enfin, nous devons garder à l’esprit que, face à quelconque symptôme, la première chose à faire est d’aller chez un ophtalmologue. Détecter rapidement les lésions peut aider à prévenir une aggravation et une multiplication des lésions oculaires.

 

  • Comportamiento clínico-epidemiológico de la toxoplasmosis ocular. (n.d.). Retrieved July 17, 2020, from http://scielo.sld.cu/scielo.php?pid=S0864-21762011000100002&script=sci_arttext&tlng=pt
  • Toxoplasmosis ocular. (n.d.). Retrieved July 17, 2020, from http://scielo.sld.cu/scielo.php?pid=S0864-21762010000400014&script=sci_arttext&tlng=pt
  • Revisión de la prevención y tratamiento de la toxoplasmosis ocular. (n.d.). Retrieved July 17, 2020, from https://www.researchgate.net/profile/Xavier_Valldeperas/publication/237749017_Revision_de_la_prevencion_y_tratamiento_de_la_toxoplasmosis_ocular/links/547502a80cf29afed6120624.pdf
  • Toxoplasmosis ocular. (n.d.). Retrieved July 17, 2020, from http://scielo.isciii.es/scielo.php?script=sci_arttext&pid=s0365-66912003001000004
  • Toledo González, Yusimik, et al. “Comportamiento clínico-epidemiológico de la toxoplasmosis ocular.” Revista Cubana de Oftalmología 24.1 (2011): 15-29.
  • Pleyer, U., Torun, N., & Liesenfeld, O. (2007). Okuläre Toxoplasmose. Ophthalmologe, 104(7), 603–616. https://doi.org/10.1007/s00347-007-1535-8
  • Pardo, A., J. Collizo, and X. Valldeperas. “Revisión de la prevención y tratamiento de la toxoplasmosis ocular.” Annals d’Oftamología 12.1 (2004): 11-20.
  • Flegr, J., Prandota, J., Sovičková, M., & Israili, Z. H. (2014). Toxoplasmosis – A global threat. Correlation of latent toxoplasmosis with specific disease burden in a set of 88 countries. PLoS ONE, 9(3). https://doi.org/10.1371/journal.pone.0090203
  • Bonfioli, A. A., & Orefice, F. (2005, July). Toxoplasmosis. Seminars in Ophthalmology. https://doi.org/10.1080/08820530500231961
  • Toledo González, Yusimik, et al. “Toxoplasmosis ocular.” Revista Cubana de Oftalmología 23 (2010): 812-826.
  • Rosso, Fernando, et al. “Toxoplasmosis congénita: aspectos clínicos y epidemiológicos de la infección durante el embarazo.” Colombia Médica 38.3 (2007): 316-337.
  • Furtado, João M., et al. “Toxoplasma gondii migration within and infection of human retina.” PLoS One 8.2 (2013): e54358.