Drogues et dysfonction érectile : y-a-t-il une relation ?

16 avril 2019
La dysfonction érectile est un trouble sexuel qui affecte de nombreux hommes. Ici nous nous penchons sur le lien entre la prise de drogues et la dysfonction érectile.

Pendant l’acte sexuel, de nombreux troubles peuvent se manifester et ainsi engendrer des difficultés pour profiter pleinement du rapport. La dysfonction érectile est l’un de ces troubles sexuels, trouble qui survient fréquemment.

La question qui nous intéresse ici est de savoir s’il existe un lien entre la prise de drogues et ce trouble sexuel masculin.

Lorsqu’un patient se rend chez le médecin car il est incapable de maintenir une érection, il est soumis à un examen physique, voire aussi à un examen psychologique.

L’examen psychologique permet d’écarter l’éventualité selon laquelle une période de stress ou d’anxiété serait le facteur à l’origine de la dysfonction érectile.

Après l’obtention des résultats des examens, si le diagnostic confirme une dysfonction érectile, il faudra la classifier selon son étiologie. Les causes peuvent être neurogènes, endocriniennes, vasculogènes ; la prise de drogues peut aussi être la cause.

Dysfonction érectile : les effets négatifs des drogues

lien entre prise de drogues et dysfonction érectile

Lorsque nous évoquons la relation entre drogues et dysfonction érectile, sans doute, ce qui vous vient à l’esprit ce sont les drogues dites « dures » dans le langage courant, telles que l’héroïne ou encore la cocaïne.

Néanmoins, il existe une autre série de drogues qui, bien souvent, ne sont pas considérées comme telles et qui, pourtant, affectent la sexualité. C’est notamment le cas de l’alcool et du tabac. Ce sont deux drogues qui ont un effet négatif sur notre santé. Cet effet peut se manifester pendant les rapports sexuels.

De la même façon, les antidépresseurs, les drogues hormonales et les drogues avec une action cardiovasculaire peuvent aussi être à l’origine de la dysfonction érectile.

Cet article peut aussi vous intéresser : Le paraphimosis, qu’est-ce que c’est ?

Dysfonction érectile : les différents types de drogue

Voyons un peu plus en détail  la relation étroite entre les drogues et la dysfonction érectile.

Nous ferons aussi une mention spéciale à l’influence négative de ces drogues pendant les rapports sexuels.

Les tranquillisants

Les benzodiazépines et le diazépam sont les drogues les plus utilisées pour soulager les états d’anxiété et les épisodes de stress.

Ces drogues peuvent réduire l’excitation ou empêcher l’orgasme, notamment si les doses prescrites sont élevées.

Les hormones synthétiques

Les hormones synthétiques doivent toujours être administrées sous surveillance médicale. Dans le cas contraire, il est très probable qu’elles affectent l’érection pendant les rapports sexuels.

Les antidépresseurs

Prescrits en faibles doses, les antidépresseurs peuvent aider à améliorer la réponse sexuelle d’un patient qui souffre de dépression.

Néanmoins, dans beaucoup de cas, des doses très élevées sont nécessaires, ce qui peut affecter la sexualité en empêchant l’excitation. Les antidépresseurs peuvent donc favoriser l’impuissance sexuelle.

Le tabac

Nous avons tous déjà vu dans un film une scène dans laquelle un individu allume une cigarette après un rapport sexuel. Cet acte qui semble anodin peut pourtant exercer une influence importante dans la manifestation de la dysfonction érectile.

Chez les personnes jeunes qui ne souffrent pas de dépression ni d’anxiété, ce type de drogues peut affecter l’érection pendant le rapport sexuel. Abandonner cette habitude peut donc considérablement améliorer les rapports.

L’héroïne

Cette drogue est considérée comme l’une des plus grandes drogues dites « dures ».

Elle a un effet déprésseur sur le système nerveux. Elle empêche ainsi le désir sexuel, voire elle provoque un désintérêt total pour le sexe lorsqu’il s’agit d’une véritable addiction.

La marijuana

Comme cela peut être le cas avec l’heroïne, une prise excessive de marijuana peut provoquer un désintérêt total pour le sexe.

Ses effets empêchent une bonne concentration et une bonne coordination motrice. Cela engendre des difficultés au moment d’un rapport sexuel.

Les stéroïdes

Une prise prolongée dans le temps finit par augmenter la taille de la prostate et diminuer celle des testicules, ce qui provoque des problèmes d’érection.

Cet article peut aussi vous intéresser : Comment savoir si votre enfant consomme des drogues ?

Dysfonction érectile : identifier l’origine du problème

les conséquences de la dysfonction érectile sur le plaisir sexuel

Les drogues présentées constituent quelques exemples des types de drogue pouvant être à l’origine de la dysfonction érectile. Maintenant vous savez qu’en plus d’être nocives pour la santé, elles peuvent aussi nous empêcher de jouir pleinement de notre sexualité.

Nous vous invitons ainsi à adopter des habitudes saines et à suivre une thérapie pour prendre soin de votre santé mentale si vous en avez besoin. Cela vous évitera éventuellement d’avoir recours aux drogues dures.

Nous savons bien que la plupart des personnes qui consomment de la marijuana le font pour s’évader et fuir la réalité. Ces personnes ont généralement une faible estime d’elles-mêmes.

Même les drogues prescrites sous supervision médicale pour soigner une maladie psychosomatique telle que la dépression peuvent affecter la sexualité.

L’important est de détecter à temps l’origine du problème : vous devez identifier la cause pouvant être à l’origine de la dysfonction érectile.

 

  • Cabello Santamaría, Francisco. (2010). Aspectos psicosociales del manejo de la disfunción eréctil: Hábitos tóxicos y estilo de vida. La pareja en la disfunción eréctil. Psicoterapia y terapia de pareja. Archivos Españoles de Urología (Ed. impresa)63(8), 693-702. Recuperado en 16 de marzo de 2019, de http://scielo.isciii.es/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0004-06142010000800016&lng=es&tlng=es.
  • Prieto Castro, Rafael, Campos Hernández, Pablo, Robles Casilda, Rafael, Ruíz García, Jesús, & Requena Tapia, María José. (2010). Epidemiología de la disfunción eréctil: Factores de riesgo. Archivos Españoles de Urología (Ed. impresa)63(8), 637-639. Recuperado en 16 de marzo de 2019, de http://scielo.isciii.es/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0004-06142010000800010&lng=es&tlng=es.
  • Santibáñez, Claudio, Anchique, Claudia, Herdy, Artur, Zeballos, Cecilia, González, Graciela, Fernández, Rosalía, Araya, Ma. Virginia, & Soto, Paula. (2016). Prevalencia de disfunción eréctil y factores asociados en pacientes con indicación de rehabilitación cardíaca. Revista chilena de cardiología35(3), 216-221. https://dx.doi.org/10.4067/S0718-85602016000300002