Que faire quand le goût de vivre meurt ?

· 25 mars 2017
Si vous avez perdu le goût de vivre, vous devez réapprendre à vous étonner des petites choses et vous rendre compte que l'on n'a pas besoin de grand chose pour être heureux.

Quand le goût de vivre meurt… il faut l’affronter. La vie n’est pas toute rose, et encore moins une promenade de joie et de bonheur.

Même si cela nous enchanterait, la vérité est que nous ne pouvons pas être heureux-ses à tout moment.

Il existe des moments tristes et des sensations profondes qui nous font perdre le goût de vivre.

Que le futur nous prépare-t-il ? Pourquoi nous forçons-nous à nous lever le matin alors que la journée qui s’annonce sera vide et difficile ? Pourquoi est-ce que le bonheur ne nous atteint pas et nous fuit ?

Voici les questions qui passent par la tête de tout le monde, à un moment de leur vie.

Beaucoup sont parvenu-e-s à surpasser ces interrogations et à trouver le sens de leur existence pour améliorer leur situation.

Sachez que cet article n’est pas forcément valable pour tout le monde. Lisez-le et appliquez les choses qui vous parlent à votre vie, vous verrez que les changements générés seront exceptionnels !

Laissez partir ce poids que vous portez sur les épaules

Tous ces conseils, tels que « Motive-toi et éloigne les mauvaises vibes !  » sont bien intentionnés mais inutiles dans la plupart des cas.

Personne qui n’ait expérimenté ce que vous ressentez peut vous faire changer seulement pendant un moment, et il ne s’agit que de paraître. Les autres ne comprennent souvent pas ce qui arrive réellement et vous ne parvenez pas forcément à leur expliquer.

Il n’existe qu’une seule manière de faire partir toute cette douleur et ce poids que vous portez, mais ce n’est pas simple : vous devez faire la paix.

Eh oui, c’est comme cela. Vous devez trouver la paix concernant ce qui chez vous provoque la perte de l’envie de vivre.

Cela peut être de nombreuses choses et cela ne vaut la peine de tout les nommer. Si vous parvenez à pardonner, oublier ou comprendre ce qui vous perturbe, vous commencerez à mieux vous sentir.

Cependant, pour atteindre cela, il suffira de vous regarder dans le miroir. Mais il y a plusieurs choses que vous devez faire au préalable.

Lisez aussi : Découvrez la technique japonaise pour réparer la céramique brisée

2. Les petites choses aident à retrouver le goût de vivre

goût de vivre

Les films du style Mange, prie et aime sont intéressants mais un peu irréels.

Se confronter à un problème est possible pour tout le monde, ainsi que tout laisser de côté et se promener à travers le monde. Cependant, le film, de manière implicite, nous révèle une autre vérité.

Il n’est pas nécessaire de passer des années à voyager ni de suivre la prophétie de n’importe quel gourou : il n’y a que vous qui pouvez revenir à un état de bonheur et faire le premier pas.

Cette avancée va être lente et vous ne pouvez pas sauter d’étapes.

Si vous voulez retrouver le goût de vivre, ne déménagez pas, ne voyagez pas avec vos économies et ne sortez pas tout le temps pour échapper à votre intérieur. Trouvez une vieille passion ou quelque chose de nouveau, de petit et de simple, qui vous distraie.

Essayez cette activité, savourez-la dans ses moindres détails et aussi avec les autres. Consacrez-vous aux choses qui vous plaisent.

Pas tout d’un coup mais à petites doses jusqu’à ce que la motivation revienne petit à petit. C’est une étape longue et peut-être un peu compliquée mais vous devez le faire à tout prix.

3. Comprenez que si l’indépendance est bonne, la solitude ne l’est pas

goût de vivre

Si vous vous sentez mal, il est probable que vous ne souhaitiez pas être entouré-e de personnes qui ne cessent de vous demander des choses sur votre moral ou qui ne respectent pas votre espace et votre temps.

Mais, cela ne signifie pas que vous devez vous isoler du monde, même si c’est ce dont vous avez envie.

Il est bon d’avoir un moment en solitaire pour pouvoir se découvrir et comprendre les choses d’une autre perspective. Mais souvenez-vous que quand cela se transforme en une solitude totale, il y a un très gros problème.

Pour retrouver le goût de vivre, nul besoin d’avoir un conjoint ou un-e ami-e qui vous accompagne dans toutes les situations, loin de là.

Les nomades ou les backpackers peuvent déborder de passion pour la vie, mais c’est parce qu’ils ne sont jamais complètement seuls.

Vous devez partager votre temps et essayer le contact avec d’autres personnes. Vous découvrirez ce que vous aimez chez elles et ce que vous n’aimez pas.

On peut faire, apprendre et faire des expériences lorsque nous interagissons avec d’autres personnes.

Consultez aussi cet article : Je ne sers pas à combler des vides ou la solitude : je suis là pour aimer

4. Il n’y pas un chemin à suivre

Souvenez-vous des choses que l’on vous a dites à un moment pour être heureux-ses, avoir du succès ou devenir quelqu’un de bien.

Eh bien, prenez tous ces souvenirs et jetez-les à la poubelle ! Ces « chemins du bonheur » n’existent pas.

Si la vie offrait des chemins tout faits à suivre, cela serait trop simple, mais les gens aiment sentir qu’ils ont un guide.

Vous ne devez vous souvenir que d’une règle : ne faites pas de mal aux autres. Sinon, vous pouvez faire ce que vous voulez, ce qui vous parle.

Les autres vous critiqueront, vous jugeront et même, essayeront de vous humilier mais rien ne dépassera la satisfaction de pouvoir ressentir le bonheur à l’intérieur de vous.

Quand cela arrivera, vous vous rendrez compte que la seule raison pour laquelle les autres personnes jugent les autres, c’est qu’elles ne sont pas heureuses.

Maintenant que vous savez comment retrouver le goût de vivre, vous n’avez plus qu’à décider par vous-même quand commencer.

Image principale de © wikiHow.com

Bourdieu, P. (2002). « Lexique » bourdieusien - Parcours erratique de morceaux choisis. Le Magazine de l’Homme Moderne. Le Breton, D. (1997). Jeux symboliques avec la mort. Religiologiques. https://doi.org/10.3406/comm.1996.1924 Sallez, H. (2014). Transmettre le goût de vivre ensemble. Metiers de La Petite Enfance. https://doi.org/10.1016/j.melaen.2014.05.007 Poiroux, C. (2016). Les soignants m’ont redonné le goût de vivre. Soins. https://doi.org/10.1016/j.soin.2016.03.003