Guérir fait mal mais permet de grandir

Pour pouvoir faire la paix avec le passé, nous ne pouvons pas détourner le regard. N'oublions pas que guérir fait mal, mais il n'y a qu'ainsi que nous pouvons tourner la page et recommencer à nouveau.

 

Guérir fait mal car il faut toucher la blessure, l’ouvrir et lui permettre de se résorber comme il se doit.

Parfois, nous évitons de regarder toutes ces zones non guéries qui se trouvent en nous. Nous les ignorons comme si elles allaient disparaître. Mais ce n’est rien d’autre qu’une illusion.

Lisez aussi : Le bonheur vient de notre vie intérieure, pas des personnes qui sont à nos côtés

Bien que nous ne voulions pas toucher cette blessure, elle restera là. Le fait de regarder ailleurs l’empêchera de bien cicatriser, de bien se soigner et de se renfermer.

La seule chose que nous faisons, en lui tournant le dos, est de la laisser suppurer, ouverte et douloureuse.

Guérir fait mal mais c’est une douleur nécessaire

Nous sommes tou-te-s passé-e-s un jour par une période où il nous a été très difficile de surmonter une situation qui nous a extrêmement affecté.

Les situations les plus douloureuses sont celles qui sont liées aux autres. Par exemple, une rupture ou la perte d’un être cher peut ouvrir une brèche en nous, qui provoquera une immense douleur.

Mais pourquoi maintenons-nous cette blessure ouverte ? Pourquoi nous lui évitons de guérir, comme nous guéririons une blessure ou une éraflure sur la peau ?

Nous empêchons cette blessure de guérir en refusant l’adversité qui nous dévaste. Il existe plusieurs attitudes qui aboutissent à cela :

Tomber dans la victimisation pour chercher un refuge dans la douleur

Guérir fait extrêmement mal quand nous essayons de chercher un refuge dans la douleur. Nous sommes blessés, la lésion brûle mais nous nous réjouissons de notre malheur et nous lui évitons ainsi de guérir.

Découvrez : Victimisme chronique : les personnes qui se plaignent constamment

Il est facile de sentir victime d’une situation. Des phrases telles que « Je n’ai pas de chance » ou « Pourquoi est-ce que ce genre de choses n’arrivent qu’à moi ? » sont à l’ordre du jour, tout comme les plaintes sur les choses banales de la vie.

Nous ne sommes pas des victimes et le monde n’est pas contre nous. Cela ne fait qu’aviver la douleur de cette plaie qui ne guérira pas tant que nous n’accepterons pas ce qu’il s’est passé, car même si nous luttons contre, rien ne changera.

Vous avez sûrement déjà traversé une mauvaise passe et vous avez entendu des conseils du type : « Sors avec tes amis » ou « Ne reste pas chez toi à te remémorer ce qu’il s’est passé, distrais-toi ! »

Cela peut être positif pour éviter de tomber dans la victimisation, mais il ne faut pas le faire à l’excès, au point de détourner le regard et d’agir comme si rien ne s’était passé. Car, de cette façon on n’apprend rien.

Lisez aussi : La douleur émotionnelle est celle qui met le plus de temps à se soigner

Bien que nous changions notre manière de voir les choses que nous regardons, la lésion continuera au même endroit, suppurant de la même manière et plus ou moins douloureuse selon les moments.

La valeur de nos expériences

Nos expériences ont une grande valeur, et c’est pour cela que guérir fait mal. Car il n’y a qu’à travers la douleur que nous pouvons apprendre quelque chose, grandir, progresser et mûrir.

Même si c’est difficile à remarquer, quand tout va bien, nous n’y prêtons attention, mais quand les choses se compliquent, tout change.

Vous êtes-vous rendu-e compte que quand vous avez la grippe et que vous êtes dans votre lit, vous valorisez beaucoup le fait de pouvoir être bien ? Pourtant, quand vous allez bien, vous ne vous en rendez pas compte et vous commencez à nouveau à ne pas suffisamment le valoriser.

Cela montre à quel point nous pouvons apprendre des moments où le monde semble aller contre nous et que tout s’écroule autour de nous.

Peut-être que vous devriez vous freiner, stopper un moment la vie que vous avez pour commencer à comprendre ce qui est vraiment important. Parfois, nous vivons vraiment en pilote automatique.

Avant de partir, n’oubliez pas de lire : Laissez le temps vous guérir et remettre chaque chose à sa place

Guérir fait mal mais les mauvaises expériences ne sont pas des malheurs. Nous pouvons les prendre comme une opportunité pour mettre en valeur les bons moments pour percevoir la beauté des choses les plus petites et commencer à savourer, véritablement, la vie.

Nous grandissons grâce à la douleur, alors n’essayons pas de la recouvrir avec du divertissement. Elle est là pour quelque chose.

Embrasser nos blessures et leur prêter beaucoup d’attention nous permettra de les guérir rapidement et ainsi éviter de nous plonger dans la souffrance et de prolonger une agonie totalement inutile.